Conjonctivite [ Publications ]

Une épidémie de conjonctivites hémorragiques aiguës dans la region d'Antananarivo.

  • Une épidémie de conjonctivite hémorragique aiguë a frappé la ville de Tananarive en 1982. Elle a connu un maximum au mois de Mars. L'affection qui a fait plusieurs milliers de cas a frappé toutes les classes d'âges avec une forte prédominance masculine (64%). Les tentatives d'isolement, effectuées sur 33 prélèvements, en utilisant les cellules Hep2 et Vero ont permis la mise en évidence d'un adénovirus 2 et d'un adénovirus 4. Ces résultats sont discutés en fonction des autres épidémies observées dans le monde.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La plaque vernale, complication de la conjonctivite dite printanière.

  • La plaque vernale représente une complication cornéenne particulière de la conjonctivite printanière. Cliniquement elle est caractérisée par sa forme ovalaire, son aspect grisâtre, son allure torpide résistant à tout traitement. L'étude histologique, optique et ultrastructurale montre qu'elle est constituée de dépôts de fibrine adhérant à une membrane de Bowman bien conservée. Ces dépôts entravent la progression latérale de l'épithélium et s'opposent à la cicatrisation spontanée de la lésion qui ne cède qu'à la kératectomie superficielle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude randomisée multicentrique acide fusidique gel ophtalmique et rifamycine collyre dans les conjonctivites aiguës.

  • 163 patients présentant une conjonctivite aiguë, présumée bactérienne par la purulence des sécrétions, ont été inclus dans un essai randomisé, comparant l'acide fusidique gel, une nouvelle formulation ophtalmologique à 1% d'acide fusidique, instillé 2 fois par jour, à la rifamycine collyre instillée 4 fois par jour et ce pendant 7 jours pour les 2 préparations.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Blépharo-conjonctivite chronique au cours d'un traitement par acitrétine (Soriatane).

  • Nous rapportons le cas d'un patient ayant présenté une blépharoconjonctivite chrônique au cours du traitement d'un psoriasis par acitrétine (20-25 mg/j par voie orale), un nouvel analogue synthétique de la vitamine A et le principal métabolite de l'étrétinate. Le test de Schirmer, le lysozyme des larmes étaient normaux alors que le test au rose bengale, le test à la fluorescéine et le temps de rupture du film lacrymalpré-cornéen étaient pathologiques. Les glandes de Meibomius, étudiées par transillumination, étaient atrophiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Que savons-nous de la limboconjonctivite endémique des tropiques ? Et quel rapport avec les parasites intestinaux ?

  • De l’hypothèse étiologique parasitaire intestinale de la limboconjonctivite endémique des tropiques (LCET), nous avons mené une étude analytique de type cas témoins sur des enfants atteints de LCET, consultés au service d’ophtalmologie de l’hôpital Laquintinie de Douala au cours de la période du 2 janvier au 30 avril 2015.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement précoce de l'herpès oculaire. A propos de 6 cas de conjonctivites herpétiques.

  • Six patients ayant des antécédents d'herpès cornéen récidivant ont été examinés dans les 48 heures suivant le début d'une conjonctivite avec isolement d'un herpès simplex virus de type 1. Traités aussitôt par Trifluorothymidine collyre, ils ont rapidement guéri et n'ont pas développé de lésions cornéennes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Conjonctivite à gonocoque chez une jeune adulte

  • Nous rapportons la prise en charge d’une patiente présentant une conjonctivite purulente unilatérale, non compliquée, sans autre atteinte clinique. L’aspect clinique typique et l’examen direct des sécrétions ont permis d’évoquer une conjonctivite à gonocoque et d’initier le traitement. Une souche de

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les kérato-conjonctivites virales, les kératites traumatiques infectées et la cortisone.

  • Le synacthène retard en injections intra-musculaires est employé avec succès dans les kérato-conjonctivites virales, les conjonctivites en général et apporte une aide décisive dans certaines kératites traumatiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les Enterovirus responsables de conjonctivite aiguë hémorragique

  • La conjonctivite aiguë hémorragique (CAH) est une forme épidémique extrêmement contagieuse de conjonctivite caractérisée cliniquement par l’apparition brutale d’un épanchement sanguin au niveau des conjonctives. La première épidémie de CAH fut décrite en 1969 au Ghana et surnommée

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Conjonctivite néonatale à Neisseria Gonorrhoeae : illustration clinique, prophylaxie et perspectives d’avenir

  • Ce nouveau-né de 6 jours a présenté un écoulement oculaire purulent bilatéral avec un érythème conjonctival. La recherche par amplification génique (PCR) réalisée au niveau du pus a mis en évidence la présence d’ADN de

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation de l'astémizole dans les conjonctivites allergiques.

  • Une étude ouverte de 4 semaines a été effectuée pour évaluer l'efficacité et la tolérance de l'astémizole dans le traitement des conjonctivites allergiques. 31 patients ont été étudiés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Kérato-conjonctivite phlycténulaire marginale d'origine tuberculeuse (tuberculose bovine).

  • Chez un employé d'abattoir ayant contracté une tuberculose bovine et un Rouget du Porc par inoculation cutanée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov