Abces amibien du foie [ Publications ]

abces amibien du foie [ Publications ]

Publications > abces amibien du foie

  • L'atteinte hépatique est la localisation extra-intestinale la plus fréquente de l'amibiase. Elle peut se compliquer de rupture ou de migration vers les organes voisins, plus rarement de thrombose vasculaire. Nous rapportons l'observation d'un Sénégalais de 52 ans, hospitalisé pour une hépatomégalie douloureuse associée à une condensation pulmonaire bilatérale asymétrique, dans un contexte de fièvre. L'échographie abdominale a révélé un volumineux abcès du lobe gauche du foie avec un thrombus non obstructif de la veine cave inférieure se prolongeant vers l'oreillette droite. L'échocardiographie a confirmé l'existence d'un volumineux thrombus intra-auriculaire droit associé à une dilatation des cavités droites et une élévation de la pression artérielle pulmonaire. Le cliché thoracique objectivait des opacités des deux champs pulmonaires. La bacilloscopie des expectorations était négative, mais en revanche la sérologie amibienne était positive. Le traitement de cet abcès amibien du foie compliqué de thrombose des cavités droites et d'une probable embolie pulmonaire a reposé sur du métronidazole et une association amoxicilline-acide clavulanique, une héparinothérapie curative et un drainage de l'abcès. L'évolution a été favorable, avec une disparition des thrombi. Les données de la littérature confirment la rareté de cette complication dont le pronostic peut être dramatique en raison du risque d'embolie massive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Abces amibien du foie en chirurgie generale du CHU gabriel toure, Bamako, Mali.

  • Les objectifs étaient de déterminer la fréquence, de décrire les aspects cliniques et thérapeutiques de l'abcès amibien du foie.Janvier 2004 au Décembre 2008. Ont été inclus dans cette étude tous les patients hospitalisés et traités pour abcès amibien du foie. Nous avons colligé 53 dossiers soit une fréquence de 1,3%. Il s'agissait de 45hommes (84,9%) et 8femmes (15,1%). Le sex-ratio a été de 5.6 et la moyenne d'âge 39.5 ans. Le délai moyen de consultation a été de 3 semaines. Les signes observés ont été la fièvre 96.2% (51cas), l'hépatalgie 94.3%(50cas), l'hépatomégalie 90.6% (48cas) et l'anorexie 88.7%(47cas). Les collections d'abcès objectivées à l'échographie abdominale étaient localisées dans le lobe droit dans 79.2%(42cas), uniques dans 92.5%(49cas) et de 100 mm de diamètre en moyenne. La radiographie pulmonaire de face a retrouvé une surélévation de la coupole diaphragmatique droite 66,7% (14cas). La sérologie amibienne effectuée dans 60.4% des cas, a été négative dans 2 cas (6.2%). Le traitement médical seul a été efficace dans la majorité des 62.7% (32cas), une ponction évacuatrice échoguidée associé au traitement médical a été nécessaire dans 31,4% (16 cas). Les méthodes chirurgicales ont été très peu recommandées 5,9%(3cas). La quantité moyenne de pus a été de 637.6ml. La durée Moyenne de traitement a été de 11 jours. Nous avons enregistré 3 décès dont l'un suite à une septicémie sur péritonite par rupture d'abcès du foie et les 2cas sur terrain VIH.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Échographie et abcès amibien du foie au CNHU de Cotonou : à propos de 33 cas

  • Du 1er mars 1991 au 31 décembre 1995, 577 patients ont eu des échographies abdominales qui ont permis de diagnostiquer 33 cas d’abcès amibiens du foie. L’objectif de cette étude est de montrer dans quelle mesure l’échographie peut participer au diagnostic et à la surveillance des patients en cours de traitement dans une région où le diagnostic immunologique de l’amibiase n’est pas encore pratiqué et où la ponction percutanée n’en est qu’à ses débuts. Sur le plan clinique, les patients présentaient tous une douleur hépatique et, dans 28 cas, une hyperthermie. Une hépatomégalie est notée chez 17 d’entre eux, un amaigrissement chez 14 patients. Les images échographiques sont polymorphes. Au début, il s’agit de structures hétérogènes mal limitées qui mesurent 4 à 6 centimètres de diamètre. Plus tard, on note une homogénéisation du contenu de l’abcès avec l’apparition d’un renforcement postérieur dans 3 cas. L’échographie a également permis de suivre l’évolution des images au cours du traitement par métronidazole. Tous les patients ont guéri sans séquelles, seuls quatre parmi eux ont présenté une image cicatricielle hyper-échogène. Deux patients ont eu une évacuation de leur abcès, ce qui a permis une nette amélioration. Les auteurs préconisent une généralisation de cette technique dans les hôpitaux du pays car elle peut apporter une nette amélioration du diagnostic et de la surveillance des images au cours du traitement des abcès amibiens du foie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Abcès amibien du foie à Yaoundé

  • Dans un travail à deux volets, prospectif et rétrospectif, 96 abcès amibiens du foie ont été étudiés chez 11 patients, âgés de 20 à 65 ans, avec une prédominance du sexe masculin (3/1). Les arguments diagnostiques ont été cliniques, radiologiques et biologiques. Sur le plan clinique, les signes et symptômes le plus souvent rencontrés ont été la douleur à l’ébranlement (100 %), la fièvre (92,2 %), une pesanteur de l’hypochondre droit (89,6 %), une hépatomégalie (45,4 %), et un amaigrissement (39,6 %). L’échographie a révélé que les abcès étaient généralement situés dans le foie droit (65,6 %) et que leur diamètre était compris entre 20 et 125 mm. Le volume du pus ramené lors des drainages variait de 80 à 2 500 ml. Nous avons enregistré 10,4 % d’atteinte pleuro-pulmonaire. La sérologie de l’amibiase a été fortement positive dans la quasi-totalité des cas et une sérologie VIH (réalisée dans le volet prospectif) a été positive dans 11,6 % des cas. L’abcès amibien du foie a semblé primitif dans 66 % des cas. Le traitement a essentiellement consisté en l’administration de métronidazole couplé, le cas échéant, à un drainage sous contrôle échographique. Nous avons enregistre 2 décès et le reste des patients a connu une guérison totale après une hospitalisation dont la durée moyenne était de 13 jours.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hyperkaliémie aigue révélatrice d'une rupture intrapéritoneale d'abcès amibien du foie. Intérêt de la dialyse péritonéale pré-opératoire.

  • Chez un malade choqué et hyperkaliémique, une dialyse péritonéale, entreprise pour traiter un hyperkaliémie aiguë, objective la présence de pus chocolat dans l'abdomen, confirmant la rupture d'un abscès du foie. La poursuite du traitement par dialyse péritonéale permet la correction des troubles métaboliques, le déchocage et la reprise de la diurèse, plaçant ainsi le patient dans de bonnes conditions d'opérabilité. Le drainage chirurgical des abcès et l'ornidazole permettent d'obtenir la guérison.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'abcès amibien du foie. Apport de l'échographie au diagnostic évolutif à propos de 983 cas.

  • L'échographie permet de surveiller facilement l'évolution sous traitement médical. Elle met particulièrement bien en évidence la dissociation anatomoclinique caractérisant cette évolution, avec guérison clinique obtenue en règle en 8 à 10 jours, contrastant avec la persistance de la cavité abcédée hépatique pendant plusieurs mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rechute in situ d'un abcès amibien du foie après traitement au métronidazole.

  • Observation chez un militaire de 24 ans à la suite d'un séjour en zone d'endémie amibienne. Le patient a été traité par métronidazole et par annoebicides de contact. Malgré celà des kystes d'amibes ont été mis en évidence dans ses selles à un contrôle parasitologique ultérieur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov