Chorioretinopathie sereuse centrale [ Publications ]

chorioretinopathie sereuse centrale [ Publications ]

Publications > chorioretinopathie sereuse centrale

  • Objectif : Le but de l'étude est de montrer que la choriorétinopathie séreuse centrale (CRSC) est possible chez le patient noir, et que le contexte psychosocial émotionnel joue un rôle dans la pathogénie de l'affection. Patients et méthode : Les auteurs rapportent 6 cas de CRSC de diagnostic angiographique, chez 5 patients noirs africains et 1 patient européen, observés sur une période de 2 ans en pleine crise militaro-politique en Côte d'Ivoire. Résultats : Dans un centre où l'angiographie est de pratique courante depuis 1999 avec un total de 950 angiographies, 479 angiographies ont été réalisées sur une période de 3 ans jusqu'en 2002 sans que jamais une seule fois, une CRSC n'ait été diagnostiquée. Puis, après le déclenchement de la crise militaro-politique le 19 septembre 2002, 6 cas de choriorétinopathie séreuse centrale ont été diagnostiqués, sur une période de 2 ans dans une série de 417 angiographies. Les patients, tous de sexe masculin, 5 noirs africains et 1 Européen de race blanche, étaient âgés de 20 à 50 ans. Leurs professions étaient variées, entrepreneur, militaire, cadre de société. L'angiographie montrait des points de fuite en tache d'encre dans la majorité des cas. Le point de fuite était dans un seul cas multiple Tous les patients étaient dans un état d'angoisse et d'émotion extrême du fait de l'incertitude du lendemain concernant leurs activités professionnelles. Conclusion : Cette étude permet de confirmer l'existence de la CRSC chez le patient noir Africain comme chez le sujet leucoderme sans discrimination. Elle met en évidence comme facteur déclenchant le contexte d'angoisse et d'émotion dans lequel la CRSC survient. L'étude met en évidence la relation étroite entre CRSC et stress.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Choriorétinopathie séreuse centrale idiopathique: à propos de 2 cas observés au Togo.

  • La choriorétinopathie séreuse centrale correspond à l'accumulation de liquide séreux entre rétine sensorielle et épithélium pigmentaire. L'étude de la littérature montre que cette affection n'a jamais été décrite en Afrique noire. Elle a été observée chez 2 patients togolais qui présentaient une baisse unilatérale de l'acuité visuelle. Suspectée sur la présence d'un soulèvement maculaire du fond d'oeil et à l'examen biomicroscopique, le diagnostic a été affirmé sur les données de l'angiofluorographie. Celle-ci représente l'examen de choix et la rareté apparente de cette affection s'explique vraisemblablement par le fait que cette méthode était jusqu'alors rarement disponible en Afrique noire. Si les deux malades ont guéri sous corticothérapie, le traitement fait habituellement appel à la photocoagulation au laser qui permet la destruction du site de transsudation anormale et la formation d'une zone d'adhésion choroïdienne. En effet, des travaux récents ont montré que le primum movens de cette affection était une hyperperméabilité multifocale ou diffuse des vaisseaux choroïdiens.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Exérèse de néovaisseaux choroïdiens compliquant le traitement de la choriorétinopathie séreuse centrale.

  • Nous rapportons le cas d'un homme de 39 ans présentant une choriorétinopathie séreuse centrale. Deux mois après le diagnostic, un traitement par photocoagulation au laser Argon est réalisé. Un mois plus tard, le patient se plaint de métamorphopsies associées à une baisse visuelle et le fond d'oeil montre une lésion néovasculaire rétrofovéolaire. Une chirurgie d'exérèse de la membrane néovasculaire est pratiquée et l'acuité visuelle remonte à 6/10. Ce cas clinique montre une complication du traitement au laser de la choriorétinopathie séreuse centrale et il met en évidence les difficultés du diagnostic et des modalités thérapeutiques de cette pathologie. L'éxérèse chirurgicale (premier cas rapporté dans cette étiologie) a permis une bonne récupération visuelle, comme chez les patients jeunes opérés de membrane néovasculaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Forme postérieure de persistance et d'hyperplasie du vitré primitif associée à une choriorétinopathie séreuse centrale.

  • Les anteurs rapportent une forme postérieure de persistance et d'hyperplasie du vitré primitif associée fortuitement à une choriorétinopahtie séreuse centrale chez un homme de 31 ans. La lésion se présente à l'œil gauche sons forme d'une condensation vitréenne de siège papillaire, associée à des plis radiaires. L'angiographie a mis en évidence une choriorétinopathie séreuse centrale typiqnu. L'abstention thérapeutique est préconisée devant l'absence de complications liées à la malformation, par ailleurs l'évolution de la choriorétinopathie séreuse centrale a été favorable. Cette forme postérieure de persistance et d'hyperplasie du vitré primitif est une affection rare, bien différente de la forme antérieure de Reese et qui pose des problèmes nosologiques avec certaines anomalies congénitales, en particulier de la papille optique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation de la fonction rétinienne après choriorétinopathie séreuse centrale idiopathique et épithéliopathie rétinienne diffuse

  • The so called benign central serous retinopathy is associated in healed forms with frequent and troublesome visual function impairment. The abnormalities are still more severe after diffuse retinal pigment epitheliopathy. Snellen visual testing is relatively imprecise index of visual function, so it does not permit to appreciate the subtle visual disturbances experienced by these patients. We evaluated visual function disability with static automatized perimetry and contrast sensitivity in 30 patients with diffuse epitheliopathy in a cicatricial phase. Colour vision was also evaluated by 16 patients after central serous retinopathy. The results of this study are examined and discussed.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rôle de l'Helicobacter pylori dans la choriorétinopathie séreuse centrale et l'épithéliopathie rétinienne diffuse. Résultats de la première étude prospective pilote.

  • But : La physiopathologie de la choriorétinite ou choriorétinopathie séreuse centrale (CRSC) et de l'épithéliopathie rétinienne diffuse (ERD) reste encore de nos jours très controversée. Les points de fuite visibles dans les formes actives de CRSC/ERD pourraient évoquer l'hypothèse d'une ischémie focale de la choriocapillaire. L'Helicobacter pylori a été justement incriminé comme un possible facteur étiologique de certaines maladies occlusives artérielles du sujet jeune. Sa prévalence dans la CRSC/ERD a été analysée dans cette étude prospective pilote. Matériels et méthodes : Seize patients consécutifs porteurs d'une forme active et chronique (>

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Choriorétinopathie séreuse centrale chez une femme enceinte.

  • But de l'étude Un cas de choriorétinopathie séreuse centrale chez une femme enceinte âgée de 28 ans est rapporté. Méthodes ophtalmologique comprenait en particulier l'étude biomicroscopique du fond d'oeil et L'examen ophtalmologique comprenait en particulier l'étude biomicroscopique du fond d'oeil et une angiographie rétinienne en fluorescence. Résultats L'examen de l'oeil gauche révélait une choriorétinopathie séreuse centrale associée à un placard exsudatif sous-rétinien blanc-grisâtre. Le fond d'oeil droit montrait une altération de l'épithélium pigmentaire, séquelle probable de choriorétinopathie séreuse centrale passée inaperçue. Peu après l'accouchement, l'évolution s'est faite vers la réapplication de la rétine et la résorption de l'exsudat, avec retour à la normale de la vision. Conclusion L'observation étudiée est le 19

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov