Chondrocalcinose [ Publications ]

chondrocalcinose [ Publications ]

Publications > chondrocalcinose

  • Introduction: la chondrocalcinose est une arthropathie microcristalline atteignant dans la majorité des cas le genou. C'est une pathologie du sujet âgé très fréquente et le plus souvent asymptomatique. But: rapporter un cas de chondrocalcinose de l'articulation temporo-mandibulaire avec contact ossiculaire à l'origine d'une surdité de transmission. Cas clinique: nous décrivons le cas d'un homme de 57 ans sans antécédent particulier consultant pour une hypoacousie de transmission droite de 15 dB de survenue brutale. Le scanner a mis en évidence une lésion lytique au niveau de l'attique droit, étendue à la fosse cérébrale moyenne et venant au contact des osselets avec suspicion de lyse de la tête du marteau. L'IRM a retrouvé un rehaussement de cette lésion après injection de gadolinium sur les séquences Tl. La biopsie a révélé une chondrocalcinose de l'articulation temporo-mandibulaire. Devant la complexité de l'exérèse chirurgicale de cette lésion et de son caractère bénin il a été préconisé un traitement médical avec surveillance radiologique tous les six mois. Conclusion: l'atteinte chondrocalcinosique de cette articulation est rare et notamment lorsqu'elle est révélée par une hypoacousie. Nous avons effectué ici une revue de la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La chondrocalcinose: une maladie fréquente dans la deuxième moitié de la vie.

  • La chondrocalcinose est une arthropathie microcristalline liée à des dépôts de cristaux de pyrophosphate de calcium dans les articulations, elle est fréquente dans la deuxième moitié de la vie (6% des sujets entre 60 et 70 ans, 30% des vieillards de plus de 80 ans). L'atteinte se voit dans la même proportion dans le sexe masculin et féminin. La maladie se manifeste dans un quart des cas sous forme de crises de pseudo-goutte, des genoux ou des poignets principalement. Le plus souvent, elle s'associe à une arthrose qui peut, dans certains cas, conduire à une arthropathie destructrice, principalement aux genoux et aux hanches. Il n'y a pas de traitement de base. Une fois formées, les calcifications pyrophosphatiques ne régressent pas. Les traitements font appel aux analgésiques et anti-inflammatoires non-stéroïdiens, éventuellement à des injections intra-articulaires de corticostéroïdes. Le recours à la chirurgie orthopédique est nécessaire dans les formes destructrices sévères.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La place de la radiologie dans le diagnostic de la chondrocalcinose articulaire. Les aspects symptomatiques dits atypiques.

  • Dans un précédent article, nous avons décrit la pseudo-goutte calcique, traduisant une crise de synovite aiguë liée à l'invasion articulaire par des microcristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté. Ce brutal accès inflammatoire, qui a une prédilection classique pour les genoux, constitue l'expression symptomatique la plus spectaculaire, la plus fréquente et la plus caractéristique de la chondrocalcinose articulaire (CCA). Nous avons tenté de mettre en évidence le rôle très important que joue alors l'examen radiologique dans le diagnostic de cette dernière, en assurant dans un très grand nombre de cas la découverte de l'imprégnation microcristalline des cartilages et fibro-cartilages qui la définit.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chondrocalcinose articulaire révélatrice d'une hypercalcémie hypocalciurique familiale: à propos d'une observation.

  • L'hypercalcémie hypocalciurique familiale (HHF) est une maladie bénigne à transmission autosomique dominante, caractérisée par une hypercalcémie persistante béhigne, une hypocalciurie, et des concentrations de parathormone (PTH) normales ou modérément élevées, sans complication secondaire à l'hypercalcémie. Nous rapportons l'observation d'un patient ayant présenté une chondrocalcinose articulaire révélatrice d'une HHF. A travers cette observation nous essayons de décrire les aspects épidémiologiques, les caractéristiques cliniques, et paracliniques de cette association.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Arthrite de l'épaule à Candida tropicalis associée à une chondrocalcinose articulaire.

  • Les auteurs rapportent un cas d'arthrite de l'épaule à Candida tropicalis, apparue dans les suites d'infiltrations articulaires, chez une patiente atteinte d'une cirrhose éthylique. L'évolution s'est faite vers la destruction articulaire malgré un traitement adapté par le Duconazole. Les arthrites à Candida tropicalis s'observent surtout chez l'immunodéprimé et sont habituellement peu destructrices. Elles correspondent le plus souvent à une dissémination hématogène. L'importance des lésions destructrices dans cette observation s'explique peut-être par l'association à une chondrocalcinose articulaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Arthrose non traumatique du poignet : la chondrocalcinose

  • L’arthrose post-traumatique est fréquente, en particulier après des lésions du ligament scapholunaire ou du scaphoïde. Un certain nombre de patients dans notre expérience et dans la littérature n’ont pas d’antécédents traumatiques, ont une forme bilatérale et un âge moyen beaucoup plus élevé que les arthroses post-traumatiques. L’étude radiologique (sur de nombreuses années) et biologique de ces patients plaide pour une forme évolutive particulière de chondrocalcinose comprenant une évolution en quatre stades distincts de manière similaire à l’évolution des SLAC et SNAC

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pseudo-méningite inaugurale révélatrice d'une chondrocalcinose articulaire.

  • Le syndrome de la dent couronnée (SDC) est une étiologie peu connue des cervicalgies aiguës. Il est lié le plus souvent à la chondrocalcinose articulaire (CCA), dont il constitue une des localisations atypiques. L'expression clinique du SDC, à type de cervicalgies fébriles, pose en pratique courante, la problématique d’étiologies diverses dont en particulier les infections susceptibles d’égarer le diagnostic. Nous rapportons un cas de SDC révélé par un tableau de pseudo-méningite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémiplégie et polyarthropathie controlatérale de la chondrocalcinose.

  • L'observation que nous décrivons est celle d'une femme ayant une chondrocalcinose articulaire responsable d'arthropathies destructrices respectant le côté lésé par une hémiplégie survenue soixante ans plus tôt. Parmi les mécanismes pathogéniques impliqués, pourrait intervenir un neuropeptide, la substance P.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov