Adenocarcinome in situ [ Publications ]

adenocarcinome in situ [ Publications ]

Publications > adenocarcinome in situ

  • La prise en charge de l'adénocarcinome in situ du col utérin (ACIS) est problématique. Le fréquent jeune âge des patientes milite pour un traitement conservateur afin de préserver la fertilité ultérieure et l'intégrité corporelle de ces femmes jeunes. Cependant, plusieurs interrogations persistent quant à la sécurité carcinologique de cette attitude. Nous rapportons une revue de la littérature où la prise en charge conservatrice paraît possible mais est associée sur le long terme à un risque de récidive estimé entre 5 et 10 % avec une possible invasion dans environ 2 % des cas. La cylindrectomie cervicale doit être préférée à la classique conisation. La résection peut être thérapeutique et suffisante sous plusieurs conditions : réalisée au bistouri froid, avec une hauteur du cône de résection d'au moins 25 mm , réalisation d'un curetage endocervical voire endométrial en fin de procédure et passage in sano sur l'histologie définitive. Dans tous les cas, une surveillance cytologique voire histologique régulière ainsi qu'une compliance sans failles de la patiente sont de rigueur , l'association à un testing viral peut apporter sa contribution surtout par sa valeur prédictive négative. En revanche, à chaque fois qu'il n'y a plus de désir de grossesse, il semble logique et judicieux de proposer plutôt une hystérectomie qui reste le traitement standard permettant de simplifier la surveillance et d'éviter pratiquement tout risque de récidive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Adénocarcinome in situ de l’endocol : difficultés du diagnostic cyto-histologique

  • L’adénocarcinome in situ du col est considéré comme le précurseur de l’adénocarcinome invasif. Il est asymptomatique et son diagnostic précoce repose uniquement sur le cytopathologiste. Habituellement, il est découvert sur une conisation effectuée pour une CIN malpighienne. Si le diagnostic est fait sur biopsie, une conisation est nécessaire pour éliminer une invasion. La lésion est caractérisée histologiquement par une transformation épithéliomateuse des glandes endocervicales sans invasion du chorion. En fonction de l’aspect des cellules on décrit diverses variétés histologiques. Elles sont sans influence sur le pronostic. Plusieurs lésions bénignes peuvent cytologiquement et histologiquement simuler l’adénocarcinome : la métaplasie tubaire, les atypies glandulaires en rapport avec une inflammation ou avec des modifications radiques, les atypies d’

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Adénocarcinome in situ de l'endocol. Une entité histologique à connaître.

  • A propos de 4 observations, nous rapportons les problèmes diagnostiques et thérapeutiques que pose l'adénocarcinome in situ (AIS) de l'endocol. Les patientes étaient âgées de 24 à 45 ans. L'AIS a été découvert 2 fois sur un frottis. Dans 3 cas, le diagnostic d'AIS était établi sur une biopsie et, dans l'autre cas, sur une pièce de conisation chirurgicale. Dans 3 cas, une lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade était associée. Il était toujours difficile d'éliminer une invasion. Trois patientes ont subi une hystérectomie totale. La localisation des lésions et les données de la littérature nous conduisent à proposer l'hystérectomie comme traitement de choix, une conisation pouvant être également pratiquée à condition d'être cylindrique et d'un diamètre et d'une hauteur suffisants.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov