Cellules tumorales circulantes [ Publications ]

cellules tumorales circulantes [ Publications ]

Publications > cellules tumorales circulantes

  • Les cellules tumorales disséminées (DTC) dans la moelle osseuse ou les cellules tumorales circulantes (CTC) correspondent à l’une des étapes du processus de dissémination métastatique. Comme pour d’autres types de cancers, le développement récent des techniques de détection des CTC et DTC respectivement dans le sang et la moelle osseuse des patients a généré de nombreux résultats dans les cancers digestifs. Cependant, l’interprétation de ces résultats et de la valeur pronostique des CTC/DTC reste souvent limitée par la petite taille des cohortes et par l’hétérogénéité des méthodes de détection. Nous faisons ici la revue de différents résultats et de leur impact clinique, et discutons la possible utilisation des CTC et DTC comme nouveaux biomarqueurs. Il est d’abord important de prendre en compte la variabilité des marqueurs épithéliaux utilisés pour l’étape initiale d’immunosélection des CTC/DTC, ainsi que des marqueurs moléculaires ou cytologiques employés dans la deuxième étape de détection. Dans les carcinomes œsophagiens, gastriques, pancréatiques et hépatocellulaires, et dans les tumeurs neuroendocrines iléales et pancréatiques, certaines études ont mis en évidence une corrélation entre la détection des CTC et/ou DTC et une évolution clinique péjorative, que ce soit aux stades localisé et/ou métastatique. Concernant les cancers colorectaux en situation adjuvante, une récente méta-analyse a montré une association entre la détection de CTC dans le sang périphérique et la survie sans récidive et la survie globale. Ces résultats sont concordants avec ceux d’une étude qui identifiait la détection des CTC comme un facteur pronostique de rechute dans les stades II et concluait à la nécessité d’une évaluation à long terme des CTC comme biomarqueur pouvant guider les décisions de chimiothérapie pour ces stades II. Dans les cancers colorectaux métastatiques, la FDA a approuvé en 2007 l’utilisation du taux préthérapeutique de CTC ainsi que ses variations per-thérapeutiques, déterminés par la technique CellSearch

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cellules tumorales circulantes : biopsie liquide du cancer

  • La détection des cellules tumorales circulantes (CTC) et leur caractérisation moléculaire sont l’un des axes de recherche le plus actif dans la recherche translationnelle sur le cancer, avec plus de 400 études cliniques en cours incluant les CTCs comme biomarqueurs. Les intérêts majeurs de la recherche sur les CTCs regroupent : a) l’évaluation du risque des rechutes métastatiques ou progression métastatique (information pronostique) , b) la stratification et la surveillance en temps réel des thérapies , c) l’identification de cibles thérapeutiques et de mécanismes de résistance aux traitements , et d) la compréhension du développement des métastases chez des patients ayant un cancer. Cette revue focalise sur les technologies utilisées pour enrichir et détecter les CTCs. Nous exposons les grandes lignes et discutons des technologies actuelles qui sont basées sur l’exploitation des propriétés physiques et biologiques des CTCs. Un nombre considérable de technologies innovantes pour la détection des CTCs a été développé, incluant les micropuces à CTCs, les systèmes de filtration, les RT-PCR quantitatives et la microscopie automatisée. Des études de caractérisation moléculaire ont indiqué que les CTCs étaient très hétérogènes, une découverte qui souligne le besoin d’approches multiplex pour capturer toutes les sous-populations pertinentes de CTCs. Nous souhaitons souligner les challenges actuels comme ceux d’augmenter le rendement et la détection des CTCs qui auront subi la transition épithélio-mésenchymateuse. En augmentant la sensibilité analytique, on risque de diminuer la spécificité analytique (par ex., en détectant des cellules épithéliales normales). Un nombre considérable de techniques prometteuses de détection des CTCs a été développé ces dernières années. La spécificité analytique et l’utilité clinique de ces méthodes doivent être démontrées dans de grandes études prospectives multi-centriques pour atteindre le niveau de preuve requis pour leur introduction en pratique clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Détection des micrométastases et des cellules tumorales circulantes par les techniques de biologie moléculaire dans les tumeurs solides

  • L'extension d'un cancer constitue un critère pronostique essentiel qui conditionne l'approche thérapeutique. L'observation de rechutes métastatiques, malgré un bilan d'extension négatif par des méthodes conventionnelles et un bon contrôle par un traitement locorégional, témoigne de la possibilité de dissémination de cellules tumorales occultes. Les améliorations récentes des techniques d'immunohistochimie et de biologie moléculaire permettent de détecter des cellules tumorales avec un gain considérable de sensibilité par rapport aux techniques conventionnelles dans les sites tels que ganglions, moelle osseuse ou sang. En biologie moléculaire, les marqueurs utilisés actuellement pour une recherche par PCR ou RT-PCR peuvent être classés en « tissu-spécifiques » et en « tumeur-spécifiques ». L'inconvénient du premier groupe de marqueurs est que la notion de spécificité tissulaire est souvent relative, d'où un taux de faux positifs élevé. Les marqueurs tumeur-spécifiques, tels que les gènes de fusion observés dans certains sarcomes, les mutations géniques ou la présence de génomes viraux, ne présentent pas ces désavantages, mais ils ne sont encore disponibles et facilement utilisables que pour de rares tumeurs. Cette revue détaille les techniques de biologie moléculaire utilisées pour la détection de cellules tumorales occultes ainsi que les données cliniques actuelles. Le grand nombre d'études publiées dans ce domaine montre la faisabilité de la détection de cellules tumorales occultes dans les sites cibles. Des études sur de plus grandes séries de patients, utilisant des techniques mieux standardisées, sont désormais nécessaires avant d'envisager une application adaptée à chaque patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cellules tumorales circulantes et cancer de la prostate avancé

  • L’hétérogénéité du devenir des cancers de la prostate évaluée par les outils actuels dont le PSA rend nécessaire le développement de nouveaux biomarqueurs. L’évaluation des cellules tumorales circulantes (CTC) comme reflet précoce de la dissémination métastatique est en cours d’évaluation après des résultats encourageants en oncologie mammaire et colique. Les travaux de recherche fondamentale ont permis une meilleure compréhension de la complexité du processus menant les cellules tumorales du foyer primitif à pouvoir survivre en dehors de leur environnement usuel et s’implanter à distance, parfois après une longue phase de quiescence. Les techniques de détection des cellules reposent sur la biologie moléculaire ou des méthodes immunologiques, après une éventuelle phase d’enrichissement des échantillons de sang prélevés. Le développement de ces techniques et les résultats discordants de leur évaluation ont montré la nécessité de définir des protocoles reproductibles. De même, la comparaison des résultats des tests ne peut se faire que faÇe aux seuls objectifs cliniques, en l’absence de test de référence fiable et de cible commune aux différentes techniques. Seule la technique CellSearch

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cellules tumorales circulantes: détection, caractérisation et intérêts cliniques.

  • Le processus métastasique génère des cellules tumorales circulantes (CTCs) et des cellules disséminées (DTCs) dans la moelle osseuse et d’autres organes qui peuvent rester dans un état de dormance et de métastases occultes. Différentes méthodes et systèmes ont été développés pour permettre l’isolement et l’identification de ces cellules, mais des limitations techniques importantes subsistent. La recherche sur les CTCs subit néanmoins un essor grandissant tant leurs applications cliniques potentielles sont importantes. Les CTCs véhiculent, en effet, une information prédictive pour le développement de métastases et les récidives ainsi qu’une information pronostique pour l’espérance de vie. L’énumération des CTCs pourrait également servir à suivre l’efficacité de traitements adjuvants. De plus, alimentant nos connaissances fondamentales sur le processus métastatique, des données récentes suggèrent que les CTCs, et plus particulièrement les DTCs, contiendraient des sous-populations des cellules à caractère souche qui seraient à l’origine des récidives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cellules tumorales circulantes : pierre angulaire de la médecine personnalisée

  • Le traitement des cancers a évolué vers l’utilisation thérapeutique de plus en plus ciblée dans le cadre de la médecine personnalisée. Il est indispensable au clinicien d’avoir un profil biologique de la tumeur et particulièrement des cellules à potentiel métastatique pour optimiser les traitements. La recherche et caractérisation des cellules tumorales circulantes ont montré un intérêt pronostique dans de nombreuses localisations tumorales. Dans cette revue de la littérature nous décrirons les principales techniques pour la recherche et la caractérisation des cellules tumorales circulantes ainsi que leur intérêt dans les cancers gynécologiques et mammaire. Nous discuterons finalement comment cette technologie permettra l’optimisation des traitements.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cellules tumorales circulantes et cancer du sein : méthodes de détection et résultats cliniques

  • Grâce à des progrès technologiques récents, les cellules tumorales circulantes (CTC) font l'objet actuellement d'une recherche importante en oncologie pour définir leur intérêt diagnostique, pronostique et prédictif de réponse aux traitements. L'intérêt est également croissant sur les informations qu'elles peuvent fournir sur les caractéristiques biologiques de la tumeur. Nous faisons, ici, la revue des différentes méthodes de détection ainsi que les résultats cliniques obtenus jusqu'à présent par ces techniques dans le cancer du sein.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov