Antiallergiques [ Publications ]

antiallergiques [ Publications ]

Publications > antiallergiques

  • L'objectif de l'étude était de savoir si la pollinose à l'ambroisie apparue dans les années 60 dans la région lyonnaise se traduisait en termes de ventes de médications antiallergiques, et si oui, quelle en était l'importance par rapport aux pollinoses printanières. Les ventes de 3 classes de médicaments (collyres, solutions nasales, antihistaminiques oraux) observées dans un secteur fortement envahi par l'ambroisie ont été comparées avec celles d'une zone témoin et de la France entière, au cours des mois de juillet, août et septembre 1997. Les données concernant les antihistaminiques oraux pour l'ensemble de l'année 1997 permettent la comparaison des niveau de ventes entre les différentes saisons polliniques et les chiffres de 1996 et 1995 pour collyres et sprays de s'assurer de la reproduction des variations observées. Les résultats montrent que la période de pollution par l'ambroisie se caractérise par un pic de consommation de niveau voisin à celui contemporain de la pollinisation des graminées. Il est surprenant que de telles données n'aient pas fait l'objet d'études antérieures, car elles fournissent des informations utiles aussi bien dans les domaines de l'épidémiologie que de l'économie de la santé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Médicaments antiallergiques et pathologie respiratoire de l'enfant.

  • Les antagonistes des récepteurs H1 de l'histamine (anti-H1) de deuxième génération sont actuellement parfaitement efficaces pour traiter curativement ou préventivement les rhinoconjonctivities saisonnières et perannuelles de l'enfant. Leur tolérance est meilleure que celle des molécules de première génération. Les anti-HI paraissent dénués d'action antiasthmatique propre, mais trouvent néanmoins leur place dans le traitement de l'asthme du fait du rôle asthmogène de l'obstruction nasale fréquemment associée. Le kétotifène oral et les chromones inhalées (cromoglycate disodique, nédocromil sodique), dont l'intérêt est perçu de manière très hétérogène au sein de la communauté pédiatrique, ont pourtant fait la preuve d'une efficacité indiscutable en traitement de fond de l'asthme léger à modéré de l'enfant. Les chromones ont également une action préventive du bronchospasme induit par l'effort. Leur coût réduit et l'absence d'effet secondaire potentiel devraient les faire prescrire en première intention dans ces catégories d'indication, en accord avec les recommandations portées par le National Heart, Lung and Blood Institute lors de la conférence de consensus de 1997.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov