Coagulation intravasculaire disseminee [ Publications ]

coagulation intravasculaire disseminee [ Publications ]

Publications > coagulation intravasculaire disseminee

  • Madame C., 82 ans, 49 kg, est hospitalisée pour asthénie, amaigrissement (perte de 8 kg en deux mois) et altération de l'état général. Dans ses antécédents sont notés, en 1984, un épisode de phlébite et une hypertension artérielle. et, en 1992, une arythmie complète par fibrillation auriculaire. Son traitement actuel comprend du Seloken® et de la Digoxine®. À l'examen clinique, il existe des troubles du rythme, des oedèmes des membres inférieurs gardant le godet, un hématome à la jambe gauche et la présence d'un purpura sur le thorax. Il n'existe pas de symptomatologie digestive, ni d'hépatosplénomégalie. L'auscultation pulmonaire permet d'observer des crépitants aux deux bases, sans toux ni épanchement pleural. La radiographie du thorax met en évidence une image pulmonaire anormale à l'apex droit avec atélectasie du lobe supérieur droit associée à un syndrome interstitiel diffus. La fibroscopie bronchique montre au niveau du lobe supérieur droit une infiltration de l'éperon d'aspect tumoral ainsi qu'une sténose d'allure tumorale des bronches apicales et ventrales. Cependant, l'examen anatomopathologique de biopsies bronchiques pratiquées dans ce territoire ne permet pas de confirmer la malignité des lésions observées. La présence d'une masse au niveau de l'ovaire droit est visible à l'échographie pelvienne. Une biopsie cutanée est réalisée sur la face antérieure du thorax, ce qui permet d'éliminer une vascularite leucocytoplasique. L'écho-doppler veineux des membres inférieurs permet de mettre en évidence une thrombose de l'axe veineux profond du membre inférieur droit et un thrombus mural de la veine cave inférieure surrénalienne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Adénocarcinome prostatique révélé par une coagulation intravasculaire disséminée et fibrinolyse.

  • La coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) révélant un adénocarcinome prostatique est une éventualité rare. Dans la plupart des cas, la CIVD se limite à des anomalies biologiques. Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 73 ans présentant une CIVD avec un cancer de prostate métastatique. Le patient a consulté pour des épistaxis et des ecchymoses. Le bilan biologique retrouve une thrombopénie, un bilan d'hémostase très perturbé et des antigènes spécifiques de prostate très élevés à 2200 ng/ml. Une ponction biopsie sternale a confirmé la présence de cellules cancéreuses métastatiques. Le patient a été mis en urgence sous héparinothérapie et antithrombine III associée à une hormonothérapie avec une bonne évolution. À propos de cette observation, nous discutons la prise en charge des patients présentant un cancer de prostate métastatique associé à une CIVD.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le paradoxe de la coagulation intravasculaire disséminée

  • Une coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) est une diffusion anormale d'un processus de coagulation destiné à rester limité dans le temps et l'espace. Elle résulte de la mise en circulation de thrombine libre, impliquant que les mécanismes de formation et d'extinction de la thrombine ne fonctionnent plus normalement. Cette CIVD entraîne des phénomènes microthrombotiques et parfois hémorragiques liés à l'activation de la coagulation. Le traitement urgent de la maladie provoquant la CIVD est une priorité essentielle, souvent suffisante pour certaines étiologies. En cas d'hémorragie, la déplétion en plaquettes et en facteurs de la coagulation liée à la consommation relève d'un traitement substitutif par transfusion de plaquettes et de plasma frais congelé. Le traitement du processus procoagulant par héparine n'est pas recommandé en cas de CIVD aiguë hémorragique. L'utilisation de l'antithrombine qui repose sur des bases théoriques rationnelles est en cours d'évaluation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La coagulation intravasculaire disséminée : diagnostic clinique et biologique

  • La coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) est un syndrome acquis, résultant de l’activation généralisée de la coagulation. Ses mécanismes physiopathologiques sont complexes et dépendent du terrain, et de la pathologie sous-jacente, rendant les signes de l’expression clinique et biologique de la CIVD assez variables. Parmi les différents paramètres biologiques perturbés, la plupart manquent de spécificité, et aucun d’eux ne permet de manière isolée de porter le diagnostic. Tout ceci ne facilite pas la tâche du praticien en vue du diagnostic de la CIVD décompensée, et encore moins celui de la CIVD compensée, stade précoce dont la prise en charge permettrait d’améliorer le pronostic. Ces considérations ont poussé à développer des scores combinant de nombreux paramètres, en fonction de leur disponibilité en pratique quotidienne, tout autant que de leur pertinence diagnostique. Parmi tous ces scores, celui de l’ISTH reste de loin le plus utilisé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Angiosarcome hépato-splénique compliqué d'hémopéritoine et de coagulation intravasculaire disséminée. Traitement par embolisation artérielle et chimiothérapie.

  • Nous rapportons un cas d'angiosarcome hépato-splénique chez un homme de 34 ans. Le diagnostic, histologique et immunohistochimique, a été fait sur un fragment tumoral prélevé par biopsie hépatique réalisée par voie transjugulaire. Il existait une coagulation intravasculaire disséminée et un hémopéritoine. Le traitement a comporté une embolisation par voie artérielle des lésions spléniques les plus importantes et l'institution d'une chimiothérapie par voie intraveineuse. Ce traitement a permis une réduction significative (réponse partielle) de la masse tumorale hépatique et splénique et une survie de bonne qualité. A l'arrêt de la chimiothérapie, ces complications ont récidivé et abouti au décès du malade au 15

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémophagocytose et coagulation intravasculaire disséminée au cours de la leishmaniose viscérale de l'adulte: trois nouveaux cas.

  • Les atteintes cliniques et biologiques communes au syndrome d'activation macrophagique (SAM) et à la leishmaniose viscérale (LV) rendent le diagnostic étiologique du SAM très difficile. Cette association est rare et grave. Nous rapportons trois nouvelles observations de SAM secondaire à une LV, compliquées de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD). Il s'agissait de trois hommes, âgés respectivement de 31, 20 et 60 ans. Le tableau était fait de fièvre et de splénomégalie associés à une pancytopénie et une CIVD. Le diagnostic de LV était fait par le myélogramme, les sérologies et la polymerase chain reaction. Chez l'un de nos patients, une deuxième sérologie était nécessaire. Tous nos patients étaient traités par Glucantime

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cancer de prostate et coagulation intravasculaire disséminée : une revue de la littérature

  • La survenue d’une coagulation intravasculaire disséminée est une complication rare au cours de l’évolution des cancers de prostate. Survenant dans la majorité des cas lors de la phase d’hormonorésistance, elle est le plus souvent infraclinique. La découverte d’une coagulation intravasculaire disséminée inaugurale d’un cancer de prostate peut engager le pronostic vital à court terme, en raison des risques de complications hémorragiques et thromboemboliques associés, imposant une prise en charge urgente. À travers une revue de la littérature, nous insisterons sur les données épidémiologiques, la physiopathologie et les différents moyens thérapeutiques disponibles pouvant contribuer à obtenir dans certains cas une rémission prolongée, malgré un pronostic initial péjoratif.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

A propos d'un cas de coagulation intravasculaire disséminée chez une femme enceinte

  • L'observation Une femme âgée de 19 ans, enceinte de 26 semaines d'aménorrhée, est admise à la maternité de Jean-Rostand pour métrorragies sur une grossesse non suivie, non déclarée et cachée. Elle est adressée par le service des urgences d'un hôpital proche où une échographie a mis en évidence une mort fœtale in utero. Un premier bilan est effectué à l'entrée, soit le 6 octobre à 6 h (tableau). Il révèle une anémie normocytaire (hémoglobine = 81 g/l) ainsi qu'une perturbation du bilan d'hémostase avec un chiffre de plaquettes (130 Giga/l) compatible avec le terme de la grossesse. Par ailleurs, l'ionogramme sanguin est normal et la CRP élevée (36 mg/l , N

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de coagulation intravasculaire disséminée révélateur de la généralisation d'un adénocarcinome mammaire.

  • La survenue d'une coagulation intravasculaire disséminée au cours de l'évolution d'une pathologie maligne est un phénomène connu, en particulier en ce qui concerne les cancers mucosécrétants. Il apparaît beaucoup plus rare, en revanche, de rencontrer ce syndrome de façon très précoce avant l'apparition de signes cliniques évidents de néoplasie. Nous rapportons le cas d'une CIVD subaiguë, se présentant à deux reprises comme symptôme inaugural de la généralisation d'un cancer mammaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Coagulation intravasculaire disséminée et complications thromboemboliques dans le cancer bronchique non à petites cellules - À propos d’une observation

  • Les anomalies de l’hémostase sont retrouvées chez près de 90 % des patients atteints de cancer, mais n’ont d’expression clinique que dans 15 % des cas environ. Les complications hémorragiques sont plus fréquentes lors des leucémies aiguës, tandis que les accidents thromboemboliques sont plus volontiers retrouvés dans les tumeurs solides.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

A propos d’un cas de coagulation intravasculaire disséminée survenue lors de la chirurgie d’un adénocarcinome utérin

  • Madame N, 57 ans, est admise dans le service de gynécologie-obstétrique pour une prise en charge d'un adénocarcinome de l'endomètre de stade II diagnostiqué quelques jours auparavant. Le bilan de recherche de métastases étant négatif, l'indication d'hystérectomie totale par la technique de Wertheim est retenue. À l'anamnèse, on ne retrouve pas d'antécédents particuliers, ni personnels, ni familiaux. Le bilan préopératoire est normal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie pulmonaire et coagulation intravasculaire disséminée après une morsure de serpent Bothrops lanceolatus. A propos d'une observation.

  • Nous rapportons une observation de morsure de serpent Bothrops lanceolatus compliquée quelques heures après l'admission par une embolie pulmonaire sévère. Cet accident thrombo-embolique survenu malgré le traitement héparinique sera suivi d'un syndrome de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Coagulation intravasculaire disséminée et tumeurs solides

  • La coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) est une anomalie complexe de l’hémostase aux conséquences dramatiques et depuis longtemps décrite comme associée aux pathologies tumorales. Pourtant le diagnostic et la prise en charge des CIVD paranéoplasique sont mal codifiées. L’objectif de cette synthèse est de faire le point sur les CIVD associées aux tumeurs solides, sur le plan physiopathologique, diagnostique et thérapeutique en particulier.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Paludisme à P. falciparum et à P. malariae compliqué par un oedème pulmonaire avec coagulation intravasculaire disséminée.

  • La gravité de cette complication du paludisme requiert un traitement précoce et énergique dont la base est la ventilation artificielle sous pression positive expiratoire parallèlement au traitement de la parasitémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Décollement périosté au cours d'une déshydratation hypernatrémique avec coagulation intravasculaire disséminée

  • Plusieurs observations de déshydratation hypernatrémique compliquée d'une coagulopathie de consommation et d'une gangrène périphérique ont été publiées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov