Broncho-pneumopathie chronique obstructive [ Publications ]

broncho-pneumopathie chronique obstructive [ Publications ]

Publications > broncho-pneumopathie chronique obstructive

  • Résumé : La place des associations de bronchodilatateurs (bêta-2 mimétiques /anticholinergiques à longue durée d’action ou LABA/LAMA) dans la prévention des exacerbations de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) n’est pas encore clairement établie, et nécessite une comparaison avec les associations de LABA/corticostéroïdes inhalés (CSI). FLAME est une étude randomisée de non-infériorité, de phase 3, comparant l’association indacatérol/glycopyrronium 110/50 μg (IND/GLY) 1/jour au salmétérol/propionate de fluticasone 50/500 μg (SAL/FC) 2/jour, d’une durée de 52 semaines. Le critère d’investigation principal est de démontrer que l’IND/GLY n’est pas inférieur au SAL/FC dans la réduction du taux d’exacerbations (légères/modérées/sévères) de patients BPCO ayant eu au moins une exacerbation dans les 12 mois qui précèdent. L’IND/GLY s’est révélée non seulement non inférieure, mais est aussi supérieure, à l’association SAL/FC dans la réduction du taux des exacerbations (légères, modérées et sévères) avec une réduction de 11 % par rapport à l’association SAL/FC (p 0,003) et de 17 % pour les exacerbations modérées ou sévères (p inférieur à 0,001). L’association IND/ GLY augmente le temps avant la première exacerbation de 16 % pour les légères, de 22 % pour les modérées et de 19 % pour les sévères par rapport au SAL/FC (toutes différences avec un p inférieur à 0,05). L’étude FLAME a montré qu’IND/GLY, une option sans CSI, est plus efficace que l’association SAL/FC pour la prévention des exacerbations de BPCO chez des patients ayant eu au moins une exacerbation l’année qui précède.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le médicament du mois. Spiolto Respimat® : combinaison fixe tiotropium-olodatérol pour le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

  • La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie chronique des voies aériennes qui est évitable et soignable. Le schéma de prise en charge comprend, entre autres, la prescription de bronchodilatateurs de la classe des LAMA (Long Acting Muscarinic Antagonists) et des LABA (Long Acting Beta2 Agonists). Le Spiolto Respimat® combine le tiotropium (un LAMA commercialisé sous le nom de Spiriva®) et l’olodatérol qui est un LABA. Les études cliniques montrent que le Spiolto Respimat® permet d’améliorer les indices de fonction respiratoire (augmentation du VEMS, diminution de l’hyperinflation et du volume résiduel) et d’améliorer la qualité de vie par rapport au tiotropium ou à l’olodatérol utilisés seuls. Le nombre d’exacerbations de la BPCO est également moindre chez les patients traités par Spiolto Respimat® par rapport à un traitement par olodatérol en monothérapie, mais des études dédiées à l’observation des exacerbations sont actuellement toujours en cours. La sécurité d’utilisation du Spiolto Respimat® est similaire à celle des deux mono-composants. Le Spiolto Respimat® est indiqué pour le traitement d’entretien de patients atteints de BPCO. Il est remboursé en Belgique chez les patients qui restent symptomatiques dans le cadre de la BPCO et qui sont déjà traités par un LAMA.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le médicament du mois Trimbow® ou triple association bronchodilatatrice et anti-inflammatoire en aérosol dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

  • Une triple association fixe en solution extrafine comprenant un corticostéroïde inhalé (CSI), le dipropionate de béclométasone, un ?2-agoniste à effet prolongé (LABA), le fumarate de formotérol, et un antagoniste muscarinique à action prolongée (LAMA), le bromure de glycopyrronium, a été développée pour le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Le Trimbow® est ainsi la première trithérapie en aérosol à dose fixe et contenant trois agents pharmacologiques (LABA-LAMA-CSI). Les études cliniques montrent que le Trimbow® améliore de nombreux paramètres tels que la fonction respiratoire, la qualité de vie, les symptômes et le taux d’exacerbations modérées à sévères, tout en étant bien toléré. Ces résultats justifient son utilisation dans la BPCO sévère à très sévère, avec exacerbations en dépit d’un traitement par LABA-LAMA ou LABA-CSI. Dans cet article, nous présentons une brève synthèse des principales études cliniques récentes sur le Trimbow®, sa comparaison avec d’autres agents/associations pharmacologiques régulièrement utilisés dans le traitement de la BPCO, ainsi que quelques informations pratiques sur son utilisation en routine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement instrumental de la broncho-pneumopathie chronique obstructive. Place de la ventilation non invasive.

  • Un intérêt discuté Alors que la place de la ventilation non invasive (VNI) n'est pas discutée au cours de la prise en charge de l'insuffisance respiratoire aiguë des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) où elle réduit significativement le taux d'intubation et de complications et la durée d'hospitalisation en unité de soins intensifs, son intérêt demeure controversé en ce qui concerne la prise en charge au long cours de l'insuffisance respiratoire chronique obstructive (IRCO). Une efficacité à démontrer Si plusieurs travaux menés à court terme confirment l'efficacité de la VNI sur certains paramètres physiologiques et pour certains d'entre eux sur la qualité du sommeil et la qualité de vie, les études prospectives au long cours sont encore peu nombreuses et ne confirment pas ces données obtenues sur de faibles échantillons de patients et sur des durées brèves. Pour certaines catégories de patients Il est vraisemblable de considérer que des sous groupes de patients sont répondeurs à la VNI, notamment en cas d'IRCO instable non contrôlée par un traitement médical, une kinésithérapie et une oxygénothérapie bien conduits.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

MÉDECINE PERSONNALISÉE. Traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

  • La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie complexe et tous les patients ne répondent pas à tous les traitements aujourd’hui disponibles. L’importance d’un traitement personnalisé dans la BPCO est de plus en plus reconnue et l’identification des phénotypes représentent, pour les cliniciens, la première étape de ce processus. Les nouvelles directives du GOLD ne reflètent pas entièrement la nature hétérogène de la maladie, mais constituent déjà un progrès dans le traitement personnalisé de la BPCO. Historiquement, les deux phénotypes cliniques les plus connus de la BPCO sont l’emphysème et la bronchite chronique. La réalité nous montre, cependant, que ces deux phénotypes coexistent la plupart du temps. La génétique, l’expression clinique, les comorbidités, la variation de la réponse au traitement et la susceptibilité aux exacerbations chez les patients BPCO permettent également d’identifier d’autres phénotypes tels que le fréquent exacerbateur, le syndrome de chevauchement asthme-BPCO et le phénotype inflammation systémique persistante. Cependant, une définition plus précise des phénotypes de BPCO devrait permettre une approche thérapeutique plus ciblée, basée sur ces phénotypes. Le but de cet article est de souligner que, dans la BPCO, nous évoluons vers une approche thérapeutique plus personnalisée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Interrelations génétique- environnement: la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

  • Le tabagisme est le facteur de risque principal de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), il est responsable de 80 à 85 % des BPCO. Cependant, 10 à 15 % des patients souffrant de BPCO n’ont jamais fumé, et seulement une fraction des fumeurs développera une BPCO. Ainsi, des facteurs génétiques et environnementaux (pollution, infectieux et professionnels) influencent le risque de développement de la BPCO. La BPCO doit donc finalement être considérée comme la conséquence clinique d’une série d’interactions complexes entre, d’une part, l’effet des facteurs environnementaux et, d’autre part, l’existence d’une prédisposition génétique qui, à l’exception du déficit en alpha-1 antitrypsine, est encore mal connue. Dans cette revue, nous développons ces différents aspects et soulignons le caractère complexe de cette maladie qui est avant tout environnementale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Indacatérol (Onbrez Breezhaler) et broncho-pneumopathie chronique obstructive.

  • L’indacatérol est un nouveau bêta-2 agoniste à ultra- ou très longue durée d’action (ultra-LABA), à une prise par jour, développé pour le traitement de la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). Les études cliniques montrent que l’indacatérol produit une bronchodilatation rapide (dans les 5 minutes suivant son administration) et prolongée (au moins durant 24 heures) chez des patients BPCO. Il améliore de nombreux paramètres tels que la fonction respiratoire, la qualité de vie, les symptômes, la capacité à l’effort, l’hyperinflation statique et dynamique, le taux d’exacerbations, tout en étant bien toléré. Ces résultats justifient son utilisation dans la BPCO modérée à très sévère. Dans cet article, nous présentons une brève synthèse des principales études cliniques récentes sur l’indacatérol, sa comparaison avec d’autres agents pharmacologiques régulièrement utilisés dans la BPCO, ainsi que quelques informations pratiques sur son utilisation en routine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov