Communications interauriculaires [ Publications ]

communications interauriculaires [ Publications ]

Publications > communications interauriculaires

  • Dans le but de pouvoir comparer ultérieurement les résultats de la fermeture chirurgicale et de la fermeture percutanée des communications interauriculaires, les complications postopératoires immédiates ont été analysées chez 1 011 patients consécutifs, opérés d'une communication interauriculaire entre 1980 et 1998 à l'hôpital Marie-Lannelongue. Cinq patients sont décédés (0,49 %) d'un bas débit cardiaque (n = 3), d'un oedème pulmonaire (n = 1) ou d'hypertension artérielle pulmonaire (n = 1). Un total de 356 patients (35,2 %) ont eu 448 complications postopératoires. Parmi celles-ci, 77 % ont été définies comme mineures et 23 % comme majeures. Les complications mineures comprennent les troubles du rythme et de conduction (n = 130), les complications respiratoires (n = 90), l'épanchement péricardique (n = 64). Les complications sévères principales sont la défaillance cardiaque (n = 27), la tamponnade (n = 13), les complications neurologiques (n = 8), auxquelles s'ajoutent les réinterventions (n = 28). Parmi les survivants, 95,6 % des patients sont sortis de l'hôpital sans problème résiduel et 41 (4,4 %) gardent des séquelles : troubles du rythme (n = 29 dont un stimulateur cardiaque), complications neurologiques (n = 4), fuite mitrale acquise (n = 2), paralysie phrénique (n = 1), minime shunt résiduel (n = 10). Les facteurs corrélés à la morbidité chirurgicale sont l'âge, le degré d'hypertension artérielle pulmonaire, le type de communication interauriculaire (moins de morbidité dans l'ostium secundum), l'existence de lésions associées, la voie d'abord chirurgicale (morbidité moindre par thoracotomie postérolatérale droite). Cette étude rend compte du risque incompressible de la chirurgie cardiaque à coeur ouvert. Elle servira de base pour une étude comparative des 2 techniques actuelles de fermeture des communications interauriculaires: chirurgicale et percutanée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Validation chirurgicale de l'échocardiographie tridimensionnelle transthoracique pour l'évaluation anatomique des communications interauriculaires.

  • La fermeture des communications Interauriculaires par cathétérisme interventionnel impose une connaissance parfaite de leur morphologie et de leurs rapports anatomiques. Cette étude évalue la capacité de l'échocardiographie tridimensionnelle transthoracique à sélectionner les communications interauriculaires accessibles à une prothèse occlusive. Les mesures échographiques tridimensionnelles transthoraciques de 17 patients (extrêmes : 4 et SS ans) atteints de communication interauriculaire de type ostium secundum sont comparées à la chirurgie dans une étude prospective. Les diamètres maximaux du défect. la hauteur du septum interauriculaire, les distances aux veines caves supérieures (berge postéro-supérieure) et Inférieure (berge postéro-inférieure), au sinus coronaire et à la valve tricuspide sont mesurés sur une reconstruction du septum interauriculaire, vu de l'oreillette droite. La berge aortique est mesurée à partir d'une vue tridimensionnelle de l'oreillette gauche. Treize examens sur 17 (76 %) sont exploitables. Les diamètres du défect varient au cours du cycle cardiaque (p = 0.0002). La corrélation entre les mesures chirurgicales et échographiques r varie de 0.82 pour le diamètre maximal à 0.6 pour la berge postéro-inférieure. L'échographie tridimensionnelle détecte toutes les contre-indications actuelles à une prothèse occlusive : 2 berges postéro-inférieures et une berge aortique insuffisantes, 9 diamètres maximaux du défect trop importants, 3 hauteurs du septum interauriculaire insuffisantes, une communication interauriculaire double. Le sinus coronaire n'est vu que dans un cas. L'échographie tridimensionnelle transthoracique est une technique non invasive capable d'améliorer la sélection des communications interauriculaires accessibles à une prothèse occlusive. La voie transœsophagienne pourrait être réservée aux candidats sélectionnés par vole transthoracique afin de repérer de petites structures (sinus coronaire), et lorsque la fenêtre échographlque est mauvaise.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Communications interauriculaires larges de l'adulte: résultats d'une tentative systématique de fermeture percutanée.

  • Introduction : devenue d'application régulière en 1998, la fermeture percutanée des communications interauriculaires de type ostium secundum restait limitée par la taille du diamètre étiré de celles-ci lors de leur calibration au ballonnet. En mars 2004, après une expérience de 551 patients, il est apparu que le diamètre étiré admissible maximal (40 mm), taille maximale disponible de la prothèse utilisée (Amplatzer), pouvait être souvent dépassée. La condition anatomique nécessaire était l'existence d'un rebord circonférentiel même minime, sauf en regard de l'aorte où son absence n'était pas gênante. Matériel et méthodes : du 31 mars 2004 au 31 décembre 2005, 17 patients âgés de 17 à 58 ans entraient dans ces conditions et ont donc fait l'objet d'une tentative de fermeture percutanée avec le protocole habituel. La mise en place de la prothèse a toujours été difficile. Elle fait appel à une multitude de techniques destinées à présenter la prothèse dans un plan satisfaisant sans risque de lui faire déchirer une partie de la cloison interauriculaire résiduelle. Résultats : chez 16 des 17 patients, la tentative a été fructueuse. Le seul échec est survenu lors d'une absence complète de rebord postérieur. Les suites ont été simples, sans shunt résiduel, ni déplacement de la prothèse lors des contrôles ultérieurs. Discussion et conclusion : en pratique, les communications interauriculaires très larges, de diamètre étiré supérieur à 40 mm, peuvent donc faire l'objet d'une tentative de fermeture percutanée par prothèse d'Amplatz avec des chances de succès raisonnables. Ces tentatives ne font pas courir de risque particulier, et le résultat en cas de succès est comparable à ceux des communications interauriculaires moins larges.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fermeture percutanée des communications interauriculaires de type ostium secundum par le dispositif Amplatz. Etude préliminaire à propos de 29 patients.

  • Le but de l'étude est d'évaluer les résultats de fermeture percutanée des communications interauriculaires de type ostium secundum par le dispositif Amplatz et de les comparer avec d'autres dispositifs. Méthodologie : en un an, une fermeture de communication interauriculaire a été effectuée chez 28 patients âgés de 7 à 66 ans (médiane 32 ans) avec un shunt gauche-droite exclusif. La sélection a été faite par échographie transthoracique. Un cathétérisme cardiaque a été réalisé pour mesurer le diamètre étiré de la communication. Après accord des parents ou des patients, la fermeture a été réalisée sous anesthésie générale. L'implantation est falte sous contrôle de l'échographie transœsophaglenne. Le diamètre du dispositif correspond au diamètre tiré. Les patients ont quitté l'hôpital 48 heures après avec un traitement anti-agrégeant plaquettaire pendant 6 mois. Un contrôle clinique, électrique, radiologique et échocardiographique est effectué 1 mois. 3 mois et 1 an après l'implantation. Résultats: le diamètre étiré était de 12 à 27 mm, médiane 22 mm. Le dispositif a été retiré une fois en raison d'une double communication interauriculaire et l'autre échec est dû à une embolisation de l'obturateur dans l'artère pulmonaire avant largage, immédiatement après, l'occlusion était totale dans 21 cas sur 26, à un mois il persistait deux shunts résiduels et aucun à 3 mois et à 1 an. Sur 46 communications interauriculaires fermées avec la prothèse boutonnée de Sidéris, l'occlusion a été totale 29 fois et partielle 17 fols. Conclusion: le dispositif d'Amplatz est un moyen efficace de fermer une communication interauriculaire de type ostium secundum. Si la sélection est rigoureuse les résultats sont excellents.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Critères de non-fermeture percutanée des communications interauriculaires de type ostium secundum par l'Amplatzer septal occluder.

  • Le but de l'étude est de connaître les critères empêchant la fermeture percutanée d'une communication interauriculaire de type ostium secundum par le dispositif Amplatzer septal occluder. De janvier 1999 à décembre 2000, 121 patients consécutifs d'âge moyen de 24 ans (extrêmes : 8 et 19) atteints d'une communication interauriculaire de type ostium secundum ont eu un examen échocardiographique avec doppler par voie transthoracique pour évaluer le diamètre maximal de la communication, la dimension des rebords et la longueur du septum interauriculaire , 92.5 % d'entre eux ont eu un bilan hémodynamique pour évaluer le shunt et le diamètre étiré. La comparaison des moyennes du groupe avec ombrelle par rapport au groupe chirurgie a été réalisée par le test de Student, celles des fréquences par le test khi 2. Des courbes ROC ont été effectuées pour les paramètres numériques. Après ces 2 examens, 68 patients ont eu une tentative de fermeture percutanée avec 61 succès (84,7 %) et 53 une fermeture chirurgicale d'emblée. Le groupe chirurgical était plus jeune, avec un shunt plus important et une communication plus large. Les critères de non-fermeture en dehors du retour veineux pulmonaire anormal sont : rebord insuffisant (59 % des cas), diamètre trop large (16 %), septum multiperforé (16 %) et longueur du septum insuffisante (9 %). La fermeture percutanée a pu être réalisée dans les 2/3 des communications interauriculaires sans retour veineux pulmonaire anormal. Les candidats à la chirurgie étaient plus jeunes, avec un shunt plus important et un diamètre plus large. A posteriori 8 patients du groupe chirurgie auraient pu avoir une fermeture percutanée et 7 patients du groupe ombrelle auraient pu être adressés directement en chirurgie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation anatomique des communications interauriculaires de type ostium secundum par échocardiographie tridimensionnelle.

  • La décision de fermer une communication interauriculaire de type ostium secundum par cathétérisme interventionnel implique une connaissance aussi précise que possible de sa taille, de sa forme et des rapports de ses berges avec les structures voisines. L'échocardiographie tridimensionnelle offre des vues uniques du septum interauriculaire et nous avons voulu étudier son aptitude à satisfaire ces connaissances. Au cours d'un essai clinique multicentrique européen de fermeture de défauts septaux auriculaires par implantation de la prothèse CardioSEAL. 10 patients, âgés de 8 à 20 ans, ont été examinés au préalable en échocardiographie transcesophagienne avec reconstruction tridimensionnelle du septum interauriculaire vu de l'oreillette gauche ou de l'oreillette droite. Le défaut septal avait une géométrie très variable, ronde, ovale, en raquette, et était parfois multiple. La surface de ces communications variait de près de 70 % au cours du cycle cardiaque, maximale en systole ventriculaire et minimale en systole auriculaire. Le diamètre maximal mesuré par l'échocardiographie bidimensionnelle transoesophagienne a sous-estimé de 30 % celui mesuré en trois dimensions. Deux patients avaient une berge caudale Juxta-aortique ou céphalique Juxta-cave supérieure considérées comme insuffisantes pour l'implantation par cathétérisme d'une prothèse occlusive de type CardioSEAL. Un autre au contraire avait une berge juxta-aortique suffisante alors qu'elle paraissait trop étroite en imagerie conventionnelle. En conclusion, l'échocardiographie transcesophagienne avec reconstruction tridimensionnelle est la meilleure méthode de sélection des candidats à la fermeture des communications interauriculaires de type ostium secundum par cathétérisme interventionnel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Expérience française de la fermeture des communications interauriculaires de type ostium secundum par la prothèse boutonnée de Sideris.

  • De février 1992 à novembre 1995, 4 équipes françaises ont utilisé la prothèse boutonnée de Sideris pour fermer 122 communications interauriculaires de type ostium secundum, foramen ovale, ou fenestration chirurgicale chez 121 patients âgés de 2 à 79 ans, d'un poids de 10 à 96 kg, avec un shunt gauche-droite dans 110 cas (QP/QS moyen : 2,09), droite-gauche dans 12 cas. La prothèse est de type habituel dans 115 cas, dont 8 centrées sur un guide, de type inversé dans 5 cas, et de type centering-device chez 2 patients. Dix-neuf tentatives d'implantation sont abandonnées avant largage de la prothèse. Résultats immédiats : la communication interauriculaire est fermée chez 116 patients , 59 ont une occlusion complète, 43 un shunt minime. Cinq patients sont opérés pour non-boutonnage ou malposition de la prothèse, chez un autre, elle peut être retirée par cathétérisme. Lors du suivi qui va de 1 mois à 3 ans, 20 patients sont opérés pour diverses complications, dont la plus fréquente est une malposition de la prothèse (17 cas) avec un shunt plus ou moins conséquent. Chez un autre, une deuxième prothèse doit être mise en place. Soixante-dix-sept patients ont été revus à 1 an, 28 à 2 ans, 6 à 3 ans. Les shunts résiduels se réduisent avec le temps, sans disparaître complètement dans environ 1 cas sur 2. Des fractures secondaires de bras, n'ayant pas nécessité le recours à la chirurgie, ont été constatées chez 5 patients. Les échecs et complications résultent de diverses causes qui sont discutées. Les perfectionnement successifs apportés à la technique et l'expérience des équipes devraient en limiter l'incidence. Les indications doivent néanmoins rester prudentes, surtout chez les jeunes enfants.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fermeture percutanee des communications interauriculaires ostium secundum par Amplatzer. A propos des 5 premieres observations Tunisiennes.

  • Nous rapportons notre expérience préliminaire de l'utilisation de la prothèse d'Amplatzer pour la fermeture percutanée des communications inter auriculaires ostium secundum. Entre septembre 2000 et juillet 2001, cinq prothèses ont été implantées chez 5 patients dont 4 femmes et un homme. L' âge des patients allait de 18 à 66 ans. Une large communication inter atriale était objectivé à l'échocardiographie trans thoracique dans tous les cas. La procédure s'est déroulée sous anesthésie générale et échographie trans œsophagienne. Le diamètre étiré du défaut septal. a été déterminé par calibration au ballon, variait de 21 à 32 mm. Des prothèses de 20 à 32 mm ont été respectivement déployées. La procédure était menée sains complications, dans tous les cas. L'occlusion totale de la communication inter auriculaire immédiatement après la procédure, était observée dans 2 cas, et dans tous les cas, 24 heures après. Le contrôle des 3 premiers patients avec un recul de 9 mois avait montré l'absence de complications. La fermeture percutanée des communications inter auriculaires ostium secundum par Amplatzer apparaît comme une approche faisable et sure. Cependant, les résultas à long terme en comparaison avec la chirurgie restent à déterminer, avant de conclure de manière définitive quant à l'usage de cette prothèse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hypertension artérielle pulmonaire sévère au cours des communications interauriculaires type ostium secundum.

  • Entre 1969 et 1999, 149 patients porteurs de communication interauriculaire type ostium secundum, ont été cathétérisés. L'âge moyen des patients était de 21.5 ± 16 ans (2-67). La pression artérielle pulmonaire systolique est en moyenne de 35 ± 15.6 mm Hg (15-140). La fermeture du defect septal a été réalisée chez 108 patients (107 fois par chirurgie, et une fois par cathétérisme interventionnel). Le suivi moyen des 117 patients était de 8 ± 7 ans (1-20). La mortalité globale était de 2.7% L'hypertension artérielle pulmonaire sévère (pression systolique supérieure ≥ à 50 mm Hg) observée dans 13.4% des cas, était constatée à tous les âges, mais surtout au-delà de l'âge de 20 ans. L'obstruction vasculaire pulmonaire était notée dans 2% des cas. L'analyse des données cliniques et hémodynamiques a permis de déduire que l'hypertension artérielle pulmonaire sévère complique fréquemment l'évolution des communications interauriculaires type ostium secundum Elle s'installe de manière imprévisible à tous les âges, et aggrave considérablement le pronostic de la cardiopathie. Le profil hémodynamique des CIA, ainsi que l'essor actuel des techniques de fermeture par cathétérisme interventionnel, incitent à réaliser l'exploration invasive de manière plus routinière, pour un choix approprié et précoce de l'option thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Communications interauriculaires: problèmes posés à l'âge adulte.

  • Les communications interauriculaires de l'adulte ont vu leur tableau clinique modifié grâce à la généralisation des interventions dès l'enfance d'une part, à l'essor diagnostique de l'échographie transœsophagienne d'autre part. Des complications peu fréquentes, telles que les embolies paradoxales ou les abcès du cerveau, leur sont maintenant mieux rattachées. Lhypertension artérielle pulmonaire, complication redoutée depuis toujours, est désormais mieux comprise: la forme sévère avec shunt droite-gauche (syndrome d'Eisenmenger) est le fait rare de certains adultes jeunes, à terrain génétique probablement particulier: la forme moins sévère, avec persistance d'un shunt gauche-droite important survient plus volontiers chez l'adulte de la cinquantaine et restera longtemps bénéficiaire de la fermeture de la communication interauriculaire. Il est maintenant prouvé que cette fermeture, même tardive, améliore les signes fonctionnels, avec une Influence moindre sur les troubles du rythme auriculaires. La fermeture percutanée est devenue le premier choix thérapeutique et la chirurgie ne s'impose désormais qu'après preuve de l'impossibilité de la fermeture endocavitaire. La fermeture des communications interauriculaires de petite taille reste un sujet de controverse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fermeture percutanee des communications interauriculaires ostium secundum par amplatzer. A propos des 5 premieres observations tunisiennes.

  • Les auteurs rapportent leur expérience préliminaire de la mise en place de la prothèse d'Amplatzer pour la fermeture percutanée des communications inter auriculaires (CIA) type ostium secundum. Entre septembre 2000 et juillet 2001, cinq prothèses ont été implantées chez 5 patients, âgés de 18 à 66 ans. Une large communication interatriale était objectivée à l'échocardiographie transthoracique dans tous les cas. La procédure s'est déroulée sous anesthésie générale et échographie transœsophagienne. Le diamètre étiré du défaut septal, déterminé par calibration au ballon, variait de 21 à 32 mm. Des prothéses de 20 à 32 mm ont été respectivement déployées. La procédure était menée sans complications. L'occlusion totale de la communication interauriculaire immédiatement après la procédure, était observée, dans tous les cas, 24 heures après. Le contrôle des 3 premiers patients avec un recul de 9 mois a montré l'absence de complications. La fermeture percutanée des CIA ostium secundum par Amplatzer apparaît comme une approche faisable et sûre. Cependant, les résultas à long terme en comparaison avec la chirurgie restent à déterminer.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Reconstruction tridimensionnelle par échocardiographie transoesophagienne des prothèses Amplatzer et CardioSEAL après fermeture percutanée des communications interauriculaires.

  • Objectif. Les prothèses Amplatzer et CardioSEAL sont utilisées pour la fermeture percutanée des communications interauriculaires. Les données sur la morphologie in vivo de ces prothèses sont inconnues et c'est pourquoi nous avons voulu décrire leur profil géométrique par échocardiographie tridimensionnelle. Méthodes. Treize patients de 6 à 18 ans ont été soumis à la fermeture percutanée d'une communication interauriculaire de type ostium secundum par la prothèse CardioSEAL (n = 8) ou par la prothèse Amplatzer (n = 5). Des reconstructions tridimensionnelles du défaut septal et de la prothèse ont été réalisées à partir de coupes échocardiographiques transoesophagiennes. Résultats. Si les défauts septaux fermés par la prothèse Amplatzer avaient un diamètre étiré supérieur à celui du groupe CardioSEAL (22 t 2 vs 18±1 mm , p = 0,003), leur surface échocardiographique n'était pas différente (3.3 ± 1 vs 3,6±1 cm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude médico-économique de la fermeture percutanée et chirurgicale des communications interauriculaires de type ostium secundum.

  • Le but de cette étude est l'évaluation médico-économique de la fermeture des communications interauriculaires de type ostium secundum chez 32 patients, traités par cathétérisme cardiaque (groupe A : n = 17) ou par chirurgie (groupe B : n = 15). Le taux de succès a été de 100 % avec les 2 techniques. Avec les données de l'échelle nationale de coût nous avons évalué le coût global des 2 traitements selon le programme de médicalisation des systèmes d'information et à partir des groupes homogènes de malades 150 (cathétérisme), 169 et 170 (chirurgie). La valeur du groupe homogène de malades 150 étant très inférieure au prix même du matériel utilisé pour le cathétérisme, un groupe 150 ajusté incluant le prix de ce matériel a été créé. Une évaluation en point d'indice synthétique d'activité a également été effectuée. La durée moyenne d'hospitalisation du groupe A était diminuée de 6,1 jours par rapport au groupe B (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Calibrage des communications interauriculaires: comparaison des méthodes du ballon et de l'échocardiographie transoesophagienne 3D.

  • La fermeture des communications interauriculaires (CIA) par cathétérisme cardiaque est une alternative à la technique chirurgicale. Le calibrage de la CIA par étirement au ballon est considérée comme la méthode de référence. L'échographie transoesophagiennne 3D (ETO-3D) offre une imagerie de surface de la CIA et permet la mesure de son diamètre maximal. Soixante-dix patients ont eu, en vue d'une fermeture percutanée, un calibrage simultané de la CIA par ETO-3D et par ballon. Le diamètre moyen maximal mesuré par ETO-3D était de 20 ± 15 mm (extrêmes : 10 et 28) alors que le diamètre étiré moyen par ballon était de 22 ± 5 mm (extrêmes : 9 et 31). La corrélation entre les 2 méthodes était bonne (y = 3,15 + 0,77x , r = 0,8 , p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cure chirurgicale des communications interauriculaires par thoracotomie antéro-latérale droite.

  • Motivés par des considérations esthétiques, nous avons réalisé sous thoracotomie antéro-latérale droite, une chirurgie du septum interatrial chez 80 patientes d'âge moyen 24±13 (extrêmes : 12 et 62) entre 1984 et 1994. Les anomalies rencontrées étaient : des communications interauriculaires de type : ostium secundum (62) , sinus venosus (12) , basses (2) , ostium primum dans le cadre de canaux atrio-ventriculaires partiels (4). La mortalité était nulle. Le résultat esthétique a été jugé satisfaisant par l'ensemble des patientes. Un abord par thoracotomie antéro-latérale droite dans la chirurgie du septum Interatrial permet de répondre au légitime désir d'un résultat esthétique tout en respectant l'impératif d'une sécurité maximale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Echocardiographie transthoracique 3D: une méthode de sélection avant fermeture percutanée des communications interauriculaires.

  • L'anatomie d'une communication interauriculaire doit être parfaitement connue avant la mise en place percutanée d'une prothèse. L'échocardiographie 3D transthoracique est une méthode non invasive offrant une imagerie de la surface du défaut septal et de ses berges. Cinquante-deux patients âgés de 3 à16 ans ont subi une échocardiographie 3D transthoracique rotationnelle. Trente-six (69 %) ont été sélectionnés pour une fermeture percutanée (berges >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov