Colite lymphocytaire [ Publications ]

colite lymphocytaire [ Publications ]

Publications > colite lymphocytaire

  • Objectifs. - Le but de notre étude a été de tester l'hypothèse selon laquelle certaines diarrhées fonctionnelles pourraient être des formes cliniques mineures de colite collagène ou lymphocytaire. Malades et méthodes. - Vingt malades consécutifs décrivant une diarrhée chronique et ayant un aspect endoscopique normal de la muqueuse colique ont été inclus dans l'étude. A partir de biopsies coliques étagées ont été déterminés pour chaque malade un diagnostic histologique conventionnel et un diagnostic histologique quantitatif de colite lymphocytaire ou collagène. Ce dernier était basé sur l'évaluation semi-quantitative des altérations histologiques de l'épithélium de surface et de l'infiltration du chorion par des cellules inflammatoires mononuclées, la numération des lymphocytes intra-épithéliaux et la mesure de l'épaisseur de la bande collagène sous-épithéliale. Les biopsies coliques de 12 sujets témoins sans diarrhée ont été étudiées selon les mêmes modalités. Résultats. - Chez les 20 malades avec diarrhée, 3 diagnostics quantitatifs de colite collagène (bande collagène mesurant entre 11 et 26 μm) et 1 de colite lymphocytaire (21 % de lymphocytes intra-épithéliaux) ont été portés. Chez les 16 malades restants, ayant une diarrhée fonctionnelle, le pourcentage moyen des lymphocytes intra-épithéliaux (12 ± 5 %) n'était pas statistiquement différent de celui des témoins (9 ± 4 %). De même, les scores moyens d'altération épithéliale et d'infiltration du chorion du groupe « diarrhée » sans colite (1,2 ± 1,0 et 1,7 ± 1,5) n'étaient pas différents de ceux du groupe témoin (1,3 ± 1,3 et 1,5 ± 1,2). Le poids de selle moyen des 16 malades avec diarrhée et sans colite collagène ou lymphocytaire était de 161 ± 130 g/j, inférieur à 300 g/j, sauf chez un malade ayant un antécédent de vagotomie tronculaire. Conclusions. - Ces résultats suggèrent que la plupart des diarrhées chroniques fonctionnelles ne sont pas des formes cliniques mineures de colite collagène ou lymphocytaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diarrhée chronique secondaire à la prise de piroxicam beta-cyclodextrine associée à une colite lymphocytaire.

  • INTRODUCTION : La colite lymphocytaire est un syndrome anatomoclinique associant une diarrhée chronique sans anomalie endoscopique et des atteintes histologiques coliques OBSERVATION : Une femme, âgée de 52 ans a été hospitalisée pour une diarrhée chronique avec 10 à 30 selles liquides par jour ayant débuté 8 jours après la prise de piroxicam β-cyclodextrine Les biopsies étagees rectocoliques objectivaient un taux de lymphocytes intra-épithéliaux supérieur à 20 % permetant de conclure à une colite ly mphocytaire Un traitement par 5 ASA à la dose de 3 g/24 h permettait une regression de la symptomatologie en moins d'1 semaine COMMENTAIRES: La colite lymphocytaire est rare Sa cause est encore inconnue mais un mécanisme auto-immun secondaire a certains médicaments est possible Dans cette observation les anti-inflammatoires non-steroidiens semblent intervenir comme certains auteurs ont montré qu'ils pouvaient le faire dans la pathogénie de la colite collagène.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite lymphocytaire imputable à la ticlopidine.

  • La colite lymphocytaire est une cause rare de diarrhée chronique. Elle est définie par l'existence d'anomalies histologiques modérées au sein d'une muqueuse colique endoscopiquement normale. Elle s'associe souvent à un contexte d'auto-immunité, mais peut également être induite par certains médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les veinotoniques. Nous rapportons chez un patient de 65 ans un cas de colite microscopique associant une colite collagène et une colite lymphocytaire responsable d'une diarrhée chronique, apparue après la prise de ticlopidine. Cette diarrhée a pu être attribuée à la colite lymphocytaire induite par la ticlopidine en raison de la chronologie d'apparition de la diarrhée, d'un test de réintroduction de la ticlopidine positif et enfin de la disparition de l'exocytose lymphocytaire à distance de l'arrêt du traitement. La ticlopidine a été fréquement incriminée dans la survenue de diarrhée chronique, dont la colite lymphocytaire semble être une des étiologies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La colite lymphocytaire et la colite collagène sont-elles une seule et même maladie? Arguments tirés d'une étude quantitative sur biopsie.

  • La colite collagène et la colite lymphocytaire sont deux maladies définies par un syndrome anatomo-clinique associant une diarrhée hydrique chronique et des anomalies microscopiques à l'examen de biopsies coliques, en l'absence de tout signe radiologique et endoscopique. Certains auteurs ont insisté sur les similitudes entre colite collagène et colite lymphocytaire, suggérant que ces deux entités pourraient constituer deux aspects différents, peut-être successifs, de la même maladie. Pour évaluer ces similitudes, nous avons comparé 12 cas de colite collagène et 7 cas de colite lymphocytaire. L'étude portait sur des biopsies effectuées au niveau du côlon droit, transverse, gauche et du rectum, ainsi que du tractus digestif supérieur. Le critère d'inclusion était pour les colites collagènes un épaississement du collagène sous-épithélial de plus de 10

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association d’une colite lymphocytaire à une maladie cœliaque probablement déclenchée par la prise de venlafaxine (Effexor ®)

  • L’association d’une colite microscopique à une maladie cœliaque reste rare. Nous rapportons l’observation d’une colite microscopique associée à une maladie cœliaque chez un patient de 67 ans, probablement déclenchée par la prise de venlafaxine. Les hypothèses physiopathologiques d’une telle association sont analysées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite lymphocytaire associée à la prise de lansoprazole.

  • Les auteurs rapportent deux cas de malades souffrant de diarrhée sévère secondaire à une colite lymphocytaire survenant sous traitement par lansoprazole pris depuis six semaines. La résolution était complète et rapide à l'arrêt du lansoprazole.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les colites microscopiques : colite collagène et colite lymphocytaire

  • Les colites microscopiques sont actuellement classées dans le groupe des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elles regroupent deux entités : la colite lymphocytaire et la colite collagène.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov