Carcinome lobulaire [ Publications ]

carcinome lobulaire [ Publications ]

Publications > carcinome lobulaire

  • Objectif. Le carcinome lobulaire infiltrant du sein répond aux même critères pronostiques que le carcinome canalaire infiltrant, déterminant le traitement chirurgical ou les traitements adjuvants. Le but de notre étude était d'évaluer l'indication du traitement chirurgical conservateur pour le carcinome lobulaire infiltrant (CLI) comparé au carcinome canalaire infiltrant (CCI). Matériels et méthodes. Notre série regroupe les données rétrospectives de 217 CLI comparés à 2 155 CCI, traités au Centre René Gauducheau, entre 1985 et 1999. Résultats. La taille clinique des lésions est comparable entre les deux populations. Les lésions de taille histologique supérieures à 30 mm sont plus fréquentes dans les CCI. Les facteurs histopronostiques (grade histopronostique, récepteurs hormonaux, envahissement ganglionnaire axillaire) sont plus favorables dans les CLI. Concernant la corrélation anatomoclinique, l'examen clinique sous-estime plus souvent la taille tumorale dans les CLI que dans les CCI (p = 0,02). Le traitement conservateur est validé dans la majorité des cas mais la mastectomie de complément reste plus fréquente dans les CLI, l'infiltration tissulaire des CLI rendant compte de la fréquence des mastectomies de complément (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mastopathie diabétique avec fibroblastes épithélioïdes: piège diagnostique avec un carcinome lobulaire infiltrant du sein. A propos de deux cas.

  • Les auteurs rapportent deux observations de mastopathie diabétique dont la présentation clinique est identique, marquée par le développement rapide d'une tuméfaction mammaire. Le tableau histologique associe une lobulite lymphocytaire, une fibrose dense du tissu palléal et une prolifération de cellules épithélioïdes de nature conjonctive. Ces derniers éléments, appelés fibroblastes épithélioïdes ou cellules épithélioïdes stromales, ont été tout d'abord interprétés dans les deux cas comme des cellules malignes d'un carcinome lobulaire infiltrant du sein. Décrite initialement chez des patients souffrant d'un diabète insulino-dépendant ancien et compliqué, cette affection survient aussi au cours d'autres maladies auto-immunes (Lupus érythémateux disséminé, hypothyroïdie) ou en dehors de tout contexte particulier. Son évolution est caractérisée par la fréquence des récidives, son traitement n'est pas codifié.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La place de l'imagerie par résonance magnétique dans le carcinome lobulaire du sein.

  • Le carcinome lobulaire reste une entité histologique peu fréquente du cancer du sein, toute fois la place qu'occupe le cancer du sein actuellement dans la cancérologie féminine, justifie la connaissance des particularités de ce type de cancer mammaire. Le diagnostic paraclinique est basée sur le couple écho-mammographie a la recherche de multifocalité, multicentricité ou bilatéralité, d'où l'intérêt de l'IRM qui est la technique la plus sensible pour la mise en évidence de ces lésions et qui est devenue un examen de pratique courante dans le carcinome lobulaire du sein. Par le présent travail, et sous la lumière de la revue de la littérature, nous allons essayer de dégager les aspects épidémiologiques, cliniques, et paracliniques, du carcinome lobulaire du sein, et insister sur les indications et l'intérêt de l'IRM dans la prise en charge de ce type histologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Variant histiocytoïde du carcinome lobulaire infiltrant du sein - À propos de trois cas

  • La forme histiocytoïde des carcinomes mammaires, rencontrée surtout parmi les carcinomes lobulaires infiltrants (CLI), simule d’autres lésions ou tumeurs, parfois bénignes, constituées de cellules au cytoplasme éosinophile granuleux ou nuageux et au noyau excentré. À partir de 3 observations de tels CLI histiocytoïdes, nous discutons les caractères immunocytochimiques — expression de GCDFP-15 (Gross Cystic Disease Fluid Protein-15) et expression prédominante du récepteur d’androgènes –– qui pourraient suggérer un type particulier de différenciation apocrine, et exposons les problèmes diagnostiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Métastases muqueuses digestives diffuses d’un carcinome lobulaire du sein

  • Les métastases digestives révélatrices de l’évolution d’un cancer du sein sont exceptionnelles. Nous rapportons un cas de métastases coliques survenant 5 ans après le traitement d’un carcinome lobulaire du sein. En cas d’apparition de symptômes digestifs chez une patiente ayant eu un cancer lobulaire du sein, il ne faut pas méconnaitre la possibilité de métastase de son cancer du sein. Les diagnostics différentiels peuvent être une maladie de Crohn, une infection ou une tumeur primitive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov