Carcinome pulmonaire a petites cellules [ Publications ]

carcinome pulmonaire a petites cellules [ Publications ]

Publications > carcinome pulmonaire a petites cellules

  • Une femme âgée de 67 ans, tabagique, était hospitalisée pour prise en charge d'une pseudo-obstruction intestinale chronique associée à une neuropathie sensitive périphérique. Les biopsies jéjunales transmurales, réalisées au cours d'une laparotomie exploratrice, montraient une dégénérescence axonale et une infiltration des plexus myentériques par des cellules lymphoplasmocytaire. La découverte de métastases ganglionnaires médiastinales révélant un carcinome pulmonaire à petites cellules et la présence d'un anticorps sérique anti-Hu, à un taux élevé, permettaient de retenir le diagnostic de pseudo-obstruction intestinale chronique paranéoplasique. Malgré un traitement associant nutrition parentérale, chimiothérapie, corticothérapie et immunoglobulines intraveineuses, l'état de la malade se dégradait et le décès survenait 12 mois après le début des symptômes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evolution à long terme d'une achalasie du sphincter inférieur de l'esophage et d'une pseudo-obstruction intestinale paranéoplasiques révélatrices d'un carcinome pulmonaire à petites cellules.

  • Nous rapportons un cas de carcinome pulmonaire à petites cellules se manifestant initialement par une pseudo-obstruction intestinale chronique et découvert à l'occasion de l'exploration d'une achalasie du sphincter inférieur de t'oesophage. L'obtention d'une rémission tumorale de plus de 21 mois après radiochimiothérapie n'empêchait pas le syndrome paranéoplasique de persister et le traitement médical restait sans effet sur la pseudo-obstruction et la dysphagie qui n'était améliorée que par une dilatation oesophagienne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diabète insipide dans le cadre d’un carcinome pulmonaire à petites cellules : un paradoxe ?

  • Nous rapportons le cas d’un cancer pulmonaire à petites cellules découvert à la suite de l’apparition d’un syndrome polyuro-polydipsique. Le diagnostic a été évoqué suite à une image radiographique suspecte dans un contexte de tabagisme important. Il a été confirmé par l’analyse histologique de biopsies transbronchiques et un CT-scanner cérébral mettant en évidence une métastase siégeant au niveau de la tige pituitaire et de l’hypophyse. La vasopressine sanguine est indétectable. Ce cas illustre une présentation clinique inhabituelle de cancer pulmonaire à petites cellules.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov