Chondrome [ Publications ]

chondrome [ Publications ]

Publications > chondrome

  • La majorité des publications en ligne concernant les faux anévrismes de l’artère poplitée (FAAP) sont des cas cliniques et en anglais. Dans ce contexte, aucune étude avec des données robustes n’a été précédemment publiée. L’épidémiologie exacte de ces FA reste difficile à établir et leur prise en charge n’est pas encore codifiée. Nous avons voulu établir une mise au point concernant les aspects diagnostiques et thérapeutiques des FAAP associés aux ostéochondromes et ceux dus aux traumatismes des membres ou secondaires à la chirurgie orthopédique. Une recherche de références bibliographiques à travers les bases de données médicales en ligne (MEDLINE, EMBASE) entre 1953 et mars 2015 était réalisée, en utilisant les mots clés «

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Compression médullaire par chondrome rachidien thoracique. Etude de 2 cas et revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent 2 cas de chondrome rachidiens thoraciques chez deux fillettes de 14 et 12 ans, révélés par une compression médullaire lente et intéressant les vertébrés thoraciques T1 et T7. Les chondromes sont des tumeurs osseuses bénignes assez fréquentes au niveau des extrémités, très rares au niveau du rachis. Ils représentent 2,8% des tumeurs osseuses bénignes et 12%de l'ensemble des tumeurs osseuses [7]. La localisation rachidienne représente 3,6% à 4% de la totalité des chondromes [6, 12]. Sur 51 cas recensés dans la littérature, 21 se sont révélés par une compression médullaire avec des limites d'âge allant de 5 à 76 ans (tableau I). L'imagerie par résonance magnétique s'impose certes comme I'examen de première intention dans le bilan de toute compression médullaire, mais l'utilité du scanner reste toujours d'actualité dans l'approche diagnostique et la surveillance post-opératoire des chondromes rachidiens, compte tenu de leur nature ostéo-cartilagineuseLe but de ce travail est de rapporter deux nouveaux cas de compression médullaire par chondrome rachidien thoracique avant de faire une revue de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chirurgie conservatrice d'un ostéochondrome du condyle mandibulaire.

  • Introduction. L'ostéochondrome est une tumeur bénigne osseuse assez rare du condyle mandibulaire. Quatre-vingt-dix cas ont été rapportés. Les symptômes sont ceux des dysfonctions temporomandibulaires: douleurs, bruits articulaires et modifications de l'occlusion. Observation. Une patiente âgée de 37 ans a consulté pour une importante latérodéviation gauche de la mandibule. Au scanner, une excroissance osseuse de 27 mm de grand axe était appendue au condyle. Après ostéotomie du col du condyle, la tête condylienne a été séparée de la tumeur, puis remodelée et ostéosynthésée sur le col du condyle. Les résultats esthétiques et fonctionnels ont été satisfaisants après 12 mois, sans récidive ni rechute. Discussion. Nous présentons une technique chirurgicale conservatrice originale un peu différente de celles décrites dans la littérature. Les options thérapeutiques sont multiples. Elles peuvent être classées en trois groupes: les techniques invasives, les techniques non invasives et les techniques conservatrices. L'ostéochondrome étant une tumeur bénigne, son traitement devrait être le moins invasif possible.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Infarctus ou chondrome?

  • La découverte d'une image de calcification centro-osseuse conduit à discuter les diagnostics d'infarctus osseux ou de chondrome. La matrice lésionnelle du chondrome est caractéristique du cartilage. Elle produit des calcifications cartilagineuses caractéristiques: anneaux, arcs, grains grossiers et irréguliers, piqueté. Ces calcifications prédominent au centre de l'image. Elles siègent au sein d'une lacune souvent plurilobulée parfois accompagnée d'encoches multiples en coup d'ongle de l'endoste cortical. En revanche, l'infarctus est caractérisé par la présence d'un liseré calcifié serpigineux siégeant à l'interface entre os vivant et os mort. Au centre, des travées osseuses restent visibles sur les coupes tomodensitométriques contrairement au chondrome. En IRM, les chondromes se manifestent par un aspect lobulé hétérogène en T2 (aspect « en échiquier») dû à l'alternance de zones de matrice cartilagineuse en hypersignal et de septa fibreux calcifiés ou ossifiés en hyposignal. L'infarctus osseux est caractérisé en IRM par un liseré continu périphérique en hyposignal marqué.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondromes intra-articulaires isolés des phalanges chez les enfants.

  • Cette étude revoit rétrospectivement notre expérience avec une pathologie rarement décrite, les ostéochondromes intra-articulaires isolés des phalanges chez les enfants. Sept enfants ont été diagnostiqués avec un ostéochondrome solitaire au niveau de l'épiphyse distale d'une phalange. Tous les patients, âgés en moyenne de 4,9 ans, présentaient une déformation angulaire progressive. Une approche chirurgicale comprenant une excision de la lésion et une reconstruction du ligament collatéral a été pratiquée chez tous les patients. Aucune récidive n'a été notée. La correction angulaire a été complète chez les sept patients avec un suivi moyen de 30 mois. Contrairement à l'exostose métaphysaire, l'atteinte articulaire d'une phalange a la particularité de causer une déformation angulaire rapidement progressive chez l'enfant en pleine croissance. Une résection précoce est recommandée pour corriger et prévenir une déformation inévitable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le chondrome des parties molles du pouce. A propos d'un cas.

  • Prérequis: Le chondrome des parties molles est une tumeur cartilagineuse, bénigne, et rare. Il est souvent localisé aux extrémités. Le pouce est très rarement atteint. But: Nous rapportons une nouvelle observation typique de cette lésion, et nous la discutons à travers les données de la littérature. Observation: Un homme âgé de 43 ans avait consulté pour une tumeur des parties molles du pouce gauche évoluant depuis quatre ans d'une façon asymptomatique. La radiographie du pouce avait montré une calcification indépendante de l'os. L'exérèse chirurgicale de la tumeur était facile et complète. L'examen histologique avait confirmé le diagnostic de chondrome des parties molles. Au recul de trois ans on n'a pas noté de récidive tumorale. Conclusion: Le chondrome des parties molles de la main n'est pas habituellement un diagnostic évoqué devant une tumeur du tissu mou de la main. La confirmation du diagnostic est histologique, et doit éliminer un chondrosarcome de bas grade. L'exérèse chirurgicale complète de la tumeur évite la récidive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondrome des parties molles de la main: diagnostic des lésions cartilagineuses extra-osseuses à la main (à propos d'un cas).

  • Les auteurs rapportent le cas d'une volumineuse tumeur cartilagineuse des parties molles de la main ayant abouti au diagnostic de chondrome des parties molles. La revue de la littérature montre que cette tumeur cartilagineuse est rare, bénigne et d'évolution lente. Le diagnostic est difficile, d'autant plus que les radiographies conventionnelles montrent des images différentes en fonction de la minéralisation. L'IRM apporte une large orientation quant au diagnostic et aux limites de la tumeur, mais ne permet pas toujours de définir avec exactitude son origine. Seul l'examen histologique permet un diagnostic de certitude, mais cette confirmation est parfois difficile. L'importance possible des microtraumatismes répétés dans la survenue de cette lésion est relevée. Le seul traitement est chirurgical et les récidives ne sont pas rares.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondrome de fémur révélé par une lésion itérative du muscle vaste latéral: à propos d'un cas.

  • Nous rapportons le cas d'un jeune homme de 32 ans présentant un ostéochondrome de fémur droit révélé par une lésion itérative du vaste externe. Le patient consulte pour des épisodes récidivants de douleur de la cuisse droite avec impotence fonctionnelle, survenant lors d'une activité sportive et imposant son arrêt. L’échographie a montré une déchirure du vaste latéral, avec un hématome témoignant d'une lésion récente et présence de fragments osseux à proximité évoquant un arrachement osseux. Un bilan radiologique standard a montré une exostose pédiculaire à la partie supérieure de la diaphyse fémorale compliquée d'une fracture. La tomodensitométrie était en faveur d'une exostose fémorale antérieure dont les limites étaient régulières et bien corticalisées. La résection chirurgicale de la tumeur et l'examen anatomo-pathologique ont permis de confirmer le diagnostic d'un ostéochondrome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pneumothorax spontané: mode de révélation inhabituel d’un hamartochondrome pulmonaire.

  • L'hamartochondrome est une tumeur bénigne de l'arbre trachéo-bronchique de découverte fortuite le plus souvent et rarement symptomatique. Elle est plus fréquente chez l'homme que chez la femme. L'aspect radiologique est souvent évocateur. Le recours à la chirurgie est indiquée quand la tumeur est de grande taille et/ou symptomatique. Le diagnostic histologique ne pose en règle pas de difficulté. Nous rapportons l'observation d'une jeune patiente de 30 ans, sans antécédents pathologiques particuliers. Qui avait présenté un pneumothorax spontané, révélant un hamartochondrome pulmonaire de grande de taille. Association assez rare, mais pourrait être expliqué par le fait que ces tumeurs de composition assez anarchique, contiennent parfois des formations kystiques qui peuvent se rompre dans la plèvre et être à l'origine d'épanchements.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondromes et chondrosarcomes de bas grade du larynx. A propos d'un cas.

  • But de l'étude : A partir d'un cas de chondrome du cartilage cricoïde, les auteurs soulignent la difficulté d'établir un diagnostic précis entre chondrome et chondrosarcome de bas grade de malignité du larynx. Matériel et méthodes : Les auteurs rapportent un cas de chondrome du cartilage cricoïde chez une femme de 48 ans, révélé par une dyspnée inspiratoire. A partir d'une revue de la littérature, ils reprennent les dernières données concernant ces tumeurs cartilagineuses laryngées. Résultats : La patiente a pu être traitée par chirurgie conservatrice. A 18 mois aucune récidive n'est décelée. Conclusion : Ces tumeurs rares dans leur localisation ORL ont des caractéristiques histologiques très proches. Pour de nombreux auteurs, seule l'évolution de ces lésions permet de les distinguer. Le traitement est chirurgical et permet de conserver la fonction phonatoire dans la grande majorité des cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hamartochondrome pulmonaire: une cause rare de nodule pulmonaire solitaire en pédiatrie.

  • Les nodules pulmonaires solitaires sont exceptionnels en pédiatrie. Les auteurs rapportent une observation d'hamartochondrome pulmonaire intraparenchymateux chez un enfant de onze ans suivi pour des manifestations respiratoires chroniques non spécifiques. La tomodensitométrie thoracique spiralée montrait un nodule pulmonaire du lobe moyen isolé, de 17 mm de diamètre, sans caractère spécifique. Chez l'adulte asymptomatique, la stratégie de prise en charge des nodules pulmonaires, dominée par la crainte du cancer bronchique, a fait l'objet de recommandations. Cette observation nous conduit à discuter une stratégie de prise en charge des nodules pulmonaires en pédiatrie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Imagerie des ostéochondromes rachidiens à expression neurologique. A propos de 7 cas.

  • Dans ce travail portant sur 7 cas d'ostéochondromes rachidiens à expression neurologique, les auteurs analysent l'apport de l'imagerie aussi bien pour le diagnostic et le bilan préthérapeutique que pour la surveillance postopératoire. Ils mettent surtout l'accent sur l'apport des méthodes d'imagerie en coupe notamment: -la tomodensitométrie qui permet d'étudier les structures minéralisées et de déterminer le siège du pédicule d'implantation, -l'IRM, important pour préciser les rapports de la tumeur avec le contenu du canal rachidien. Ils prouvent que les autres méthodes d'imagerie gardent encore quelque intérêt, en particulier la radiographie standard utile pour apprécier les caractères de l'exostose et pour déterminer les parties atteintes du rachis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La relation entre les ostéochondromes de l'avant-bras chez l'enfant et la luxation de la tête radiale.

  • Etant donné que le traitement de la luxation radio-humérale établi est décevant, nous avons déterminé les facteurs de risque associés à cette luxation dans les ostéochondromes de l'avant-bras dans le but de pouvoir leur offrir un traitement préventif. Il s'agit d'une étude rétrospective de 21 patients, d'âge moyen de 7,7 ans, porteurs d'ostéochondromes de l'avant-bras. Nous avons mesuré la longueur des os de l'avant-bras, la taille des ostéochondromes, l'indice radiocubital inférieur au poignet, l'angle radial articulaire et déterminé la localisation qualitative de la tête radiale. Le degré de raccourcissement cubital est associé avec la localisation de la tête radiale (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondrome à cellules géantes des tissus mous. A propos d'un cas avec revue de la littérature.

  • Le chondrome des tissus mous est une tumeur cartilagineuse bénigne rare, le plus souvent localisée à l'extrémité distale du membre supérieur. Nous présentons ici une observation de chondrome des tissus mous exceptionnelle par sa localisation à la plante du pied. Le diagnostic méconnu pendant cinq ans, a été confirmé par l'étude histologique et par un immunomarquage positif pour la protéine S 100 des cellules des plages chondroïdes matures et immatures. La présence d'un important contingent de cellules géantes, bien que rare, a déjà été signalée, et ne doit pas faire éliminer le diagnostic. Il est marqué par la proteine KP1, ce qui évoque une origine macrophagique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondrome du scaphoïde carpien compliqué d'une fracture: à propos d'un cas.

  • Le scaphoïde carpien est une localisation rare du chondrome. Dix cas ont été rapportés dans la littérature. Nous rapportons dans ce travail un nouveau cas de chondrome du scaphoïde carpien droit compliqué d'une fracture survenu chez un homme âgé de 30 ans. Le diagnostic, fortement suspecté sur l'aspect tomodensitométrique, a été confirmé par l'examen anatomo-pathologique de la pièce opératoire. Le traitement a consisté en un évidement de la lacune tumorale suivi d'un apport cortico-spongieux et en une immobilisation plâtrée. Les évolutions clinique et radiologique ont été favorables.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondrome du condyle mandibulaire. A propos d'un cas.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un ostéochondrome du condyle mandibulaire chez une patiente âgée de 33 ans et rappelant la classique exostose ostéogénique métaphysaire des os longs. Les signes révélateurs étaient une asymétrie faciale et des troubles de l'articulé dentaire d'installation progressive. Le diagnostic d'ostéochondrome a été évoqué sur l'examen tomodensitométrique et confirmé par l'examen histopathologique. L'exérèse de cet ostéochondrome a été conservatrice vis-à-vis du condyle. Il n'y a pas de récidive au bout de 20 mois de recul. Les auteurs rappellent à cette occasion la rareté de l'ostéochondrome au niveau du squelette facial et discutent l'histogenèse de cette lésion au niveau du condyle mandibulaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les chondromes et chondrosarcome du larynx: à propos de 4 observations.

  • Tumeur de malignité variable, les chondromes et chondrosarcomes du larynx sont rares mais préoccupant en raison de leur siége et des sanctions chirurgicales qu'ils imposent. Leur délimitation anatomique et leur classification restent difficiles et le diagnostic de chondrome est souvent remis en question. Sur les quatres cas rapportés, deux sont de haut grade de malignité dont un avec métastase, deux ont nécessité une laryngectomie totale, deux une laryngectomie partielle avec greffe de cartilage costal dans un cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondrome de la convexité : revue de la littérature à propos d’un cas

  • Les chondromes intracrâniens sont des tumeurs inhabituelles, qui naissent le plus souvent de cellules cartilagineuses résiduelles situées au niveau de la synchondrose des os de la base du crâne. Les chondromes sont le plus fréquemment localisés dans les régions sellaire et parasellaire et généralement en situation extradurale. Les localisations méningées sont exceptionnelles. Nous rapportons le cas d’un patient de 50 ans ayant un chondrome volumineux de la convexité et discutons des aspects pathogéniques, radiologiques et thérapeutiques de cette entité à la lumière d’une revue de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondrome volumineux de l'omoplate: à propos d'un cas.

  • Nous rapportons le cas d'un ostéochondrome de l'omoplate ayant un aspect radiologique et une localisation inhabituelle chez un jeune homme de 24 ans qui consulte pour une déformation de son épaule gauche avec une bosse postérieure refoulant son omoplate. Un bilan radiologique standard a montré une exostose pédiculée à la partie supérieure de l'omoplate. La tomodensitométrie était en faveur d'une exostose volumineuse. La résection chirurgicale de la tumeur et l'examen anatomo-pathologique ont permis de confirmer le diagnostic d'un ostéochondrome. Après un recul de dix mois, les résultats fonctionnels étaient très bons.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéochondrome de la clavicule et syndrome douloureux de l'épaule. A propos d'un cas. Revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent le cas d'une localisation rare d'un ostéochondrome situé dans la région coraco-claviculaire de l'épaule et responsable d'un syndrome douloureux pouvant évoquer une tendinopathie de la coiffe des rotateurs. L'exérèse chirurgicale totale de l'exostose a fait disparaître les phénomènes douloureux. Cette localisation à l'extrémité de la clavicule est un argument renforçant l'hypothèse que la structure cartilagineuse à ce niveau fonctionne comme un cartilage de croissance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov