Agranulocytose [ Publications ]

agranulocytose [ Publications ]

Publications > agranulocytose

  • Nous rapportons ici le cas d’un patient de 50 ans souffrant d’une schizophrénie paranoïde, évoluant depuis 30 ans sans rémission symptomatique, qui a développé une agranulocytose sous chlorpromazine. Durant ces 30 dernières années, le patient a été traité durant deux périodes avec la chlorpromazine, de 1981 à 1989 et de 1995 à 1996, avec des doses journalières allant de 150 à 500 mg/j. À cette période, aucun accident hématologique n’avait été répertorié. Une recrudescence des symptômes positifs du trouble schizophrénique nous a incité à réintroduire la chlorpromazine. Deux mois après, le patient a développé une agranulocytose aiguë et une anémie. L’évolution clinique favorable après arrêt définitif du traitement, la normalité des examens biologiques et cytologiques et les facteurs de risque d’agranulocytose aiguë médicamenteuse sont en faveur d’une relation causale entre cette neutropénie sévère et la réintroduction de chlorpromazine. Le mécanisme toxique de cette agranulocytose est discuté. Le risque de toxicité hématologique sous antipsychotiques de première génération, et notamment, sous phénothiazine, est probablement sous-estimé au regard de l’attention qui est portée à la clozapine. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un accident rare chez les patients qui cumulent les facteurs de risque d’agranulocytose médicamenteuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytose induite par la dapsone prescrite pour une dermatite herpétiforme.

  • Introduction. La dapsone est un médicament largement prescrit en dermatologie. Elle est responsable d'effets secondaires indésirables en particulier hématologiques. Observation. Un malade atteint d'une dermatite herpétiforme a été traité par dapsone. Une agranulocytose est survenue 6 semaines après le début du traitement et a été révélée par une pneumonie fébrile qui a évolué favorablement avec une antibiothérapie. L'agranulocytose a régressé sans traitement spécifique avec l'arrêt du médicament : la numération formule sanguine était normale 2 semaines après l'arrêt. Commentaires. Cet accident grave dû à la dapsone est rare (1/10.000 à 1/20.000) alors que ce médicament est très prescrit en particulier dans le traitement de la lèpre. Toutefois, lorsque la dapsone est prescrite pour une dermatite herpétiforme, le risque d'agranulocytose est 25 fois plus important (1/400). L'indication d'un traitement par dapsone doit toujours être pesée, et la surveillance de la numération formule sanguine tous les 15 jours pendant les 3 premiers mois est donc indispensable au cours de la dermatite herpétiforme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytoses médicamenteuses en rhumatologie : étude rétrospective de 12 cas

  • Objectif : l'objectif de notre travail est de préciser les particularités cliniques ainsi que les facteurs étiologiques et pronostiques des agranulocytoses médicamenteuses en rhumatologie. Patients et méthode : il s'agit d'une étude rétrospective portant sur l'ensemble des cas de patients ayant développé, entre 1985 et 2005, une agranulocytose médicamenteuse secondaire à la prise d'un traitement à visée rhumatologique. Résultats : douze cas ont été identifiés dont 8 femmes. L'âge moyen était de 62,5 ans (extrêmes : 17-79). Les médicaments incriminés étaient les anti-inflammatoires non stéroïdiens dans 5 cas (41,6 %), le méthotrexate dans 3 cas (25 %), la sulfasalazine dans 2 cas (16,6 %), la noramidopyrine dans 1 cas et la dapsone dans 1 cas. Il y avait un syndrome infectieux dans 9 cas (75 %) avec notamment 4 cas de septicémie (33,3 %) et 2 cas de choc septique (16,6 %). Le taux moyen de polynucléaires neutrophiles au moment du diagnostic d'agranulocytose était de 132 éléments/mm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytose au cours d'une hépatite B aiguë chez un patient séropositif pour le VIH.

  • INTRODUCTION : Les anomalies hématologiques sont fréquentes dans l'évolution des hépatites B aiguës mais elles sont en général modérées et précoces. Toutefois, l'agranulocytose reste exceptionnelle et est plus tardive. OBSERVATION : Nous rapportons un cas d'agranulocytose apparue à 3 semaines de l'évolution d'une hépatite B (HBV) aiguë chez un patient séropositif pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Les anomalies hématologiques périphériques et centrales ont permis de porter le diagnostic d'agranulocytose survenant pendant la phase cytolytique de la primo-infection HBV. Cette agranulocytose a été régressive sous facteurs de croissance hématopoïetiques. COMMENTAIRES : L'agranulocytose est exceptionnelle lors de l'évolution d'une hépatite B. L'imputabilité de l'hépatite B est parfois difficile à affirmer chez des patients coinfectés par le VIH qui reçoivent un lourd traitement et qui sont sujets à de multiples infections bactériennes, virales ou parasitaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Dermatose aiguë fébrile neutrophilique (syndrome de Sweet) en période d'agranulocytose thérapeutique au cours d'une leucémie aiguë myéloblastique (LAM).

  • Introduction: l'association de la dermatose aiguë fébrile neutrophilique (syndrome de Sweet) aux hémopathies malignes est bien connue et caractérisée biologiquement par l'absence habituelle d'hyperleucocytose. Une neutropénie modérée est même souvent rapportée. Cependant, les cas de syndrome de Sweet en phase d'agranulocytose sont rares (7 cas dans la littérature). Observation: il s'agit d'une patiente atteinte d'une leucémie aiguë myéloblastique et ayant présenté un syndrome de Sweet en phase d'aplasie thérapeutique, lors du traitement d'induction, en dehors de toute transfusion de globules blancs ou de traitement par facteur de croissance hématopoïétique (GM-CSF, G-CSF). Commentaires: la physiopathologie du syndrome de Sweet est inconnue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'agranulocytose médicamenteuse : place du myélogramme et des tests biologiques

  • L'agranulocytose médicamenteuse représente un accident hématologique iatrogénique fréquent (2,4 % des accidents iatrogéniques en France) et de mauvais pronostic (5,7 % de décès). Son diagnostic positif repose sur les données de l'hémogramme. L'enquête étiologique consiste en un interrogatoire minutieux à la recherche de toute prise médicamenteuse qui retracera la chronologie de l'administration médicamenteuse par rapport à l'épisode d'agranulocytose. La détermination de l'imputabilité extrinsèque de chaque médicament est aidée par le recours aux Centres régionaux de pharmacovigilance. Le myélogramme permet le plus souvent de confirmer un diagnostic déjà retenu et apporte des éléments pronostiques. Quant aux tests biologiques, ils ne sont disponibles que dans de rares centres spécialisés et donc rarement réalisés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les facteurs de croissance hématopoïétique ont-ils une place dans le traitement des agranulocytoses médicamenteuses?

  • Propos. - Lobjectif de cette étude est de déterminer la place des facteurs de croissance hématopoïétique dans les agranulocytoses médicamenteuses. Méthodes. - Cinquante-cinq observations d'agranulocytose médicamenteuse ont été revues et divisées a posteriori en deux groupes : un groupe de 15 patients avec G-CSF et un groupe de 40 patients sans G-CSF. La mortalité et le délai de récupération hématologique (polynucléaires neutrophiles à plus de 1,5 x 10

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytoses aux antithyroïdiens de synthèse : revue de la littérature

  • Les antithyroïdiens de synthèse (carbimazole, méthimazole [non disponible en France], thiamazole, benzylthiouracile et propylthiouracile) sont l’une des classes médicamenteuses les plus à risque d’agranulocytose médicamenteuse. Une neutropénie aiguë, profonde (

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Moules bronchiques au cours d’une agranulocytose fébrile post-chimiothérapie

  • Les moules bronchiques sont des formations qui moulent et obstruent les bronches. Ils peuvent entraîner des détresses respiratoires, parfois fatales. Ils se rencontrent essentiellement au cours d’affections respiratoires chroniques comme l’asthme, l’aspergillose broncho-pulmonaire allergique ou la mucoviscidose. Chez l’enfant, ils peuvent aussi se développer au cours d’une cardiopathie cyanogène. La survenue de moules bronchiques chez un patient sans pathologie respiratoire chronique est exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytose sévère induite par la carbamazépine (Tégrétol ®)

  • Nous décrivons un cas d'agranulocytose grave, avec mise en jeu du pronostic vital, chez un patient atteint de tétraplégie post-traumatique. Des complications intercurrentes avaient nécessité de nombreux médicaments. Après un mois d'hospitalisation, les polynucléaires neutrophiles s'abaissaient pendant dix jours jusqu'à un nadir de 70-mm

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Agranulocytose après application de sulfadiazine argentique chez un nourrisson de 2 mois

  • L'application de sulfadiazine argentique sur de larges surfaces cutanées peut induire des agranulocytoses chez les patients brûlés. Ces réactions sont liées à la fois à un mécanisme immunoallergique et à une cytotoxicité directe du produit.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov