Cephalees [ Niveau Expert ]

cephalees [ Niveau Expert ]

Expert > cephalees

  • \tLes migraines et céphalées chroniques ont un impact majeur sur la qualité de vie des patients, et engendrent des coûts importants pour la société. Elles nécessitent une prise en charge pluridisciplinaire adaptée, avec un axe d'éducation thérapeutique. Les objectifs de notre étude étaient : tout d'abord, évaluer le besoin de création d'un programme d'éducation thérapeutique du patient (ETP) spécifique des céphalées chroniques au Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) du CHU de Nantes, alors que le CETD dispose déjà d'un programme d'ETP concernant la douleur chronique, labellisé et financé par l'ARS, et de consultations spécifiques des migraines et céphalées chroniques , puis élaborer et mettre en œuvre ce programme le cas échéant

  • Source : nantilus.univ-nantes.fr

Recommandations interdisciplinaires du réseau douleur des HUG : approche clinique des céphalées primaires

  • Les céphalées primaires, dont l'étiologie ne peut être identifiée par les méthodes diagnostiques actuelles, sont les plus fréquentes. Les céphalées secondaires, symptomatiques, sont liées par exemple à une pathologie traumatique, vasculaire, inflammatoire ou néoplasique. Seul un traitement adéquat répondra aux attentes des patients, pour lesquels une céphalée même bénigne peut être cause de craintes et de handicaps. L'anamnèse et l'examen clinique permettent de cibler le diagnostic souvent avant les examens complémentaires. L'article présente les recommandations diffusées dans les Hôpitaux universitaires de Genève par le Réseau douleur de l'institution. Les propositions thérapeutiques et les modalités de recours aux spécialistes/examens spécialisés fournissent un cadre de référence lors de la prise en charge en urgence sur le long cours.

  • Source : revmed.ch

Recommandations pratiques pour le diagnostic en urgence des céphalées aiguës non traumatiques

  • La céphalée aiguë non traumatique est un motif fréquent de consultation en urgence. Souvent, il s'agit de céphalées primaires, parfois invalidantes, mais ne nécessitant pas d'examens complémentaires. Les céphalées secondaires sont rares, mais leur diagnostic est essentiel afin d'éviter des conséquences graves, voire mortelles. Il n'est pas facile de distinguer en pratique les céphalées primaires des secondaires, particulièrement si l'approche ne suit pas une systématique. Nous avons adapté des recommandations fondées sur des preuves visant à améliorer leur prise en charge diagnostique. Nous proposons un algorithme qui facilite le dépistage des signes d'alerte basé sur l'anamnèse et un examen clinique ciblé. En présence de signes d'alerte, des examens complémentaires appropriés doivent être effectués afin d'exclure une céphalée secondaire.

  • Source : revmed.ch

La neurostimulation : quelle place dans les céphalées réfractaires?

  • La prise en charge des céphalées réfractaires, migraine ou «cluster headache», est souvent une gageure pour le praticien. Il s'agit le plus souvent de patients « désespérés », ayant épuisé la plupart des ressources médicamenteuses existantes. De nombreux progrès ont récemment été effectués dans l'approche thérapeutique de ces maladies, notamment avec l'avènement des techniques de neurostimulation. Dans cette revue de littérature, nous décrivons les différentes méthodes de neurostimulation ayant fait l'objet d'études ou d'essais cliniques dans les céphalées réfractaires. Les méthodes les plus étudiées et les plus efficaces sont la stimulation du nerf grand occipital (ONS) et la stimulation cérébrale profonde hypothalamique (DBS), cette dernière étant toutefois plus risquée sur le plan opératoire. Un nouvel espoir est donc offert aux patients céphalalgiques chroniques. De nombreux essais cliniques sont actuellement en cours.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

t Incidence et impact des céphalées au cours du syndrôme de stress post-traumatique : étude au travers d'une poulation de 101 patients à l'Hôpital d'Instruction des Armées Desgenettes

  • tnL'état de syndrome de stress post-traumatique (ESPT) est un trouble de l'adaptation se produisant suite à l'exposition à un événement traumatisant et se manifestant par des troubles psychiques mais également par des plaintes fonctionnelles, notamment douloureuses chroniques. Toutefois peu de travaux ont porté sur l'étude des céphalées au décours d'un ESPT. Nous avons donc souhaité étudier comme objectif principal l'incidence et l'impact des céphalées dans une population souffrant d'un ESPT. Nos objectifs secondaires furent la description des types de céphalées présentées, l'influence des caractéristiques de l'ESPT, de son traitement ainsi que du profil d'humeur associé à l'ESPT sur les céphalées

  • Source : sudoc.fr

Incidence et impact des céphalées au cours du syndrome de stress post-traumatique : étude au travers d'une population de 101 patients à l'Hôpital d'Instruction des Armées Desgenettes

  • L'état de syndrome de stress post-traumatique (ESPT) est un trouble de l'adaptation se produisant suite à l'exposition à un événement traumatisant et se manifestant par des troubles psychiques mais également par des plaintes fonctionnelles, notamment douloureuses chroniques. Toutefois peu de travaux ont porté sur l'étude des céphalées au décours d'un ESPT. Nous avons donc souhaité étudier comme objectif principal l'incidence et l'impact des céphalées dans une population souffrant d'un ESPT. Nos objectifs secondaires furent la description des types de céphalées présentées, l'influence des caractéristiques de l'ESPT, de son traitement ainsi que du profil d'humeur associé à l'ESPT sur les céphalées

  • Source : n2t.net

Les céphalées cervicogéniques

  • Les céphalées cervicogéniques sont une entité nosologique reconnue récemment. Leurs critères diagnostiques sont encore discutés. Elles sont rares. Leur diagnostic est basé sur des critères anamnestiques, cliniques et radiologiques. Leur étiologie est multifactorielle. Un traumatisme cervical doit être soigneusement recherché. La physiopathologie tient compte de mécanismes neurochimiques cérébraux mis en jeu par les afférences nociceptives d'origine périphérique. Les mécanismes centraux sont modulés par des caractéristiques génétiques qui deviennent prédominantes dans les situations chroniques où s'ajoutent souvent encore des facteurs psychosociaux. Le traitement est individualisé et tient compte de la complexité physiopathologique de ces troubles. Aux médicaments peuvent s'ajouter, dans des cas choisis, des blocs anesthésiques

  • Source : revmed.ch

t Les céphalées d origine cervicale : évaluation des différentes prises en charge en médecine libérale (médecine générale, médecine manuelle et ostéopathique, neurologie)

  • tnIntroduction : Les céphalées sont des pathologies fréquentes dans la population générale. Parmi celles-ci, nous distinguons les céphalées d origine cervicale qui sont considérées comme des céphalées secondaires. Même si les manipulations vertébrales ont été le premier traitement proposé pour cette pathologie, peu d études permettent d évaluer les différentes options thérapeutiques. L objectif de notre étude était d évaluer les différentes prises en charge des céphalées d origine cervicale en médecine libérale.

  • Source : sudoc.fr

L'ibuprofène par voie orale dans le traitement aigu des céphalées de tension épisodiques chez les adultes

  • Contexte : nnLes céphalées de tension touchent environ une personne sur cinq dans le monde. Elles peuvent être de type épisodique non fréquent (moins d'une fois par mois), épisodique fréquent (1 à 14 fois par mois) ou chronique (15 fois par mois ou plus). L'ibuprofène est l'un des nombreux analgésiques proposés pour le traitement aigu de la douleur dans les céphalées de tension épisodiques fréquentes.nObjectifs : nnÉvaluer l'efficacité et l'innocuité de l'ibuprofène par voie orale dans le traitement des céphalées de tension épisodiques aiguës chez l'adulte.

  • Source : cochrane.org

Céphalées : quelle imagerie ?

  • Le médecin de premier recours est fréquemment confronté à l évaluation de patients présentant une céphalée et si, dans la majorité des cas, aucune investigation complémentaire n est nécessaire, les éléments anamnestiques ou cliniques font parfois évoquer une cause secondaire et la question d une imagerie cérébrale émerge. Le choix de l imagerie se fera alors en fonction du degré d urgence et de la suspicion clinique. Le CT cérébral est l examen de choix en urgence, natif ou avec injection de produit de contraste selon la pathologie suspectée, alors que l IRM, plus sensible, est surtout utile dans l investigation ambulatoire de pathologies intracrâniennes tumorales ou infectieuses.

  • Source : revmed.ch

La migraine en médecine générale : élaboration d une boîte à outils céphalées-migraine par une méthodologie de développement professionnel continu

  • Contexte : La migraine est une pathologie fréquente en médecine générale. Pourtant environ 40% des migraineux n'auraient jamais consulté pour leurs migraines. Au problème de sousdiagnostic se surajoute une très forte démédicalisation dans la maladie migraineuse. Un des déterminants du maintien dans le circuit de soins est la qualité de la première consultation. L'objectif de ce travail est de mettre en place un outil dévolu à la consultation céphalée-migraine en médecine générale

  • Source : pepite.univ-lille2.fr

t Rôle du médecin généraliste dans la prise en charge des céphalées chroniques quotidiennes par abus médicamenteux : revue de la littérature

  • tnLes céphalées par abus médicamenteux (CAM) sont définies par la société internationale des céphalées comme une céphalée chronique quotidienne induite par la prise régulière de traitement antalgique pendant au moins dix à quinze jours selon l'antalgique en cause. Elles représentent la troisième cause de céphalée prise en charge en soins primaires et sont responsables d'un handicap et de coûts sociétaux importants. L'objectif principal était d'évaluer les connaissances concernant la prise en charge des CAM

  • Source : sudoc.fr

Comportement des patients face à une céphalée et implication sur la prise en charge des céphalées de tension

  • Les céphalées de tension sont les plus fréquentes des céphalées primaires. Peu d études récentes s intéressent à la prise en charge des céphalées de tension en médecine générale. L objectif de notre étude était de déterminer si les patients présentant des céphalées de tension consultent leur médecin traitant et quels sont les facteurs déterminant la consultation. L objectif secondaire était de déterminer les thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses utilisées par les patients lors d une céphalée.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Utilisation de la stimulation électrique transcutanée pour le traitement des céphalées (nouveau dispositif d'électrodes pour le cuir chevelu)

  • Lorsque la céphalée de tension devient chronique, c est la qualité de vie de la personne atteinte qui s altère. Pour limiter cela des thérapeutiques pharmacologiques existent. Mais, les médicaments ne répondent pas toujours efficacement à la douleur et présentent parfois des effets indésirables. C est pourquoi, les traitements non médicamenteux se développent, dont la neurostimulation transcutanée électrique (TENS)

  • Source : syntheses.univ-rennes1.fr

Migraine : la première cause de céphalées primaires chez l'enfant

  • Les céphalées récurrentes de l'enfant inquiètent, surtout lorsqu'il s'agit de jeunes enfants. Elles entraînent des consultations spécialisées, des examens complémentaires inutiles,rnune inquiétude familiale et un absentéisme scolaire. Le diagnostic de migraine, première cause des céphalées primitives chez l'enfant, est pourtant clinique, simplement en écoutant l'enfant et ses parents, même en dehors du contexte de la crise. Des synthèses factuelles récentes peuvent aider au diagnostic et guider la conduite à tenir-

  • Source : mbpu-unaformec.net

Les céphalées

  • Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées sont responsables de 20% des causes d?absentéisme (1 jour d?absence/année/employé) , 10-12% de la population souffre de migraines (6% des hommes et 15-18% des femmes). En raison de leur caractère bénin les céphalées primaires sont sous-diagnostiquées et surtout insuffisamment traitées. L?OMS considère la migraine avec la tétraplégie, la psychose et la démence comme l?une des quatre pathologies chroniques les plus débilitantes...

  • Source : hug-ge.ch

Céphalées

  • physiologie de la nociception - rappels, définition et origine, innervation sensitive de l'extrémité céphalique, principes de la nociception céphalique, analyse sémiologique d'une céphalée, critères d'alerte face àune céphalée, classification internationale, migraine sans et avec aura, notions de physiopathologie, système trigémino-vasculaire, applications thérapeutiques, migraine sans aura/avec aura : critères de diagnostic, illustrations: migraine avec aura visuelle, syndrome méningé généralités, signes cliniques, hémorragie méningée, méningite, hypertension intra-crânienne

  • Source : medecine-pharmacie.univ-rouen.fr

Croyances et perceptions des patients migraineux souffrant de céphalées chroniques quotidiennes associées à un abus médicamenteux: étude qualitative en médecine générale

  • L objectif principal de ce travail était donc d étudier le vécu, les perceptions et la gestion de leur maladie de patients souffrant de CCQ migraineuses associée à un abus médicamenteux pris en charge en médecine générale. L objectif secondaire était de connaître leur perception de la prise en charge par leur médecin généraliste

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Céphalées pharmacorésistantes : nouvelles approches du casse-tête

  • Les céphalées chroniques primaires ont souvent un impact fonctionnel important dans la vie sociale, familiale et professionnelle, malgré les différents traitements à disposition du clinicien. De nouvelles thérapies apparaissent cependant dans les formes chroniques et pharmacorésistantes du cluster headache et de la migraine. La neurostimulation occipitale dans le cluster headache et la toxine botulinique dans la migraine représentent les approches thérapeutiques les plus intéressantes.

  • Source : revmed.ch

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) pour prévenir la migraine et les céphalées de tension

  • Contexte : La céphalée est un problème médical courant. Les récentes découvertes sur le rôle de la sérotonine dans les mécanismes de la douleur ont donné lieu à l'évaluation des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) pour la prévention de la migraine et des céphalées de tension (CT).nObjectifs : Évaluer l'efficacité et la tolérance des ISRS pour prévenir la migraine et les CT.

  • Source : cochrane.org