Cachexie [ Publications ]

cachexie [ Publications ]

Publications > cachexie

  • Des travaux récents suggèrent que l’Activine A (ActA) et la Myostatine (Mstn), deux membres de la superfamille du TGFβ, pourraient contribuer à l’atrophie musculaire induite par certains cancers. Ainsi, plusieurs lignées de cellules tumorales humaines produisent et sécrètent de l’ActA et de la Mstn. Ensuite, l’administration systémique d’ActA et de Mstn chez la souris cause une atrophie musculaire. De même, les souris KO Inhibine-α, qui sont caractérisées par des taux circulants élevés d’ActA, présentent une atrophie musculaire et meurent de cachexie. Enfin, l’administration d’antagonistes de l’ActA et de la Mstn prévient l’atrophie musculaire et la mortalité causées par certaines tumeurs chez l’animal. L’ensemble de ces observations suggère que la production d’ActA ou de Mstn par certaines tumeurs cancéreuses pourrait contribuer à la cachexie et donc à la mortalité associées à certains cancers chez l’homme. Cette hypothèse est d’autant plus intéressante que de nouvelles molécules, en particulier le sActRIIB, capables d’inhiber l’action de l’ActA et de la Mstn sont en cours de développement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Insuffisance cardiaque et cachexie.

  • La cachexie représente un état de dénutrition lié à un hypercatabolisme. Initialement décrite dans les pathologies néoplasiques, elle concerne également un certain nombre de pathologies chroniques, dont l'insuffisance cardiaque. Définie par une perte de poids non volontaire de plus de 7,5 % de la masse corporelle sur une durée de plus de 6 mois, elle associe des carences nutritionnelles, des pertes digestives et/ou urinaires ainsi que des anomalies métaboliques responsables d'une perte de la masse grasse, de la masse maigre, et est associée à un pronostic péjoratif. La physiopathologie de la cachexie et de l'insuffisance cardiaque comporte un certain nombre de similitudes associant notamment une activation neurohormonale, un déséquilibre du rapport cortisol/DHEA ainsi qu'une activation des cytokines pro-inflammatoires. Le traitement de la cachexie est actuellement essentiellement préventif basé sur le traitement par inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC), bêtabloquants et sur le réentraînement physique. Le bénéfice des traitements substitutifs hormonaux et nutritionnels reste à démontrer.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov