Choc hemorragique [ Publications ]

choc hemorragique [ Publications ]

Publications > choc hemorragique

  • Les lésions vasculaires abdominales graves consécutives à une défenestration sont assez rares chez l’enfant. Elles peuvent entraîner un état de choc hémorragique dont le diagnostic étiologique peut s’avérer difficile chez l’enfant en cas de polytraumatisme. La prise en charge des lésions abdominales hémorragiques de l’enfant est généralement conservatrice, le recours à la chirurgie étant réservé aux patients hémodynamiquement instables. Nous rapportons le cas d’une fillette de sept ans ayant présenté un traumatisme abdominal avec rupture de l’artère hépatique et dilacération de la veine splénique dans les suites d’une chute de dix mètres. Une réanimation agressive précoce associée à une laparotomie d’hémostase réalisée en urgence, contrairement à l’attitude conservatrice habituellement préconisée dans un tel contexte, a permis de juguler le choc hémorragique et de stabiliser l’état hémodynamique. Cette stratégie a permis une évolution favorable avec récupération sans séquelle et reprise de l’école à j20. Alors que l’attitude conservatrice non chirurgicale prévaut habituellement dans la prise en charge des lésions hémorragiques intra-abdominales post-traumatiques, il faut parfois savoir remettre en question cette règle pour recourir à une attitude interventionnelle dans certaines situations ciblées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Transfusion de sang total pour la réanimation du choc hémorragique : à propos de deux cas à Djibouti

  • Le choc hémorragique nécessite un traitement précoce et agressif, incluant la transfusion de concentrés érythrocytaires et la réanimation hémostatique. En situation d'isolement, lorsque les produits sanguins labiles ne sont pas disponibles en quantité suffisante, la transfusion de sang total constitue une alternative. Elle apporte des globules rouges, des facteurs de coagulation et des plaquettes fonctionnelles. En pratique militaire, la transfusion de sang total est utilisée pour le traitement du choc hémorragique chez le blessé de guerre. À l'hôpital médico-chirurgical Bouffard de Djibouti, la ressource en concentrés érythrocytaires est limitée et il n'y a pas de concentré plaquettaire. Nous avons eu recours à la transfusion de sang total pour deux patients civils pris en charge pour un choc hémorragique d'origine non traumatique. Le premier présentait une hémorragie massive due à une coagulation intravasculaire disséminée dans un contexte de choc septique , le second était une femme enceinte de 39 ans présentant une rupture utérine. Dans les deux cas la transfusion de sang total (respectivement douze et dix poches de 500 mL) a permis, avec le traitement étiologique, la correction de la coagulopathie biologique et clinique. L'hémorragie a été contrôlée et les deux patients ont correctement récupéré.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Physiopathologie du choc hémorragique

  • Cette revue a pour objet la physiopathologie du choc hémorragique, un syndrome résultant d’une baisse brutale et importante du volume circulant, responsable d’une instabilité hémodynamique, d’une diminution du transport en oxygène, de la perfusion tissulaire, d’une hypoxie tissulaire, d’une défaillance polyviscérale, pouvant conduire au décès. La principale réponse neuro-hormonale à l’hémorragie est la réaction sympathique. Le choc hémorragique s’accompagne d’altérations de la microcirculation et d’atteintes viscérales multiples. Le choc hémorragique induit également une réponse inflammatoire complexe associée à d’importantes altérations de l’hémostase.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Succès de lˈembolisation dˈune artère vertébrale, après échec de la chirurgie, chez un patient en état de choc hémorragique

  • Les plaies pénétrantes de l’artère vertébrale sont rares. Leur traitement est souvent chirurgical (double ligature proximale et distale). Le cas présenté ici concerne un homme de 19 ans, présentant un état de choc hémorragique lié à une plaie, par arme blanche, de l’artère vertébrale gauche. Après échec de la chirurgie, le saignement de l’artère vertébrale gauche a pu être arrêté par embolisation endovasculaire. Aucune séquelle neurologique n’a été notée et le patient a quitté la réanimation au bout de 24 heures.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge transfusionnelle du choc hémorragique d’origine traumatique à la phase aiguë : quoi de neuf en 2009 ?

  • L’hémorragie aiguë demeure une des premières causes de mortalité en traumatologie et ce malgré les progrès de la chirurgie et de la radiologie interventionnelle. La stratégie transfusionnelle est une des clés de la réanimation du choc hémorragique. Des données récentes sur la physiopathologie des troubles de l’hémostase au cours du choc hémorragique et sur la physiologie de l’hémostase permettent aujourd’hui de préconiser un recours plus précoce à la transfusion sanguine dans ce cadre.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hématome péridural chez une parturiente au décours d'un choc hémorragique.

  • Objectif: L'hématome péridural est une complication exceptionnelle mais grave de l'anesthésie péridurale. Nous rapportons un cas d'hématome péridural en obstétrique, survenu après le retrait accidentel du cathéter péridural en période d'hypocoagulabilité au décours d'un choc hémorragique. Éléments cliniques: Une patiente avait bénéficié d'une anesthésie péridurale pour le travail, après vérification du bilan d'hémostase. Une hémorragie et des troubles importants de l'hémostase (plaquettes : 16 × 10

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Choc hémorragique suite à une ponction biopsie rénale (PBR): à propos d'un cas.

  • La ponction biopsie rénale (PBR) est un examen indispensable en néphrologie mais à risque de complications graves surtout hémorragique. Nous rapportons l'observation d'un patient âgé de 27 ans ayant bénéficié d'une PBR pour un diagnostic étiologique d'une insuffisance rénale aigue, l’évolution après la biopsie a été marquée par l'installation d'un choc hémorragique d'où la prise en charge en réanimation avec une néphrectomie d'hémostase.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Choc hémorragique après traumatisme fermé de l'épaule

  • La prise en charge initiale d'un patient polytraumatisé implique la recherche de lésions menaçant le pronostic vital et particulièrement celles à potentiel hémorragique. Le choc hémorragique est une complication rare mais grave des traumatismes de la ceinture scapulohumérale. Nous présentons ici les éléments cliniques et paracliniques qui doivent faire craindre une telle évolution.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chlorure de sodium hypertonique et choc hémorragique

  • L'utilisation du chlorure de sodium hypertonique au cours du choc hémorragique a fait l'objet de nombreuses études expérimentales et les premières études contrôlées apparaissent. L'administration de chlorure de sodium hypertonique (7,5%, 2400 mosmol.1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Érythrocytes et tonus microvasculaire au cours du choc hémorragique traumatique

  • Le choc hémorragique demeure une des premières causes de décès suite à un traumatisme. Le concept de

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov