Angine de poitrine [ Publications ]

angine de poitrine [ Publications ]

Publications > angine de poitrine

  • L'angioplastie dans les syndromes coronaires aigus sans surélévation du segment ST (angine de poitrine instable + infarctus non Q) comporte classiquement un risque accru de complications cardiaques majeures par rapport au même geste dans l'angine de poitrine stable. Le développement récent des techniques instrumentales, avec en particulier l'apparition des endoprothèses mais surtout l'amélioration de l'accompagnement pharmacologique de l'angioplastie, ont transformé le pronostic immédiat du geste dans les conditions d'instabilité. De la sorte, l'angioplastie est devenue mieux tolérée et donc plus facilement recommandable. L'angioplastie ne peut se concevoir sans prise en charge médicale active faisant appel à l'aspirine, aux bêtabloquants, à l'héparine non fractionnée ou héparine de bas poids moléculaire, et à l'utilisation du seul inhibiteur des récepteurs GP Ilb/IIIa disponible en France, l'abciximab demeurant limité à l'environnement pharmacologique de l'angioplastie, faute de disposer d'autorisation de mise sur le marché hors de cette Indication. Dans les situations cliniques à haut risque telles que l'angine de poitrine réfractaire, l'angine de poitrine compliquée d'arythmie ventriculaire, d'insuffisance ventriculaire gauche, d'insuffisance mitrale, chez les patients avec un antécédent d'infarctus ou de pontage, les indications d'angioplastie et de revascularisation doivent être larges, le pronostic de ces patients étant modifié par la revascularisation. Dans les situations à risque intermédiaire ou faible, l'accord n'est pas encore établi sur la meilleure stratégie, invasive systématique ou élective, c'est-à-dire guidée par l'ischémie myocardique résiduelle ou récidivante après stabilisation initiale. Toutefois, les essais les plus récents, en particulier FRISC II, tendent à prouver qu'une stratégie invasive systématique conduite après stabilisation par le traitement médical influcence favorablement le pronostic par rapport à une stratégie conservatrice. D'autres essais en cours permettront peut-être de tirer des conclusions définitives sur ce point très controversé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Qualité de vie et angine de poitrine. Comparaison des effets de deux dérivés nitrés administrés de façon discontinue : trinitrine 10 mg, 12 heures, par voie transdermique, et isosorbide-5-mononitrate à libération prolongée 40 mg, monoprise, par voie orale ☆ ☆ Ce travail a été réalisé avec le concours de Novartis Pharma France.

  • Une étude randomisée, comparative, croisée, de 12 semaines (deux périodes de deux traitements de six semaines) incluant 150 sujets âgés de 63,4 ans en moyenne et atteints d'angine de poitrine stable mais symptomatique (au moins trois crises par semaine) a été réalisée afin de comparer les effets sur la qualité de vie de deux traitements discontinus par des dérivés nitrés : trinitrine 10 mg, 12 heures par jour, par voie transdermique, et isosorbide-5-mononitrate à libération prolongée 40 mg, monoprise, par voie orale. L'efficacité et la sécurité d'emploi ont également été comparées. Les deux dérivés nitrés amélioraient également et significativement la qualité de vie des patients. Le nombre de crises d'angine de poitrine et la consommation de nitrates à action rapide diminuaient significativement. Les crises étaient de moindre intensité sous traitement par la trinitrine que sous traitement par l'isosorbide-5-mononitrate. Enfin, bien que la trinitrine ait induit plus souvent des maux de tête que l'isosorbide-5-mononitrate (13 cas contre huit), elle était préférée par les patients et tout particulièrement par ceux qui l'avaient reçue lors de la seconde période de traitement. En conclusion, les résultats n'ont pas permis de mettre en évidence de différence importante en terme d'efficacité et de tolérance en faveur de l'un ou de l'autre des traitements. En revanche, la commodité d'emploi et le sentiment de protection apportés par le traitement transdermique ont été soulignés par les patients.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traiter l'angine de poitrine en ciblant la fréquence cardiaque: validation par des données récentes.

  • Une fréquence cardiaque élevée se traduit à la fois par une augmentation de la consommation myocardique en oxygène, ainsi que par une diminution des apports en oxygène. Il a été ainsi démontré que la probabilité de développer une ischémie myocardique est doublée chez les patients ayant une fréquence cardiaque de repos supérieure à 80 bpm comparés à ceux dont la fréquence cardiaque est inférieure à 60 bpm.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Evaluation de la réserve coronaire dans l'angine de poitrine à coronaires angiographiquement normales.

  • La réserve coronaire, calculée comme le pourcentage d'augmentation du débit du sinus coronaire sous dipyridamole, atteint dans le groupe des coronaires sains des valeurs semblables à celles des témoins normaux tandis qu'elle est basse chez les coronariens.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov