Apnee [ Niveau Expert ]

apnee [ Niveau Expert ]

Expert > apnee

  • L\ apnée obstructive du sommeil (AOS) est un trouble du sommeil particulièrement prévalent dans la population âgée, qui peut se présenter par différents niveaux de sévérité. Des études épidémiologiques récentes ont montré une association entre l\ AOS et l\ incidence de la démence. De plus, l\ AOS a été identifiée de façon répétée comme un facteur de risque d\ accident vasculaire cérébral. Ces conséquences potentielles de l\ AOS sur le cerveau pourraient être dues à l\ hypoxémie intermittente et à la fragmentation du sommeil causées par les obstructions respiratoires répétées. Bien que l\ AOS soit impliquée dans l\ incidence de conséquences graves sur le cerveau, son impact sur la fonction et la structure du cerveau vieillissant reste sous-évalué. Ainsi, l\ objectif de cette thèse est d\ évaluer l\ association entre l\ AOS et sa sévérité sur le fonctionnement cérébral et la structure neuroanatomique chez des personnes âgées de plus de 55 ans. Nous avons émis l\ hypothèse que les changements cérébraux chez les personnes avec AOS pourraient s\ apparenter aux profils observés dans les stades précurseurs de déclin cognitif. Pour ce faire, diverses méthodes de neuroimagerie ont été utilisées pour caractériser l\ ensemble du cerveau des personnes avec AOS. Le fonctionnement cérébral au repos éveillé a été évalué par le biais de la tomographie par émission monophotonique en mesurant le flot sanguin cérébral régional. La structure anatomique de la matière grise et de la matière blanche a été évaluée en imagerie par résonance magnétique. La structure de la matière grise a été évaluée grâce à diverses techniques structurelles, mesurant le volume de la matière grise et l\ épaisseur corticale. La structure de la matière blanche a été évaluée avec des méthodes d\ imagerie de diffusion, mesurant la diffusivité des molécules d\ eau dans la matière blanche. Dans notre premier article, nous observons que l\ AOS sévère, ainsi que plusieurs marqueurs de sévérité de l\ AOS sont associés avec des régions d\ hypoperfusion au repos éveillé. Ces réductions régionales de la perfusion cérébrales pourraient être dues à un moins bon fonctionnement des neurones et cellules gliales. Dans notre deuxième article, nous montrons que le profil régional d\ hypoperfusion cérébrale diurne diffère selon que l\ AOS soit observée en sommeil paradoxal ou en sommeil lent. Chez des personnes avec une sévérité plus faible d\ AOS, la présence d\ évènements respiratoires en sommeil paradoxal était tout de même associée avec une réduction de la perfusion cérébrale. [...]

  • Source : papyrus.bib.umontreal.ca

Document de principes de la SCS et de la SCT sur l utilisation des systèmes de surveillance portables pour diagnostiquer l apnée ou l hypopnée obstructives du sommeil chez les adultes

  • Le présent document de principes sur l utilisation des systèmes de surveillance portables (SSP) comme outil diagnostique de l apnée ou de l hypopnée obstructives du sommeil (AHOS) chez les adultes se fonde sur le consensus et l avis d experts au sujet des normes de pratique exemplaires d intervenants de l ensemble du Canada. Ces recommandations ont été préparées pour orienter l utilisation clinique de cette nouvelle technologie et garantir que les normes d assurance-qualité soient respectées. Les lignes directrices cliniques sur l utilisation des SSP pour diagnostiquer et prendre en charge l AHOS en remplacement de la polysomnographie en laboratoire publiées par le groupe de travail sur les systèmes de surveillance portables de l American Academy of Sleep Medicine ont permis de personnaliser nos recommandations en vue de tenir compte des éléments suivants : les indications, la méthodologie y compris la participation des médecins, les compétences des médecins et du personnel technique et les exigences de suivi, les considérations techniques, l assurance-qualité et les directives sur les conflits d intérêts. Lorsqu il est utilisé convenablement, sous la supervision d un médecin formé en médecine du sommeil et conjointement avec une évaluation complète du sommeil, un SSP peut accélérer le traitement dans les situations où la présomption clinique d AHOS est élevée.

  • Source : cts-sct.ca

Ronflement et syndrome d'apnée du sommeil - Objectifs laryngologie et phoniatrie

  • Prise en charge et traitement des SAHOS par l'ORLnPrévalence du SAHOS dans la population générale, Physiopathologie, Âge de début très précoce, Syndrome d'obstruction des VAS, Apnées et retentissement sur le sommeil, Mécanisme des désordres, Une prévalence très élevée dans la littérature pour des critères variables dont l'IAH, SAHOS et risque CV: il y a des facteurs confondants, Syndrome métabolique, Distribution de l'adiposité viscérale et diabète, SAOS et syndrome métabolique, Problème respiratoire, Accidents automobiles et SAOS, Décret 21-12-2005, Devoirs du médecin, Responsabilité du patient, Symptômes neurologiques du SAHOS, Déroulement des TILE, Motifs de consultation: signes d'appel variés, Facteurs influant sur le SAS, Recherche SAS chez un rhonchopathe, Bilan clinique ORL d'un ronchopathe, Avancée mandibulaire et traitement de l'obstruction, Avancée basilinguale, Cas particulier de l'enfant larynx haut situé, Analyses squelettiques, Rétromandibulie, Indispensable chez un ronfleur et au moindre doute: polygraphie ventilatoire nocturne, Ronflement, Limitation de débit respiratoire (LDI), Hypopnée, Hypopnées obstructives, Hypopnée centrale, Apnée, Apnée obstructive, Apnée centrale, Particularité de l'enfant, Quantité accrue de sommeil paradoxal, Position haute du larynx, Étroitesse des voies respiratoires,

  • Source : videos.univ-nantes.fr

Évaluation clinique et économique des dispositifs médicaux et prestations associées pour prise en charge du syndrome d apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS)

  • Le syndrome d apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) se caractérise par la survenue, pendant le sommeil, d épisodes anormalement fréquents d interruptions de la ventilation (apnées), ou de réductions significatives de la ventilation (hypopnées). La définition de la sévérité du SAHOS repose sur deux composantes du syndrome : la somnolence diurne et l indice d apnées-hypopnées (IAH).nnS il est établi qu il faut traiter par pression positive continue (PPC) les patients ayant un SAHOS caractérisé par un IAH supérieur à 30 événements obstructifs par heure, la question se pose pour les valeurs d IAH inférieures. Pour ces valeurs d IAH, les données cliniques sont limitées et les recommandations de prise en charge ne sont pas unanimes. L évaluation médico-économique a apporté un éclairage complémentaire à l évaluation clinique.

  • Source : has-sante.fr

Syndrome d'apnées du sommeil en neurologie : chez qui et comment le rechercher ? Comment et pourquoi le traiter ?

  • Le syndrome d?apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est une pathologie fréquente dont la prévalence va aller croissant avec l?épidémie d?obésité. Il existe de nombreuses preuves d?une association indépendante entre le SAHOS et la morbi-mortalité cardiovasculaire, mais aussi les accidents vasculaires cérébraux (AVC), l?hypertension artérielle systémique, les maladies coronariennes, la fibrillation auriculaire, l?insuffisance cardiaque et la mort subite nocturne d?origine cardiovasculaire. La physiopathologie exacte du trouble est encore insuffisamment connue mais elle est sans doute multifactorielle. Les symptômes présentés par le patient ? somnolence, fatigue, céphalées matinales, troubles cognitifs sont responsables d?une importante altération de la qualité de vie. L?efficacité du traitement de référence, la pression positive continue (PPC), aussi bien sur les aspects cliniques que sur la diminution de la morbi-mortalité cardiovasculaire chez les SAHOS sévères, doit encourager les cliniciens à dépister de façon plus systématique les patients dont la symptomatologie est évocatrice.

  • Source : john-libbey-eurotext.fr

Syndrome d'apnées du sommeil : la nécessaire approche interdisciplinaire - Médecine - Volume 10, numéro 10, Décembre 2014

  • Le syndrome d'apnées du sommeil (SAS) est sous-diagnostiqué en France. Non traité, il fait le lit des complications cardiovasculaires, première cause de mortalité dans notre pays. En l'absence de prévention, faute d'identification de ses déterminants environnementaux et de ses facteurs de risque spécifiques, sa prévalence ne cessera de croître dans les prochaines décennies : dans une enquête menée en 2011 auprès d'un échantillon généraliste de bénéficiaires de la Sécurité sociale, le taux annuel de patients pris en charge pour un traitement spécifique de référence du SAS, la ventilation par pression positive contrôlée (VPPC), était en augmentation mais la prévalence du SAS traité (qui est de 0,9 % dans la population générale) restait inférieure à ce qui serait attendu d'après les données de la littérature. Or, le véritable enjeu est d'identifier ces symptômes comme marqueurs pronostiques de la morbi-mortalité d'une maladie chronique rapidement évolutive.

  • Source : jle.com

Apnée obstructive du sommeil et autres troubles respiratoires du sommeil

  • Ce guide, basé sur les recommandations de l'American Academy of Sleep Medicine (AASM), a été élaboré à la demande du Collège des médecins du Québec, de l'Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec, de l'Association des pneumologues de la province de Québec, et révisé en collaboration avec les associations québécoises des anesthésistes, pédiatres, neurologues, spécialistes en médecine interne, chirurgiens otorhino- laryngologistes et chirurgiens cervico-faciaux, médecins de famille et psychiatres. L'objectif est de donner des outils aux médecins pour leur permettre de reconnaître la maladie et les comorbidités associées, et de diriger le patient vers les laboratoires du sommeil où oeuvrent des médecins ayant l'expertise nécessaire pour compléter l'investigation et assurer le suivi selon les normes reconnues. Il permet également de prendre en charge l'AOS dans son ensemble6 et établit des normes claires et précises en ce qui a trait à l'encadrement et au fonctionnement des cliniques et laboratoires du sommeil, telles que définies par les sociétés savantes

  • Source : cmq.org

Fibrillation auriculaire et syndrome d apnées du sommeil: une association fortuite ?

  • La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie fréquente et associée à une morbi-mortalité importante. On la retrouve chez 3 à 5% des patients souffrant d un syndrome d apnées obstructives du sommeil (SAOS). Un lien physiopathologique est établi entre les apnées répétées et les modifications cardiaques structurelles, inflammatoires ou les déséquilibres du système nerveux autonome. Un nombre grandissant d études démontre une association entre ces deux pathologies, et ce indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaires habituels ou d autres éléments confondants. La sévérité du SAOS semble aussi influencer l apparition de la FA, et elle rend sa prise en charge plus compliquée. En effet, le taux de succès de thermo-ablation d une FA semble inférieur chez les patients souffrant d un SAOS. En attendant des études plus robustes permettant de définir le rôle du SAOS dans la FA, la littérature actuelle établit déjà un lien convaincant entre ces deux pathologies.

  • Source : revmed.ch

t Intérêt du score STOP BANG pour le dépistage du syndrome d apnées - hypopnées obstructives du sommeil lors des visites de maintien en activité des sapeurs-pompiers du service départemental d incendie et de secours du nord

  • Contexte : Le Service de Santé et de Secours médical du Service Départemental d Incendie et de Secours du Nord (SDIS), a notamment pour mission l évaluation de l aptitude médicale des sapeurs-pompiers (SP) professionnels et volontaires. Le syndrome d apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est fortement lié aux comorbidités cardio-vasculaires, à l augmentation du risque d accidents de circulation, et d accidents de travail. Son dépistage a été mis en place en 2015 par la réalisation du score STOP BANG au sein du SDIS du Nord. L objectif de notre étude était d évaluer l intérêt de sa réalisation lors des visites de maintien en activité des sapeurs-pompiers.

  • Source : pepite-depot.univ-lille2.fr

Traitement antihypertenseur et syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil : étude descriptive chez 133 patients : évolution du traitement antihypertenseur après un an de traitement par pression positive continue

  • Contexte : Les données épidémiologiques montrent que la Pression Positive Continue (PPC) diminue la pression artérielle moyenne au bout de six mois de 2 mmHg. L'évolution du traitement antihypertenseur chez des patients présentant un Syndrome d'Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil (SAHOS) appareillés par PPC a été peu étudié sauf chez les hypertendus réfractaires chez qui un bénéfice serait possible. But de l'étude : Évaluer l'évolution du traitement antihypertenseur chez des patients présentant un SAHOS sévère et avec un traitement antihypertenseur, à un an de traitement par PPC. Évaluer le recours au traitement antihypertenseur chez des patients présentant un SAHOS sévère et sans traitement antihypertenseur, à un an de traitement par PPC

  • Source : sudoc.fr

Évaluation des dispositifs médicaux de ventilation auto-asservie, et prestations associées, pour la prise en charge du syndrome des apnées centrales du sommeil et de la respiration de Cheyne-Stokes

  • Après la révision des catégories homogènes des dispositifs médicaux de pression positive continue pour prise en charge de l apnée obstructive du sommeil, la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS) s est prononcée sur l intérêt des dispositifs médicaux de ventilation auto-asservie dans la prise en charge du syndrome des apnées centrales du sommeil et de la respiration de Cheyne-Stokes. La liste des produits et prestations remboursables (LPPR) ne prévoit pas le remboursement de ces dispositifs.

  • Source : has-sante.fr

Somnolence résiduelle lors d apnées du sommeil traitées par pression positive continue

  • Le syndrome d apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est une affection fréquente caractérisée le plus souvent par une somnolence diurne. La pression positive continue (PPC ou CPAP en anglais) demeure le traitement de première intention et son efficacité n est plus à démontrer. Certains patients se plaignent toutefois de somnolence diurne résiduelle sous PPC. Le médecin devra écarter dans un premier temps la présence d événements respiratoires non corrigés sous PPC et vérifier que le temps d utilisation de la PPC est suffisant. Si le SAHOS est correctement traité, d autres causes de somnolence seront évoquées et recherchées par une anamnèse dirigée, voire par un examen en laboratoire du sommeil. Cet article a pour but de détailler les principes guidant la prise en charge de ces patients.

  • Source : revmed.ch

Syndrome d apnées du sommeil positionnel

  • Les apnées obstructives tendent à s aggraver lors du sommeil en position dorsale sous l effet de la gravité qui favorise le déplacement postérieur de la langue et le collapsus pharyngé. Il arrive parfois que le syndrome d apnées obstructives du sommeil (SAOS) soit uniquement présent en position dorsale (SAOS positionnel exclusif). Ces patients peuvent bénéficier d une thérapie positionnelle (TP) visant à empêcher le sommeil en position dorsale. Avant d opter pour la TP, son efficacité devrait toutefois être confirmée par une étude du sommeil sous ce traitement. Son efficacité reste néanmoins inférieure à la CPAP (continuous positive airway pressure) qui demeure le traitement de première ligne. De plus, l inconfort généré par les dispositifs positionnels limite leur utilisation. Enfin, des études sont nécessaires afin d évaluer la tolérance et les bénéfices à long terme de la TP.

  • Source : revmed.ch

Résumé de l examen de l'innocuité - Antipsychotiques atypiques u2013 Évaluation du risque potentiel d apnée du sommeil

  • Les antipsychotiques atypiques sont des médicaments qui servent à traiter des troubles mentaux, notamment la schizophrénie, les troubles bipolaires et dans certains cas, la dépression.n De nouveaux renseignements transmis par le fabricant de la quétiapine (Seroquel) relativement à l apnée du sommeil (un trouble qui cause des interruptions de la respiration ou une respiration superficielle durant le sommeil) ont motivé l examen de l innocuité des antipsychotiques atypiques.n Santé Canada conclut qu il existe un lien entre l apnée du sommeil et l utilisation des antipsychotiques atypiques et recommande la mise à jour des renseignements sur l innocuité de ces produits afin de souligner cet effet secondaire...

  • Source : hc-sc.gc.ca

Traitement du syndrome d'apnées obstructives du sommeil par pression positive continue (PPC)

  • La pression positive continue (PPC) est le traitement de premier choix pour le syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil. Depuis quelques années, une multitude de nouveaux appareils sont apparus sur le marché, conçus dans le but d'améliorer le confort et la compliance du patient. Ainsi, nous sommes passés en 25 ans du traitement en pression fixe continue à des appareils à deux niveaux de pression autopilotés. Les algorithmes et l'électronique de plus en plus complexe introduits dans les appareils rendent leur fonctionnement parfois difficile à comprendre. Dans cette escalade technologique, il est actuellement difficile d'affirmer qu'une gamme d'appareils est plus efficiente qu'une autre et peu de validations indépendantes sont disponibles.

  • Source : revmed.ch

Interventions éducatives, comportementales et de soutien pour l'amélioration de l'usage des machines de ventilation en pression positive continue chez les adultes souffrant d'apnée obstructive du sommeil

  • Contexte : Bien qu'efficace dans le traitement du syndrome d'apnée du sommeil (SOAS), la ventilation en pression positive continue (PPC) ne semble pas faire l'acceptation de tous les utilisateurs. Les interventions éducatives et comportementales peuvent aider les patients souffrant d'apnée obstructive du sommeil à reconnaître le besoin régulier et continue de ventilation en pression positive continue. Objectifs : Pour évaluer de façon critique les stratégies éducatives, de soutien ou comportementales pour encourager les personnes à qui on a prescrit ou proposé la PPC à utiliser leurs machines.

  • Source : cochrane.org

Syndrome d'apnées du sommeil : un risque pour l'anesthésie générale ?

  • Il existe dans la littérature médicale de nombreux cas de patients apnéiques ayant présenté des complications parfois fatales dans la période périopératoire. Les sédatifs administrés en prémédication, l'anatomie des voies aériennes de ces patients et l'effet dépresseur des opiacés représentent autant de risques de complications. Les patients souffrant d'apnées du sommeil devraient idéalement être traités par pression positive (CPAP) pendant la prémédication, directement après l'extubation et dans la phase d'analgésie postopératoire. On estime toutefois que seuls environ 20% des patients apnéiques connaissent leur diagnostic avant l'intervention. Il est donc important d'être attentif aux symptômes évocateurs d'apnées du sommeil et, le cas échéant, d'effectuer un test de dépistage avant d'envisager une intervention.

  • Source : revmed.ch

ALGISEDAL (Paracétamol, codéine) - Avis défavorable au maintien du remboursement chez l enfant de moins de 12 ans, la femme allaitante, les patients connus pour être métaboliseurs ultra rapides du CYP2D6 et les patients de moins de 18 ans après amygdalectomie et/ou adénoïdectomie dans le cadre d un syndrome d apnée obstructive du sommeil.

  • Le service médical rendu par ALGISEDAL, comprimé, reste important dans l indication de l AMM : « Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 15 ans. Douleurs modéréesnou intenses ou ne répondant pas à l utilisation d antalgiquesnpériphériques. »...

  • Source : has-sante.fr

Syndrome d'apnées hypopnées obstructives du sommeil de l'adulte - texte court - Revue des Maladies Respiratoires (2010) 27, 806-833

  • Indication du niveau de preuve, Les objectifs de ces recommandations sont de faire le point sur : la définition actuelle du SAHOS , la stratégie diagnostique , la stratégie thérapeutique. Les recommandations répondent aux questions suivantes : Quelle approche clinique et quelle procédure diagnostique pour le SAHOS ? Quelle évaluation préthérapeutique d'un patient nouvellement diagnostiqué ? Quelles indications et modalités du traitement par pression positive continue (PPC) ? Quelles indications et modalités du traitement par orthèse d'avancée mandibulaire ? Quelles indications et modalités du traitement chirurgical ? Quelle stratégie thérapeutique proposer ?

  • Source : orlfrance.org

Exploration des pratiques des médecins généralistes, du Var et des Alpes-Maritimes, dans la prise en charge du syndrome d'apnées/hypopnées obstructives du sommeil

  • Le syndrome d apnées/hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), de par sa prévalence et son retentissement sur le plan cardio-vasculaire et neuropsychique, pose un véritable problème de santé publique. Les médecins généralistes ont un rôle primordial dans sa prise en charge mais différentes études montrent un manque global d implication de leur part. L objectif principal de notre étude est de décrire les expériences des médecins généralistes, afin de connaître la réalité de leur pratique et les difficultés rencontrées pouvant expliquer ce désinvestissement.

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr