Carcinome a cellules de merkel [ Publications ]

carcinome a cellules de merkel [ Publications ]

Publications > carcinome a cellules de merkel

  • Introduction. - Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est une tumeur rare développée à partir des cellules neuroendocrines de la peau. Sa prise en charge diagnostique et thérapeutique n'est pas consensuelle. Dans le but de rédiger des recommandations, le groupe de cancérologie cutanée de la Société française de dermatologie s'est appuyé sur les recommandations existant aux États-Unis et en Allemagne. Les accords entre les deux recommandations ont été validés par le groupe et, devant le nombre important de discordances, le recours à la méthode du consensus formalisé d'experts a été retenu. Méthodes. - Douze praticiens reconnus pour leur compétence dans la prise en charge du carcinome à cellules de Merkel ont répondu à un questionnaire standardisé. Il s'agissait de sept dermatologues, trois radiothérapeutes et deux chirurgiens plasticiens. Ils ont répondu à 82 questions concernant le diagnostic, le traitement et le suivi du CCM. Un consensus fort était retenu si toutes les réponses étaient dans le même tiers de la grille, un consensus faible ou relatif si les cotations empiétaient sur une borne adjacente et une absence de consensus en cas de dispersion des valeurs. Résultats. ― Au terme de ce processus, cette méthode a permis de dégager un accord fort sur les points suivants: intérêt de l'immunomarquage par CK7et CK20, absence d'intérêt de la radiographie du thorax dans le bilan initial mais intérêt de l'échographie ganglionnaire, insuffisance d'une marge d'exérèse de 1 cm et inutilité d'une marge supérieure à 3 cm, absence d'intérêt d'une chimiothérapie en cas de tumeur inopérable, intérêt de la recherche du ganglion sentinelle dans les tumeurs de moins de 2 cm hors tête et cou et de plus de 2 cm sur la tête et le cou , intérêt de la radiothérapie complémentaire du site initial de la tumeur. Un accord relatif s'est dégagé sur l'intérêt de la tomodensitométrie (TDM) thoraco-abdominopelvienne dans tous les cas, associée à une TDM de la tête en cas de localisation cervicofaciale. Conclusion. ― La pratique d'un consensus formalisé d'experts a permis de compléter les recommandations, notamment sur des points où il n'existait pas de consensus entre les recommandations américaines et allemandes et là ou la littérature ne pouvait pas apporter de preuves robustes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le carcinome à cellules de Merkel : diagnostic, traitement de la maladie locorégionale et de la maladie en phase métastatique

  • Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est une tumeur dermique neuro-endocrine peu fréquente observée plus volontiers, au cours de la sixième décennie, chez les sujets à phototype clair, en peau exposée au soleil. Les cellules des CCM sont caractérisées, en microscopie électronique, par la présence de granules sécrétoires denses. Elles coexpriment des marqueurs épithéliaux (cytokératine n° 20 et antigène de membrane épithéliale) et des marqueurs neuro-endocrines (énolase neuronale spécifique et chromogranine A). L’analyse de la littérature indique que cette tumeur est marquée par un fort potentiel de dissémination ganglionnaire régionale au moment du diagnostic (12 %) et au cours de l’évolution (50 à 66 %) et de dissémination viscérale à distance (20 à 52 % au cours de l’évolution). Les formes métastatiques sont de mauvais pronostic avec une médiane de survie de 6 mois à partir du diagnostic des métastases. Le traitement optimal des stades localisés fait appel à la chirurgie et à la radiothérapie. La chimiothérapie est peu explorée, mais des données récentes font état d’une forte chimiosensibilité de cette tumeur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Carcinome à cellules de Merkel : prise en charge et place de la radiothérapie

  • Les carcinomes à cellules de Merkel sont des tumeurs neuro-endocrines essentiellement cutanées, rares, survenant chez des patients âgés. La principale étiologie est la photo-exposition. L’immunohistochimie (CK20+, CK7− et TTF1−) complète le diagnostic histologique standard. Le risque de récidive locorégionale et métastatique est élevé et survient précocement. Du fait de la rareté de cette tumeur, il n’existe pas d’études randomisées validant les attitudes thérapeutiques. Pour les tumeurs localisées, le traitement consiste en une exérèse chirurgicale de la tumeur primitive avec des marges de 2 à 3 cm, suivie d’une irradiation adjuvante de 50 à 60 Gy dans le lit tumoral. Cette irradiation diminue le risque de récidive locale et semble apporter un bénéfice de survie globale dans certaines études rétrospectives récentes. Le traitement des aires ganglionnaires en situation adjuvante est controversé. La chimiothérapie n’a pas de place en situation adjuvante en dehors d’essais thérapeutiques. Elle est indiquée en situation métastatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le carcinome à cellules de Merkel.

  • Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un carcinome d'origine neuroendocrine primitivement cutané qui pose d'importants problèmes diagnostiques. Survenant surtout chez l'adulte âgé, il siège essentiellement sur la face et les extrémités, sous forme d'un nodule ou d'une plaque violacée. Le diagnostic est histopathologique et permet d'en individualiser trois formes principales, il repose surtout sur les études immuno-histochimiques qui mettent en évidence, notamment, l'expression par les cellules tumorales de marqueurs épithéliaux (cytokératines, EMA) et neuroendrocrines (NSE, chromogranine...). C'est une tumeur dont l'évolution est comparable à celle d'un mélanome de mauvais pronostic. Récidives et métastases ganglionnaires régionales sont fréquentes (40 à 75 % des cas). Le pronostic à long terme est sombre (55 % de survie à 3 ans). Le traitement associe une exérèse large et une radiothérapie pour la tumeur initiale, un curage ganglionnaire avec radiothérapie pour les métastases ganglionnaires régionales et une chimiothérapie pour les diffusions métastatiques viscérales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le carcinome à cellules de Merkel revisité : un nouvel exemple de tumeur humaine viro-induite

  • Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un carcinome neuroendocrine à petites cellules, de localisation cutanée primitive, d’évolution grave. Un nouveau virus, isolé en 2008, est étroitement associé au CCM. Ce virus, appartenant à la famille des polymavirus, a été dénommé MCPyV pour Merckel Carcinoma Polyomavirus. Les données récentes semblent confirmer le pouvoir oncogène du MCPyV. Le MCC représente ainsi un nouveau modèle d’analyse des mécanismes de l’oncogenèse. La signature moléculaire virale, distincte dans chaque cas, constitue un outil original de suivi de la maladie au cours de prise en charge médicale. Des perspectives thérapeutiques nouvelles sont à concevoir à l’aide de ce nouveau modèle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Principe de prises en charge du carcinome à cellules de Merkel et place de la radiothérapie

  • Le carcinome de Merkel est une tumeur cutanée primitive neuro-endocrine rare au pronostic sombre. Les données disponibles dans la littérature sont pauvres. Le traitement actuel pour les maladies locorégionales repose sur un traitement combiné par chirurgie et radiothérapie. Ces traitements bien qu’ils soient communément admis comme standard thérapeutique font l’objet de controverses. Le but de cette revue de la littérature est de présenter les différentes études disponibles et de comparer les recommandations de prise en charge nationale et internationale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Carcinome à cellules de Merkel : prise en charge actuelle

  • Nous proposons, ici, une revue de la littérature portant sur la prise en charge du carcinome de Merkel, intégrant l'intérêt de l'irradiation adjuvante et l'exploration du ganglion sentinelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Carcinome à cellules de Merkel : à propos de 24 cas et revue de la littérature

  • Le carcinome à cellules de Merkel est un carcinome cutané neuroendocrine qui pose des problèmes diagnostiques et thérapeutiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov