Antithyroidiens [ Publications ]

antithyroidiens [ Publications ]

Publications > antithyroidiens

  • L'encéphalopathie de Hashimoto est une maladie rare et méconnue, aux intrications psychiatriques, neurologiques et endocrinologiques. Ces caractéristiques peuvent être responsables de retards diagnostiques et de séquelles alors que la maladie estcorticosensible. La maladie comporte deux types dont l'un évolue progressivement vers la démence avec des épisodes psychotiques, une confusion et des crises d'épilepsie. Nous analysons les données cliniques et biologiques d'une patiente dont la présentation initiale et l'évolution se firent sur un mode dépressif malgré un traitement approprié par corticoïdes. Les données de la littérature montrent qu'un processus auto-immun est à l'origine des troubles neuropsychiatriques. La dépression est liée à l'augmentation des anticorps antithyroïdiens et non à un éventuel type de dysthyroïdie. Ces anticorps sont considérés comme un marqueur de vulnérabilité à la dépression. Les facteurs environnementaux agissent comme codéterminants. Pour le psychiatre, il est donc important de savoir diagnostiquer l'encéphalopathie de Hashimoto sans retard. De plus, l'association systématique d'un bilan psychiatrique au recueil des données cliniques et biologiques classiques pourrait permettre de mieux étudier les liens qui existent entre la dépression et les autres manifestations de la maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome d'hypersensibilité : un effet secondaire rare mais sévère des antithyroïdiens de synthèse.

  • Nous rapportons un cas de syndrome d'hypersensibilité au carbimazole chez une patiente traitée pour une maladie de Basedow. Quelques semaines après le début du traitement sont apparus une altération de l'état général, une éruption cutanée et des perturbations du bilan hépatique. Secondairement est apparue une hyperéosinophilie. Le bilan immunitaire est resté négatif L'arrêt du carbimazole a permis une régression de l'ensemble de la symptomatologie en quelques jours. Les différents mécanismes impliqués dans les syndromes d'hypersensibilité sont discutés. Les antithyroïdiens sont rarement en cause mais des tableaux proches de certaines vascularites ont été décrits. La dose excessive de carbimazole utilisée chez notre patiente a probablement été un facteur favorisant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytoses aux antithyroïdiens de synthèse : revue de la littérature

  • Les antithyroïdiens de synthèse (carbimazole, méthimazole [non disponible en France], thiamazole, benzylthiouracile et propylthiouracile) sont l’une des classes médicamenteuses les plus à risque d’agranulocytose médicamenteuse. Une neutropénie aiguë, profonde (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de l'hyperthyroïdie de l'enfant par les antithyroïdiens.

  • Nous rapportons 16 observations d'hyperthyroïdie de l'enfant. Le traitement de première intention a été le carbimazole à la dose initiale moyenne de 19 mg/m

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov