Cholangiographie [ Publications ]

cholangiographie [ Publications ]

Publications > cholangiographie

  • But. Évaluer la séquence single shot fast spin echo (SS-FSE) dans l'analyse des voies biliaires intrahépatiques (VBIH) normales et pathologiques. Matériels et méthodes. Quatre cent dix-huit patients (457 examens) consécutifs, qui présentaient un point d'appel clinique ou biologique orientant vers une pathologie biliaire, ont été étudiés par cholangiopancréatographie IRM (CP-IRM). Toutes les explorations ont été réalisées sur un imageur 1,5 Tesla avec gradients puissants et antenne réceptrice en réseau phasé. Les voies biliaires ont été explorées avec la séquence SS-FSE, en coupes épaisses de 20 mm, frontales et frontales obliques, en matrice 256 x 256, en 1 seconde d'acquisition. Les images natives ont été analysées sans utiliser de post-traitement par deux relecteurs avec avis d'un expert en cas de désaccord. Les résultats de la CP-IRM ont été confrontés aux examens de référence et au suivi clinico-biologique des patients dans tous les cas. Résultats. La CP-IRM permettait d'obtenir des images analysables dans tous les cas. Un grand nombre de branches de division était visualisé, de même que les VBIH périphériques étaient, dans plus de 90 % des cas, visualisées à moins de 2 cm de la capsule hépatique. Le nombre de divisions visualisé était statistiquement plus grand lors de la présence d'un obstacle malin ou bénin. La lithiase intrahépatique et le cholangiocarcinome périphérique étaient bien mis en évidence. La sensibilité de la CP-IRM était bonne (87,5 %) pour le diagnostic des cholangites, mais la technique souffrait d'une valeur prédictive positive faible (57,7 %) en raison de nombreux faux positifs. Le diagnostic de cholangite sclérosante primitive ne doit être porté que devant la présence de critères diagnostiques stricts : dilatations segmentaires des VBIH périphériques non rattachables aux VBIH proximales. Conclusion. La CP-IRM est l'examen à réaliser en première intention pour l'étude des VBIH.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comparaison de l'écholaparoscopie et de la cholangiographie lors des cholécystectomies laparoscopiques.

  • Objectifs - Comparaison, au cours d'une étude prospective, de l'écholaparoscopie et de la cholangiographie pour a mise en évidence d'une lithiase de la voie biliaire principale et la détection d'anomalies de l'anatomie biliaire lors des cholécystectomies laparoscopiques. Méthodes - Chez 600 malades consécutifs, cholécystectomisés sous laparoscopie, l'opérateur a tenté de réaliser systématiquement ces 2 méthodes d'exploration des voies biliaires. Résultats - La faisabilité de l'écholaparoscopie a été de 100 %. La cholangiographie n'a pu être effectuée que dans 498 cas (83 %). La durée moyenne de l'écholaparoscopie a été significativement plus courte que celle de la cholangiographie (10,2 versus 17,9 minutes, P = 0,0001). Quarante cas de lithiase de la voie biliaire principale ont été constatés en per-opératoire (7 % des malades). Les résultats des 2 méthodes pour sa détection ont été comparables. La sensibilité et la spécificité de l'écholaparoscopie ont été respectivement de 80 % et de 99 %, celles de la cholangiographie de 75 % et de 98 %. Pour l'écholaparoscopie, les faux négatifs et les faux positifs ont été constatés lors des 45 premières explorations de chaque opérateur. Par ailleurs, 30 anomalies de l'anatomie biliaire ont été individualisées en cholangiographie contre seulement 15 en écholaparoscopie. Conclusion - L'écholaparoscopie est rapide à effectuer et peut toujours être réalisée. Elle est comparable à la cholangiographie pour la détection d'une lithiase de la voie biliaire principa e. Une formation spécifique est nécessaire pour optimiser son efficacité. l'écholaparoscopie méconnait des anomalies de l'anatomie biliaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Exploration per-opératoire de la voie biliaire principale lors des cholécystectomies laparoscopiques echo-laparoscopie vs cholangiographie. Etude prospective: 150 cas.

  • De novembre 1994 à mars 1996, 150 patients opérés de cholécystectomies laparoscopiques ont été inclus dans une étude prospective ayant pour but de comparer la cholangiographie opératoire et l'écho-laparoscopie. Les voies biliaires étaient successivement explorées par les deux méthodes afin de détecter systématiquement la lithiase de la voie biliaire principale. L'écho-laparoscopie a été réalisée dans tous les cas (100%), la cholangiographie seulement dans 125 cas (83 %). L'écho-laparoscopie a nécessité moins de temps que la cholangiographie: 11,6 minutes versus 17,6 minutes (p = 0,0001). Pour cette série, l'incidence de la lithiase de la voie biliaire principale a été de 14 cas (9%). Les résultats de sa détection opératoire par écho-laparoscopie ou par cholangiographie sont similaires. La sensibilité de l'écho-laparoscopie a été de 80% et la spécificité de 99% , respectivement 78% et 97% pour la cholangiographie. L'association des deux examens a permis d'obtenir une sensibilité et une spécificité de 100%. L'écho-laparoscopie n'a pas visualisé parfaitement 25 fois (17%) le cholédoque rétro-pancréatique. Elle n'a pas mis en évidence les anomalies biliaires détectées par la cholangiographie mais a constaté des pathologies digestives insoupçonnées. L'écho-laparoscopie peut toujours être réalisée et répétée. Un apprentissage est nécessaire pour accroître son efficacité. Son coût doit être évalué.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Apport de la cholangiographie-IRM dans les complications biliaires de la transplantation hépatique chez l'enfant.

  • Objectif. Évaluer l'apport diagnostique de la cholangiographie-IRM dans la prise en charge des complications biliaires post-greffe dans la population pédiatrique, en particulier dans le diagnostic des sténoses d'anastomose. Matériels et méthodes. Dix cholangiographies-IRM ont été réalisées entre décembre 1996 et avril 1998 sur une population de 10 enfants transplantés hépatiques suspects de complications biliaires. Nous avons recueilli, dans la même période, les résultats de la ponction biopsie hépatique, de l'échographie abdominale et du bilan hépatique. Pour chacun des enfants, nous avons évalué le degré de concordance des différents examens réalisés. Résultats. La cholangiographie-IRM a diagnostiqué 9 enfants avec une dilatation des voies biliaires. Quatre présentaient des sténoses anastomotiques, 5 des sténoses multiples, 2 enfants avaient des calculs biliaires intrahépatiques et 2 cas présentaient des anomalies IRM évocatrices de cholangite aiguë. Trois des 4 cas de sténoses anastomotiques ont été confirmés et traités au cours d'une cholangiographie percutanée. Dans 6 observations, une discordance entre les examens complémentaires de routine a été retrouvée et, dans ces cas, la cholangiographie-IRM a permis de redresser le diagnostic final. Conclusion. La cholangiographie-IRM permet de confirmer et d'évaluer le diagnostic de complications biliaires suggérées, et ainsi, semble nécessaire dans l'évaluation biliaire au coté d'examens complémentaires, tels l'échographie, la biologie, la ponction biopsie hépatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation de la cholangiographie par résonance magnétique dans le diagnostic des complications biliaires après transplantation hépatique.

  • Objectif. Évaluer les performances de la cholangiographie par IRM (CIRM) dans la détection des complications biliaires après transplantation hépatique orthotopique. Matériel et méthode. 27 patients greffés hépatiques suspects de complication biliaire ont bénéficié de 34 cholangiographies par IRM et directes. L'interprétation des CIRM était réalisée en aveugle des données cliniques et biologiques par deux observateurs indépendants. L'interprétation des lésions était effectuée segment par segment après avoir divisé l'arbre biliaire en 7 segments anatomiques. Pour chaque segment, l'évaluation portait sur : la présence d'une dilatation biliaire, l'existence de sténose, la présence de matériel intra-canalaire. Les résultats de la CIRM étaient comparés à ceux de la cholangiographie directe. Résultats. 216 (98 %) des 221 segments évalués étaient analysables en CIRM, la visualisation était bonne ou excellente pour 179 (80 %). L'analyse segment par segment montrait que la sensibilité, spécificité, et fiabilité globale de la CIRM était respectivement de 85 %, 81 % et 83 % pour détecter une sténose biliaire, de 82 %, 81 % et 81 % pour détecter une dilatation biliaire, et était de 60 %, 88 % et 80 % pour détecter la présence de matériel intra-canalaire. Conclusion. La cholangiographie-MR est performante pour détecter des sténoses et des dilatations des voies biliaires chez le greffé hépatique et offre une alternative aux opacifications directes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cholangiographie par résonance magnétique nucléaire en pathologie biliaire. Etude prospective chez 60 patients.

  • Objectif: Le but de cette étude prospective était d'évaluer une nouvelle séquence de cholangio-IRM en coupes épaisses single shot fast spin echo (SSFSE), dans la pathologie obstructive des voies biliaires. Patients et méthodes: Cette étude a porté sur 60 patients (36 hommes et 24 femmes) ayant un âge moyen de 69 ans, qui avaient un syndrome cholestatique faisant redouter une obstruction des voies biliaires. Tous ont eu une cholangio-IRM en coupes épaisses, réalisée avec la séquence SSFSE. La référence diagnostique a été 47 fois une cholangiopancréatographie rétrograde, une fois une cholangiographie percutanée et 12 fois l'intervention chirurgicale. Vingt-deux malades avaient une obstruction lithiasique, 23 avaient un obstacle tumoral, huit avaient une sténose inflammatoire ou postchirurgicale et sept avaient des voies biliaires jugées normales. Résultats: La sensibilité et la spécificité de la cholangio-IRM étaient de 100 et 94 % pour le diagnostic de lithiase et de 95 et 97 % pour le diagnostic de pathologie tumorale. Le calcul du kappa appréciant la concordance entre la référence diagnostique et la cholangio-IRM pour la localisation du niveau de l'obstacle était compris entre 0,79 et 1. Conclusion: La cholangio-IRM avec la séquence SSFSE est un examen simple et performant. La réalisation de coupes épaisses lors d'une apnée inférieure à deux secondes permet de limiter les artefacts cardiorespiratoires et de s'affranchir du post-traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation d'une nouvelle séquence de cholangiographie IRM avec acquisition en demi-plan de Fourier.

  • Objectifs: Le but de cette étude est d'évaluer une nouvelle séquence de cholangio-IRM en coupes épaisses, avec acquisition en demi-plan de Fourier (single shot fast spin echo), dans la pathologie obstructive des voies biliaires. Patients et méthodes : Cinquante patients suspects d'obstruction des voies biliaires sont étudiés prospectivement. Ils ont bénéficié d'une cholangio-IRM en coupes épaisses, réalisée avec la séquence SSFSE. La référence diagnostique a été 40 fois la CPRE, une fois la cholangiographie percutanée et 9 fois la chirurgie. Dix-sept patients présentaient une obstruction lithiasique, 21 avaient un obstacle tumoral. Résultats : La sensibilité et la spécificité de la cholangio-IRM étaient de 100 et 94 % pour le diagnostic de lithiase et de 95 et 97 % pour le diagnostic de pathologie tumorale. Le calcul du Kappa appréciant la concordance entre la référence diagnostique et la cholangio-IRM pour la localisation du niveau de l'obstacle était compris entre 0,79 et 1. Conclusion : La cholangio-IRM avec la séquence SSFSE est un examen simple et performant. La réalisation de coupes épaisses lors d'une apnée inférieure à 2 secondes permet de limiter les artefacts cardio-respiratoires et de s'affranchir du post-traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de la ponction-biopsie hépatique et de la cholangiographie rétrograde endoscopique chez les malades ayant une cholestase chronique anictérique inexpliquée. Etude rétrospective chez 79 malades.

  • Objectifs, - Etudier la rentabilité diagnostique de la ponction-biopsie hépatique et de la cholangiographie rétrograde endoscopique chez les malades ayant une cholestase chronique anictérique inexpliquée. Méthodes. - Soixante-dix-neuf malades ayant une cholestase évoluant depuis plus de 6 mois, définie par une élévation conjointe d'au moins 2 des 3 enzymes de la cholestase (GGT, phosphatases alcalines, 5'nucléotidase) sans hypertransaminasémie prédominante (rapport activité sérique de l'ALAT exprimée en Xfois la normale sur activité sérique des phosphatases alcalines exprimée en X fois la normale

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cholangiographie peropératoire: une observation a Yaoundé (Cameroun).

  • • La cholangiographie peropératoire a longtemps été systématiquement pratiquée dans la chirurgie des voies biliaires dans les pays occidentaux. Son utilité a été remise en question par des publications récentes faisant état d'un taux élevé d'explorations blanches de 47%. Les chirurgiens des pays africains et du Cameroun en particulier se sont affranchis très tôt de cette contrainte usant d'autres artifices comme l'histoire de la maladie et l'échographie préopératoire. Dans certains cas tel le syndrome de Mirizzi cette exploration est indispensable à l'acte chirurgical. L'amplificateur de brillance nécessaire à sa réalisation devrait être disponible dans les hôpitaux car il est indispensable à d'autres activités comme la traumatologie et la chirurgie vasculaire. Par ailleurs ce syndrome pourrait être plus fréquent dans notre environnement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cholangiographie per opératoire par voie laparoscopique. Comment et pourquoi la faire?

  • La cholangiographie avec fluoroscopie est une étape fondamentale de la cholécystectomie laparoscopique. Ses objectifs sont de vérifier l'intégrité anatomique de l'arbre biliaire, et de détecter la lithiase la voie biliaire principale. Sa réalisation par cathétérisme du canal cystique est possible dans plus de 90 % des cas. Sa performance est excellente dans la détection des calculs de la voie biliaire principale, permettant ainsi au mieux le traitement en un temps de la maladie lithiasique. Nous prônons la réalisation systématique de la cholangiographie peropératoire car elle permet de diminuer le risque et la gravité des plaies des voies biliaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Canal cystique accessoire découvert par cholangiographie peropératoire au cours d'une cholécystectomie.

  • Le but de cette étude était de rapporter une anomalie très rare des voies biliaires découverte par cholangiographie lors d'une cholécystectomie laparoscopique. Après mise en place d'un clip sur la partie proximale du canal cystique, la vésicule biliaire était opacifiée par un canal cystique accessoire qui se jetait dans une branche du canal hépatique droit. Ce canal a été fermé par un clip et les suites opératoires ont été simples.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov