Colite ischemique [ Publications ]

colite ischemique [ Publications ]

Publications > colite ischemique

  • Si les effets anticholinergiques d’ordre psychiatrique et cardiaque induits par les antipsychotiques sont bien reconnus et surveillés, il n’en est pas de même pour les troubles digestifs en rapport avec une baisse de motilité intestinale, dont la gravité est souvent sous-estimée. Cette dernière, marquée par des symptômes peu spécifiques, tels que constipation, douleurs abdominales, peut conduire en quelques jours à une colite nécrosante d’évolution fatale. Nous rapportons ici le cas d’un patient âgé de 34 ans traité notamment par quétiapine pour troubles bipolaires, et ayant présenté, après prise en charge retardée en raison de symptômes psychiatriques prédominants, une pseudo-obstruction digestive d’évolution fatale. C’est devant une intensification des douleurs abdominales et les résultats de l’imagerie que le diagnostic de syndrome occlusif compliqué d’ischémie digestive a été posé. Ce cas souligne l’importance d’une meilleure connaissance de cette complication chez tout patient traité par antipsychotique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite ischémique révélant un syndrome des anti-phospholipides primitif. A propos d'un cas.

  • Prérequis :Le syndrome des anti-phospholipides (SAPL) primitif est une entité clinico-biologique caractérisée par des thromboses artérioveineuses et la présence d'anticorps circulants dirigés contre les phospholipides membranaires. Les manifestations systémiques, et en particulier les colites ischémiques ou ulcérées sont exceptionnellement rapportées au cours de cette affection. But: Rapporter une nouvelle observation. Case report: Nous rapportons l'observation de colite ischémique compliquée de perforations révélatrices d'un SAPL primitif chez un patient de sexe masculin âgé de 45. Conclusion :Cette observation rappelle une étiologie exceptionnelle mais souvent méconnue de colites ischémiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La colite ischémique du sujet jeune.

  • Les auteurs rapportent 10 observations cliniques, endoscopiques et évolutives de colite ischémique chez l'adulte jeune, sélectionnées d'après les lésions histologiques qui apparaissent caractéristiques de l'affection. Celle-ci se révèle par une symptomatologie assez superposable dans toutes les observations, l'hémorragie étant constante. Les lésions prédominent dans le côlon gauche. L'enquête étiologique est souvent positive. Les lésions secondaires à l'effort sportif méritent d'être soulignées, la contraception orale également. Dans la majorité des cas, il est important de souligner que l'évolution est favorable vers la restitution ad integrum, confirmée histologiquement chez 4 des 5 patients ayant eu un contrôle biopsique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite ischémique du sujet âgé: facteurs prédictifs de l'évolution gangreneuse.

  • Objectifs - Caractériser les formes non gangreneuses et gangreneuses de la colite ischémique chez les sujets de plus de 60 ans et déterminer les facteurs de risque d'évolution gangreneuse. Méthodes - Analyse rétrospective de 80 cas de colite ischémique (22 hommes et 58 femmes , âge moyen 76,9 ± 8,7 ans). Il s'agissait de 64 colites ischémiques non gangreneuses et 16 colites ischémiques gangreneuses. Résultats - La colite ischémique gangreneuse se différenciait de la forme non gangreneuse par une fréquence plus faible de rectorragies (31,2 % vs 81,2 %, P

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite ischémique après prise de cocaïne.

  • La toxicomanie à la cocaïne s'est développée en France et en Europe depuis quelques années. Par ses effets cardiovasculaires, la cocaïne peut être responsable de complications graves, notamment d'infarctus du myocarde, de troubles du rythme cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de rhabdomyolyse (1). Plusieurs cas d'ischémie intestinale ont été rapportés aux Etats-Unis (2-4). Nous rapportons un cas de colite ischémique chronologiquement lié à la prise de cocaïne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Colite ischémique et syndrome d’hémophagocytose compliquant une maladie de Kawasaki

  • Les manifestations digestives de la maladie de Kawasaki sont généralement limitées à une stomatite, des diarrhées, un iléus paralytique ou un hydrocholécyste. La colite ischémique et le syndrome d’hémophagocytose sont des complications rarement rapportées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov