Constipation [ Publications ]

constipation [ Publications ]

Publications > constipation

  • Le but de cette étude est de déterminer les étiologies et aspects cliniques et évolutifs de la constipation chronique chez l'enfant. Méthodes: Nous avons analysé rétrospectivement 78 observations de constipation chronique: 49 garçons et 29 filles, âge moyen: 4,6 ans, colligées sur une période de Il ans. Pour chaque patient inclus, nous avons recueilli les données de l'examen clinique, les résultats de l'abdomen sans préparation, du lavement baryté, de la manométrie ano-rectale (MAR), de la biopsie rectale et précisé les étiologies de la constipation, le type de traitement reçu et l'évolution sous traitement. Résultats: Les étiologies de la constipation étaient dominées par la constipation fonctionnelle retrouvée dans 49 cas (62,8%), suivie par la maladie de Hirschsprung retrouvée dans 19 cas (24,3%). La MAR, réalisée chez tous les enfants atteints d'une maladie de Hirschsprung, a conclu à l'absence du réflexe recto-anal inhibiteur (RRAI) chez 17 parmi eux. La biopsie rectale, réalisée chez Il d'entre eux, a conclu à l'absence de cellules ganglionnaires dans tous les cas. Le traitement de la constipation fonctionnelle a consisté en la prescription de laxatifs (n=22), de lavements évacuateurs (n=12) et une alimentation riche en fibres alimentaires et en eau (n=6). Deux autres enfants ont bénéficié d'une rééducation en biofeedback. L'évolution clinique, précisée chez Il patients, était favorable pour neuf enfants. Elle s'est soldée par un échec pour deux autres. Sept des enfants atteints d'une maladie de Hirschsprung ont bénéficié d'un abaissement abdomino-périnéal: type Soave (n=3), type Swenson (n=3) et type Duhamel (n=1). L'évolution clinique était favorable pour cinq enfants. Elle s'est compliquée d'une sténose de l'anastomose dans deux cas. Conclusion: Les étiologies de la constipation chronique sont dominées par les causes fonctionnelles. La maladie de Hirschsprung est la première cause organique des constipations chroniques de l'enfant. Elle indique une manométrie ano-rectale qui met en évidence l'absence du RRAI.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Effet laxatif et tolérance du lactulose administré en une ou deux prises dans le traitement de la constipation chronique idiopathique, Groupe d'Investigateurs d'Ile-de-France (GIIF).

  • Objectifs. - Le but de ce travail a été de comparer la tolérance et les effets d'une dose quotidienne de 20 g de lactulose, administrée en 1 et 2 prises, dans le traitement de la constipation chronique idiopathique. Méthodes. - Cent vingt et un patients ambulatoires souffrant de constipation chronique idiopathique, (30 hommes, 91 femmes , âge moyen 55 ans), ont été inclus dans une étude multicentrique conduite en double aveugle selon la méthodologie de l'essai croisé. Les patients devaient prendre le lactulose selon les deux modes d'administration lors de deux périodes successives de 3 semaines chacune. Chaque période comportait 2 semaines d'adaptation et une semaine d'évaluation. A la fin de chaque période, un indice global de satisfaction était établi. Les patients notaient chaque jour la fréquence et l'aspect des selles, la qualité de l'exonération et l'existence de symptômes digestifs. Résultats. - Le nombre de selles par semaine (7,29 ± 3,20 vs 7,08 ± 3,03), leur consistance et la qualité de leur exonération étaient équivalents, quels que soient le nombre de prises et la période de traitement. L'indice de satisfaction globale, identique avec 1 et 2 prises, était significativement meilleur à la fin de la deuxième période. La fréquence et l'intensité des effets secondaires étaient faibles et identiques avec 1 ou 2 prises , ils survenaient essentiellement pendant la première période de traitement. Conclusion. - Une prise unique le soir de 20 g de lactulose a les mêmes effets et une tolérance équivalente à celle de 2 prises de 10 g. L'effet sur l'exonération se maintient pendant les 6 semaines d'administration et la tolérance s'améliore.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Constipation et cancer : stratégies actuelles

  • Les troubles digestifs, et notamment la constipation, constituent des symptômes très fréquemment décrits par les patients atteints de cancer, avec un retentissement important sur leur qualité de vie. Le diagnostic précis du ralentissement du transit et des troubles de la défécation est nécessaire afin d’adapter au mieux la prise en charge thérapeutique. Les étiologies de constipation associées au cancer sont nombreuses et peuvent être séparées en trois cadres nosologiques, s’intriquant parfois entre eux : la constipation chronique antérieure au cancer et évoluant pour son propre compte, la constipation liée à la maladie cancéreuse avec notamment le syndrome occlusif et la constipation liée aux traitements du cancer. Le renforcement des mesures hygiéno-diététiques est souvent nécessaire et parfois suffisant. Les traitements médicamenteux laxatifs présentent des formes galéniques et voies d’administration différentes et seront choisis en fonction des caractéristiques de la constipation. Une prise en charge chirurgicale peut être indiquée en cas d’occlusion intestinale ou de troubles de la statique pelvienne. En cas de constipation rebelle liée aux opioïdes et dans le cadre d’une prise en charge palliative d’une pathologie avancée, un antagoniste morphinique périphérique peut permettre de soulager rapidement les symptômes. Afin d’améliorer la qualité de vie des patients, l’identification de facteurs favorisants notamment génétiques permettrait de déterminer les patients les plus à risque et ainsi anticiper leur prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude comparative du Forlax et du Transipeg dans le traitement de la constipation fonctionnelle de l'adulte.

  • Le but de ce travail a été de situer Forlax® dans sa classe thérapeutique en comparant son efficacité et sa tolérance à celle de Transipeg®dans le traitement de la constipation fonctionnelle chronique. 256 patients ambulatoires souffrant de constipation chronique idiopathique (38 hommes et 218 femmes, âge moyen 51 ans) ont été inclus dans une étude multi-centrique en double insu conduite sur deux groupes parallèles. Les patients étaient traités par 1 à 3 sachets par jour, ceux-ci adaptant eux-mêmes la posologie pour obtenir un résultat thérapeutique leur donnant satisfaction. La durée de l'étude était de 4 semaines avec 3 consultations à JO, J14 et J28. Les patients notaient: chaque jour, la fréquence et la consistance des selles, les conditions de l'exonération, l'existence de symptômes digestifs, chaque semaine, l'amélioration globale de la constipation sur une échelle visuelle analogique et en fin de traitement leur opinion sur l'état digestif global, la qualité de vie au cours de l'étude et le goût du traitement. Le médecin attribuait également au traitement un score d'efficacité. La fréquence et l'intensité des effets secondaires ont été faibles et identiques dans les deux groupes. L'efficacité de Forlaxe® s'est révélée significativement supérieure à celle du Transipeg®: tant sur l'amélioration globale de la constipation exprimée par le patient (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une cause rare de constipation: le neurinome du quatrième nerf lombaire. A propos d'un cas et revue de la littérature.

  • La constipation est un symptôme fréquent qu'il convient de ne pas négliger, en particulier si cette plainte est récente. Nous rapportons l'observation d'un patient chez qui ce symptôme a été la seule manifestation clinique d'une volumineuse tumeur rétro-péritonéale se révélant être un neurinome de la quatrième racine lombaire droite, lors de l'examen de la pièce opératoire. Les schwannomes extra-rachidiens se caractérisent volontiers par un symptomatologie d'emprunt, liée à la compression des structures de voisinage. Le diagnostic pré-opératoire est approché au mieux par l'IRM, mais seul l'examen de la pièce opératoire confirme l'histologie exacte de la tumeur. Les rapports étroits qu'entretient la masse tumorale avec les fibres nerveuses saines rend difficile l'extraction de celle-ci, sans conséquences fonctionnelles post-opératoires. Les chirurgiens discutent le bien-fondé d'une exérèse partielle afin de préserver l'intégrité de la racine nerveuse devant une tumeur bénigne à croissance lente. Cependant, il semblerait que la récupération de la force musculaire soit observée, même en cas de résection totale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitements de la constipation du nourrisson et de l’enfant

  • La constipation fonctionnelle est un motif de consultation fréquent en pédiatrie générale et plus fréquent encore pour les gastro-entérologues pédiatres. Sa prise en charge est parfois tardive et ses conséquences psychosociales, voire digestives parfois importantes, alors que le traitement est bien codifié et efficace. Les eaux très minéralisées, les manœuvres endo-anales et les régimes ne sont pas un traitement de la constipation avérée quel que soit l’âge. Le lactulose et lactitol ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) avant l’âge de 6 mois, le poly-éthylène-glycol (PEG) au-delà. L’huile de paraffine est moins utilisée. Le principe du traitement est de l’utiliser à dose suffisante et sur un temps parfois prolongé. Une phase de désimpaction fécale est parfois nécessaire en cas de fécalome avec ou sans encoprésie secondaire, elle peut se réaliser par PEG à forte dose sur quelques jours, ou lavements répétés. Les conseils d’hygiène de vie et surtout de défécation quotidienne dans des toilettes adaptées permettent de restaurer une fonction colique normale et d’éviter les rechutes à l’arrêt du traitement. Les aspects psychologiques primitifs ou secondaires ne doivent pas être négligés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic et gestion d’un cas particulier de constipation opiniâtre.

  • La constipation est un motif de consultation pédiatrique très courant. Les étiologies sont multiples mais le syndrome de pseudo- obstruction intestinale chronique, une cause de constipation chronique, est très rare. Nous rapportons le cas d’un jeune patient suivi pour de multiples épisodes de pseudo- obstruction intestinale avec une constipation opiniâtre. Le patient a subi plusieurs interven- tions chirurgicales pour soulager ses symptômes car les traitements à base de diète liquide et de laxatifs ne se sont pas toujours montrés efficaces. Nous reverrons les diagnostics différentiels d’une constipation chronique et nous discuterons de l’entité diagnostique particulière de ce jeune patient. Nous discuterons également des différents traitements entrepris pour lui permettre de continuer à s’alimenter normalement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Incidence de la constipation dans une population de patients atteints d'hémiplégie vasculaire récente: étude prospective de 152 cas.

  • La constipation est une plainte fréquente des patients hospitalisés. Cette étude prospective a été effectuée chez 152 patients hospitalisés pour hémiplégie dans un service de rééducation. Les critères de constipation étaient l'existence de moins de trois selles par semaine et l'utilisation de laxatifs. Il existait une constipation chez 60 p. 100 des patients. L'incidence de la constipation était indépendante du sexe et de l'âge des patients. Elle était liée à la gravité de l'hémiplégie, évaluée par l'indice de Barthel. La responsabilité respective de l'alitement et de la maladie neurologique est discutée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Constipation idiopathique chronique de l'adulte. Pathogénie et traitement.

  • Cette mise au point a pour but de préciser les principaux facteurs impliqués dans la constipation idiopathique chronique de l'adulte (substrats coliques, fermentation bactérienne, péristaltisme colique, anomalies du plancher pelvien et facteurs psychologiques) et les méthodes d'explorations fonctionnelles facilement disponibles (temps de transit colique, manométrie ano-rectale). Les différentes possibilités thérapeutiques sont détaillées, en prenant en considération les mesures hygiéno-diététiques et pharmacologiques (laxatifs à action mono ou multifactorielle), le biofeedback et l'approche psychologique. Les principales situations observées en pratique clinique sont précisées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Emphysème sous-cutané cervical: complication d'une constipation. Revue de la littérature.

  • L'observation rapportée concerne une femme de 68 ans, constipée chronique, hospitalisée en urgence pour détresse respiratoire et emphysème sous-cutané cervical. L'exploration endoscopique des voies aéro-digestives sus-diaphragmatiques était normale. L'aggravation d'un syndrome abdominal a conduit à un laparotomie qui a permis de découvrir une fissuration du rectum sous-péritonéal. L'explication de cette complication révélatrice est fournie par la topographie des espaces de diffusion cervico-thoraco-abdominaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colectomie gauche cielio-assistée pour constipation morbide, à propos de deux cas.

  • • Les auteurs rapportent deux cas de dolichocôlon générateurs de constipation morbide opérés par voie laparoscopique chez un homme et une femme de 43 et 41 ans. Le traitement a consisté en une colectomie gauche avec anastomose colorectale. Les suites ont été simples avec une mortalité et une morbidité nulles. Les résultats sur la constipation ont été bons. Les auteurs concluent à l'intérêt de cette technique dans le traitement du dolichocôlon au prix d'une bonne sélection des patients.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Dyspepsie fonctionnelle--Constipation--incontinence anale.

  • En ce qui concerne la dyspepsie fonctionnelle, la constipation et l'incontinence anale, les principales acquisitions thérapeutiques de la période de revue sont: pour la dyspepsie fonctionnelle, bien considérer que les signes d'alarme ne sont pas des critères absolus de gravité , pour la constipation, l'encouragement à répéter des conseils utiles comme la pratique de l'exercice physique et pour l'incontinence anale, la neuromodulation transcutanée et la TENS (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation) comme éventuelle alternative à la neuro-modulation sacrée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. Constipation et syndrome de masse abdominale chez une patiente de 51 ans.

  • Une patiente de 51 ans consulte pour des ballonnements abdominaux associés à une constipation opiniâtre. L’exploration clinique démontre la présence d’une tumeur dans la fosse iliaque gauche dont l’analyse anatomo-pathologique conclut à un carcinome séro-papillaire de la trompe utérine. Nous discutons les problèmes diagnostiques et thérapeutiques posés par cette tumeur gynécologique rare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Constipation et troubles de la continence fécale chez le sujet âgé.

  • Les troubles de la fonction anorectale (constipation et incontinence fécale) sont très fréquents chez les sujets âgés. L’évaluation globale du patient avec son histoire médicale, ses comorbidités, ses traitements, mais aussi son environnement social et sa dépendance physique est, plus que jamais, nécessaire dans cette population à haut risque pour orienter l’exploration et la prise en charge de ces troubles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La rééducation en biofeedback: rôle dans la constipation terminale de l'enfant

  • La constipation terminale avec ou sans encoprésie chez l'enfant s'accompagne souvent de perturbation des mécanismes de la défécation mise en évidence par la manométrie anorectale. Ces mécanismes peuvent être rééduqués par biofeedback.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La constipation

  • La constipation est un motif de consultation fréquent. En prenant en compte les avis d’experts et la revue de la littérature, nous rappelons de façon pratique la physiopathologie, les symptômes, les modalités de diagnostic et de traitement de cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Alimentation et constipation

  • Une alimentation riche en fibres, une bonne hydratation et une activité physique régulière favorisent un transit régulier. Malgré l’apparente simplicité de ces règles hygiéno-diététiques, de nombreux patients sont constipés. L’infirmière est là pour les conseiller.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Assessing and Preventing Constipation

  • One of Pierre's patients in the Cardiac Unit is suffering from constipation. Pierre collects data to assess his condition and gives him advice to cope with his disorder.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov