Amnesie [ Publications ]

amnesie [ Publications ]

Publications > amnesie

  • ■ Une variété bien particulière d'amnésie transitoire: Les termes d'ictus amnésique, couramment utilisé en France, et d'amnésie globale transitoire (AGT), consacré par la littérature Internationale, sont équivalents. Ils désignent une variété d'amnésie transitoire définie par son début brutal, son caractère réversible (le plus souvent en moins de 12 heures), l'existence pendant l'épisode d'une amnésie antérograde massive, verbale et non verbale, s'exprimant par un comportement de questionnement itératif. Une amnésie rétrograde, d'étendue variable, est aussi présente pendant l'épisode. ■ Des critères diagnostiques rigoureux ont été élaborés: Ils permettent de distinguer l'AGT d'autres variétés d'amnésie transitoire de nature psychogène, confusionnelle, et surtout de certaines formes d'amnésie transitoire épileptique. Toute atypie par rapport à ces critères diagnostiques doit faire évoquer le caractère symptomatique de l'AGT et notamment un mécanisme ischémique. Le pronostic et l'attitude thérapeutique sont alors déterminés par l'affection sous-jacente, Mais, dans la très grande majorité des cas, l'AGT, à l'origine de laquelle il est souvent possible de reconnaître un facteur déclenchant, est un phénomène idiopathique, de bon pronostic, hormis le risque de récidive qui est de 3 à 5 % par an. ■ La physiopathologie reste discutée: les méthodes d'imagerie fonctionnelle mettent en évidence le plus souvent un dysfonctionnement des structures hippocampiques ou thalamiques. Il existe au niveau de ces structures une oligémie, mais la tendance actuelle est de considérer qu'elle est secondaire à un dysfonctionnement neuronal du type de la dépression envahissante de Leao. A ce titre, la physiopathologie de l'AGT peut être rapprochée de celle des auras neurologiques de la migraine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Amnésie du développement chez le prématuré

  • L’amnésie du développement est un désordre sélectif de la mémoire épisodique (mémoire autobiographique, des faits vécus par le sujet) tandis que la mémoire sémantique (mémoire des connaissances apprises) est relativement préservée. L’impact dans la vie quotidienne est majeur : impossibilité de se repérer dans un environnement même familier, de s’orienter dans le temps et de rapporter le déroulement d’une journée. Une atrophie bilatérale des hippocampes est habituellement présente. Les troubles de la mémoire chez l’enfant sont méconnus. Nous rapportons le cas d’un enfant né prématurément, en échec scolaire à l’âge de 9 ans, adressé pour suspicion de dyspraxie. Le bilan neuropsychologique mettait en évidence une efficience intellectuelle normale, confirmait la dyspraxie et révélait des troubles de la mémoire épisodique. Ceux-ci étaient responsables des troubles du comportement et de l’anxiété majeure de cet enfant et écartaient une cause psychiatrique crainte par l’entourage. Malgré une séméiologie typique, la normalité de l’imagerie en résonance magnétique (IRM) cérébrale nous a amenés à discuter l’éventualité d’une anomalie fonctionnelle à l’origine de ces tableaux cliniques. Nous préconisons un suivi prolongé des enfants nés prématurément comprenant un dépistage des troubles neuropsychologiques en particulier mnésiques. Méconnaître ces troubles expose ces enfants dont l’intelligence est normale à des erreurs de diagnostic et d’orientations thérapeutiques et les prive du soutien et de l’accompagnement dont ils ont besoin dans un parcours scolaire et une vie quotidienne semés d’embûches.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Groupe d'entraînement de la mémoire dans les amnésies neurologiques.

  • Notre méthode a pour objectif d'améliorer les capacités mnésiques de sujets atteints d'amnésies neurologiques sans détérioration intellectuelle associée. Les patients sont vus en groupe pendant 10 semaines à raison d'une séance par semaine. Les techniques utilisées visent à entraîner le sujet à retrouver des stratégies d'apprentissage par des exercices très répétitifs de manière à obtenir leur utilisation dans la vie quotidienne. Nous présentons les résultats de 19 sujets ayant participé à une étude clinique non contrôlée : 11 sujets avaient eu un traumatisme crânien et 8 sujets avaient présenté un accident vasculaire cérébral. Pour l'ensemble des sujets, notre méthode de rééducation serait apparemment plus efficace sur la mémoire visuelle que sur la mémoire verbale, si l'on considère les résultats d'un test d'efficience mnésique (batterie 144 de Signoret). Mais elle n'aurait pas d'incidence sur la manière dont le sujet perçoit ses capacités mnésiques dans la vie quotidienne (QAM de Van Der Linden). Ces résultats sont cependant préliminaires, seule une étude contrôlée nous permettrait de juger notre méthode. Nous avons donné à titre indicatif les comparaisons des deux sous-groupes afin de voir quelle pathologie en bénéficie le plus. Ces résultats nous amèneront à insister sur la participation d'un proche dans l'évaluation et la stimulation des capacités mnésiques quotidiennes. Il sera également intéressant de reviser le programme de rééducation de la mémoire verbale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etalonnage de la version française du Children's Orientation and Amnesia Test (COAT-VF), questionnaire d'évaluation de l'amnésie post-traumatique chez l'enfant.

  • Introduction. - La durée d'amnésie post-traumatique (APT), phase de vigilance altérée fréquente après traumatisme crânien (TC), a fait preuve de son utilité en tant qu'indice de sévérité du TC et prédicteur du devenir post-TC. Or, il n'existe pas d'outil standardisé pour l'évaluer chez l'enfant traumatisé crânien français. Objectif. - Traduire et étalonner le Children's Orientation and Amnesia Test (COAT), inspiré du Galveston Orientation and Amnesia Test (GOAT) qui estime prospectivement la durée d'APT chez l'adulte. Méthode. - Mise au point d'une version française du COAT (COAT-VF) comportant 16 items : sept d'orientation générale, cinq d'orientation temporelle et quatre de mémoire. Des données normatives ont été recueillies auprès de 137 enfants âgés de quatre, six, huit et dix ans, scolarisés pour moitié en Réseau d'éducation prioritaire (REP) et pour moitié en dehors. Résultats. - Les performances sont sensibles au niveau socioculturel de l'enfant et s'améliorent avec l'âge. Il n'y a pas d'effet du sexe sur les résultats. Conclusion. - Le COAT-VF, dont la passation est simple et courte, rend possible une évaluation plus précise de la longueur de l'APT chez l'enfant français.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Savoir sans se souvenir : les révélations de l’amnésie développementale

  • Les relations entre les mémoires sémantique et épisodique font l’objet de vifs débats actuellement et notamment le rôle de l’hippocampe dans le fonctionnement de ces deux systèmes de mémoire. Depuis les théories issues de l’observation du célèbre patient HM, soulignant initialement l’implication de l’hippocampe dans les mémoires épisodique et sémantique, plusieurs études remettent en cause l’intervention de l’hippocampe dans l’apprentissage de nouvelles connaissances sémantiques, qu’elles soient langagières, culturelles ou personnelles. Parmi ces études, figurent celles de l’équipe de Vargha-Khadem auprès d’enfants souffrant d’une amnésie dite « développementale ». Malgré l’existence de lésions périnatales incluant les hippocampes, ces enfants ont été capables de se constituer un stock de connaissances comparable à celui des enfants de même âge. Dans cet article, nous rapportons un cas d’amnésie développementale dont le profil est caractéristique de cette pathologie. L’ensemble des données publiées à ce jour remet donc en cause le caractère indispensable de l’hippocampe dans l’acquisition de connaissances sémantiques et suggère l’existence d’une voie néocorticale, plus lente et nécessitant plus d’expositions, qui pourrait suppléer le dysfonctionnement hippocampique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

À la recherche de la mémoire perdue : nature des troubles et mode de récupération d’un cas d’amnésie rétrograde pure

  • Après un traumatisme crânien minime et dans un contexte de stress professionnel, le patient présenta une amnésie rétrograde pure, isolée et globale concernant sa biographie avec un élément identitaire transitoire et ses souvenirs sémantiques. Le patient n’avait plus accès à ses souvenirs, qui ne semblaient cependant pas perdus : il pouvait, dans certains tests concernant des événements historiques, répondre mieux que le hasard et il fut capable de répondre automatiquement aux questions d’un jeu télévisé ou qu’il présentât des phénomènes de déplacements temporels (ecmnésie), et il récupéra l’ensemble de ses souvenirs en neuf mois. Le mode de la récupération fut graduel, progressif, irrégulier, spontané, par « flash », aidée par les rêves ou facilitée par des associations ou des indices contextuels. La persistance du caractère familier des souvenirs récupérés et de leur conscience autonoétique, leur précision phénoménologique sont rapportées et font discuter l’organisation de la mémoire à long terme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les amnésies transitoires chez le sujet âgé

  • Les amnésies transitoires du sujet âgé relèvent essentiellement de deux grandes étiologies, l'ictus amnésique et les amnésies iatrogènes ou toxiques. On peut y rajouter deux étiologies plus rares: les amnésies d'origine vasculaire et celles d'origine épileptique. Les amnésies transitoires psychogènes, observées chez le sujet de moins de 50 ans, sont plutôt rares chez les sujets âgés ou très âgés, du moins au regard de la littérature. L'ictus amnésique est le prototype de l'amnésie transitoire. Il survient avec un pic de fréquence chez le sujet adulte mûr, par définition sans cause précise, même si on accepte la possibilité d'un déclenchement à l'occasion d'une émotion ou d'un traumatisme crânien mineur. Son mécanisme reste sujet à discussion. Les amnésies iatrogènes les plus fréquentes sont imputables à la prise de benzodiazépines ou d'anticholinergiques. Une amnésie d'origine vasculaire doit être particulièrement évoquée lorsqu'existent d'autres signes neurologiques ou que la régression des troubles est lente. Enfin, une épilepsie partielle, le plus souvent temporale, mais parfois frontale, est susceptible d'apparaître chez un sujet âgé sans antécédent éDileotiaue connu et de se traduire par des éoisodes amnésiaues.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Modèle animal de l'amnésie d'origine alcoolique: une amnésie sans atteinte de la mémoire.

  • Nos travaux montrent que la consommation chronique d'alcool (CCA) provoque chez la souris un trouble de la restitution mnésique spontanée mais non dirigée, ainsi qu'une réduction de l'anxiété, suggérant ainsi l'interaction potentielle entre l'amnésie et les troubles émotionnels. De fait, l'administration de diazépam chez la souris normale provoque une amnésie comparable à celle des souris alcoolisées, inversement, l'administration de βCCM (inverse agoniste des récepteurs aux benzodiazépines) supprime le déficit induit par la CCA. Des études anatomiques révèlent l'atteinte préférentielle par la CCA des corps mammillaires mais non de l'hippocampe et du cortex frontal, structures intervenant dans le stockage des informations. Ces données montrent que l'amnésie résulte moins d'une atteinte des réseaux neuronaux et/ou processus impliqués dans la mémorisation proprement dite que d'une difficulté à mettre en oeuvre les réseaux plus élargis requis par certaines modalités de rappel, et dont l'activation est dépendante de facteurs émotionnels, motivationnels, ou environnementaux plus larges.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intoxication au monoxyde de carbone et amnésie antérograde

  • L’implication de l’hippocampe dans la mémoire est reconnue par la forte association de l’amnésie aux lésions hippocampiques. Ces lésions peuvent être limitées, mais suffisantes pour provoquer des troubles de la mémoire épisodique consciente et de la mémoire procédurale. Une des étiologies fréquentes du syndrome amnésique pur par lésion hippocampique est l’anoxie cérébrale. L’évolution de ces lésions dépend de leur étendue, de l’âge du patient, du début de l’installation des troubles et du diagnostic précoce. Le cas clinique présenté dans ce travail s’intéresse à une jeune patiente ayant présenté un syndrome amnésique pur suite à l’inhalation accidentelle du monoxyde de carbone. Cette amnésie est accompagnée par un syndrome anxieux et un syndrome subconfusionnel et est de type antérograde. Le scanner a montré une hypodensité bilatérale hippocampique et un œdème diffus. L’évolution est marquée par la stagnation des scores de la

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Amnésie transitoire épileptique ou ictus amnésique épileptique : discussion nosographique à partir d’un cas clinique

  • L'amnésie transitoire épileptique (ATE) est caractérisée par un dysfonctionnement mnésique global de durée brève (généralement moins d'une heure) qui survient le plus souvent chez un sujet d'âge mûr, par accès répétés séparés par un long intervalle (plusieurs fois par an) et qui est favorisés par la transition veille-sommeil. Il peut s'y associer une plainte mnésique rétrograde inter ictale. Le diagnostic repose essentiellement sur des données d'anamnèse et sur la répétition de l'EEG, au mieux après privation de sommeil. Le traitement anti-épileptique (monothérapie) est généralement très efficace. L'ATE constitue un syndrome épileptique qui semble spécifique des sujets âgés, mais dont l'existence est encore controversée aujourd'hui et dont la physiopathologie reste peu comprise.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Charcot et les localisations cérébrales. De l'aphasie a l'amnésie.

  • Dans la continuité de ses recherches convaincantes sur les localisations cérébrales motrices chez l'homme. Charcot va utiliser la méthode clinico-pathologique et sa conviction localisatrice dans l'étude des aphasies. Ainsi, il va donner un cours, dès 1883, sur ce sujet compte parmi les plus complexes de l'étude de la pathologie cérébrale. Il réussira, dans cette série de leçons, à synthétiser des données provenant de la clinique, de l'anatomie et de la psychologie. En fait, pour Charcot, en 1883, l'aphasie n'est qu'une amnésie particulière qui peut se réduire à un trouble d'une ou de plusieurs partielles des mots. La mémoire en tant que telle n'existe pas, elle serait morcelée en diverses mémoires partielles autonomes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un cas d'amnésie transitoire par thrombophlébite cérébrale: apport de la neuro-imagerie a la physiopathogénie des amnésies transitoires.

  • Un cas d'amnésie transitoire symptomatique chez une patiente droitière dû à une thrombophlébite cérébrale est rapporté. A notre connaissance il s'agit du premier cas rapporté dans la littérature. Les explorations par neuro-imagerie (IRM et SPECT) ont révélé l'existence d'une souffrance temporale interne unilatérale droite. Une telle atteinte fait discuter la spécialisation de chaque hippocampe.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Amnesie retrograde post traumatique.

  • Cet article décrit le rétablissement partiel d'un patient souffrant d'amnésie à la suite d'un accident de la voie publique. Après un coma initial suivit d'une amnésie globale, le déficit de fixation régresse, ne laissant qu'une amnésie rétrograde presque isolée. Il est discuté du rôle éventuel des lésions temporales dans ce déficit particulier.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov