Coxarthrose [ Publications ]

coxarthrose [ Publications ]

Publications > coxarthrose

  • • Objectif et méthodes. Une étude rétrospective sur dossiers a été menée afin de déterminer les facteurs de risque de la coxarthrose en consultation rhumatologique à Lomé (Togo). Résultats. 89 des 14 090 patients (52 hommes, 58,4% et 37 femmes, 41,6%) examinés en 17 ans (0,6%) souffraient d'une coxarthrose répondant aux critères de Kellgren et Lawrence. La durée moyenne d'évolution de la coxarthrose était de six ans. L'atteinte était unilatérale chez 77 patients (86,5 %) et bilatérale chez les 12 autres (13,5 %). La coxarthrose était primitive chez 41 patients (46,1 %) et secondaire chez les 48 autres (53,9 %). L'ostéonécrose aseptique de la tête fémorale (14 cas), les séquelles d'épiphysite de croissance (13 cas), la dysplasie (11 cas), le traumatisme de la coxo-fémorale (6 cas), la fracture du col fémoral (2 cas) et la tuberculose de la coxo-fémorale (2 cas) étaient les facteurs de risque associés aux formes secondaires. Trois des 14 patients atteints d'ostéonécrose aseptique de la tête fémorale étaient porteurs d'hémoglobine SC et deux patients porteurs d'hémoglobine SS. Conclusion. L'ostéonécrose aseptique de la tête fémorale semble constituer le premier facteur de risque de la coxarthrose en Afrique Noire. Son impact risque de se renforcer avec l'allongement de l'espérance de vie des sujets drépanocytaires homozygotes et des doubles hétérozygotes SC.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéotomie fémorale pour coxarthrose évoluée: analyse actuarielle des résultats.

  • En présence d'une coxarthrose évoluée chez un sujet jeune lorsque les conditions anatomiques paraissent propices à une ostéotomie fémorale, les inconvénients de cette intervention conservatrice résident dans la durée d'invalidité post-opératoire et dans la longévité du résultat fonctionnel. Nous avons, par la méthode actuarielle, quantifié ces paramètres sur une série de 65 ostéotomies fémorales réalisées pour une coxarthrose évoluée (pincement de 50 p. 100 et plus). Le délai post-opératoire d'obtention du résultat fonctionnel maximum a été en moyenne de 13,65 (6 à 24 mois), avec un score MDA moyen de 15 (5 à 17) et une cotation de la douleur de 5 (2 à 6). L'analyse actuarielle, utilisant comme critère de «décès» un résultat fonctionel revenu à l'état initial ou une douleur atteignant le score de 3, nous a permis d'établir qu'il existait une dégradation progressive de la probabilité de survie avec le temps. Celle-ci est de 67,5 ± 19,5 p. 100 dans la dixième année. Nous n'avons pas mis en évidence de facteurs pronostiques susceptibles d'influencer la longévité de l'ostéotomie fémorale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Coxarthrose.

  • La coxarthrose idiopathique recule si on épuise pour chaque patient la liste des facteurs étiologiques.Trois sont « nouveaux » ou réévalués: le sport (plus de 10 ans avec compétition), certains métiers (danseur, porteur de charges lourdes), hérédité de coxarthrose.Trois sont classiques et toujours présents: les malformations congénitales, les dysmorphies acquises, les traumatismes. La surveillance de la coxarthrose se fait sur la douleur (mesurée sur une échelle visuelle analogique), l'indice algofonctionnel et l'auto-évaluation du handicap. Ces 3 variables - et non la radiographie - sont la base de la décision opératoire de prothèse totale. Cependant, celle-ci est prévisible au prorata de la vitesse du pincement de l'interligne: rapide ou demi-rapide (5 à 7% des cas), la chondrolyse fait prévoir une prothèse totale dans les 4 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de la coxarthrose par des prothèses totales de hanche sur mesure.

  • Le traitement de la coxarthrose par prothèse totale de hanche n'a cessé d'évoluer depuis son introduction dans les années 60. Le problème du descellement aseptique des prothèses cimentées, particulièrement chez de jeunes patients actifs, a stimulé deux voies de recherche distinctes: d'une part l'amélioration des techniques de scellement des implants, d'autre part le développement d'implants non cimentés ostéointégrables. Nous discutons les problèmes posés par ces implants non cimentés. Des études anatomiques et biomécaniques récemment publiées ont conduit au développement d'implants fémoraux personnalisés «sur mesure» pour chaque patient. La technique de conception de ces implants ainsi que les premiers résultats sont décrits.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La coxarthrose post-traumatique. Conditions médico-légales d'imputabilité à une fracture, une luxation ou une contusion.

  • La coxarthrose post-traumatique représente 5 à 10% de l'ensemble des coxarthroses. En moyenne, un sur trois parmi les traumatismes majeurs que sont la luxation, la fracture du cotyle ou la luxation-fracture, aboutit à une arthrose après un délai très variable de un an à vingt ans. Cette période peut être entièrement ou partiellement silencieuse. A côté des traumatismes majeurs, certaines contusions telles qu'un choc sur le grand trochanter ou sur le genou ou un mouvement forcé du type grand écart peuvent aussi déterminer une coxarthrose post-traumatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov